VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

sujet global ♦ Le 31 décembre
ϟ this is the road to ruins, and we're starting at the end, say yes, let's be alone together.
ϟ Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
avatar
Dominus Tenebrae
this is the wizzarding world of
Je suis un PNJ
informations
Je suis un PNJ

star : Moi-même
crédit : Domina.
lettres postées : 1252
date d'entrée : 28/03/2010



Message Posté Dim 28 Avr - 14:58.

évènement international
Intrigue 2x04

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

Le silence se fit dans la salle de réception. Le ministre, accompagné de sa fiancée, venait de faire son entrée. Saluant l'audience par un geste de la main, il grimpa sur l'estrade et tapota le micro pour s'assurer qu'il marchait. Sous les yeux de tous, il livra son discours. Contrairement à ses prédécesseurs,il n'avait pas été élu. Contrairement à ses prédécesseurs, il avait tout à prouver. Alors, il prit une grande inspiration, et, d'une voix assurée, il commença.

« Mes chers concitoyens, je vous remercie de m'avoir fait l'honneur de votre présence ce soir. Je sais ce que, pour beaucoup d'entre vous, signifie cette soirée. Car l'an dernier, je me tenais sur le pont, parmi vous. L'an dernier, j'ai vécu ce que vous avez vécu. J'ai subi ce que vous avez subi. J'ai perdu. Beaucoup. Avant d'avoir cru gagner. Mais ce soir, chassons le passé de nos esprits. Ne parlons ni de l'organisation Vulnera Samento, ni des traîtres. Ne parlons pas de guerre, ni de masqués. Ce soir, parlons du futur. L'avenir, mes amis, n'attend plus que nous ! La magie nous revient peu à peu. Votre ministère est fort. Réfléchissons à nos bonnes résolutions. Pensons à nos examens de fin d'année, à nos vacances, à nos projets. Parce que, sorciers, sorcières, français, anglais, slaves, européens, j'ai l'honneur de vous annoncer qu'à partir de ce soir, vous vivez dans un monde en sécurité ! »

Un tonnerre d'applaudissement accueillit la fin du discours ministériel. Les sorciers levaient leur verre et buvaient allègrement à la gloire du ministère. A leur gloire. Après des temps sombres, la paix, mais surtout l'ordre, semblait à nouveau régner entre les européens. Les convives se dirigeaient vers le buffet. D'autres s'empressaient d'aller saluer le ministre. Les aurors, dispersés aux quatre coins de la salle assuraient la sécurité. Peut-être, que ce soir, trop d'espoir fut concentré en un seul endroit. Parce que, soudainement, les bougies magiques qui flottaient s'éteignirent, avant de s'écraser contre le sol qui se mit à trembler. La salle de réception fut plongée dans un noir opaque et un silence de mort avant que la panique ne l'emporte.

Quelques instants après, alors que la stupeur et la tension étaient encore palpables, des mouvements au niveau de la scène attirèrent l'attention de la foule. Alors qu'il était impossible de voir quoi que ce soit, une voix surprit les sorciers présents. Grâce à un Sonorus, Rosaleen McCardle se présenta au public tout ouï en lui annonçant qu'elle possédait des informations importantes à leur communiquer. Les aurors qui avaient réussi à rétablir quelque peu la lumière grâce à l'installation de bougies magiques de secours, demandèrent à la foule de se calmer. Mais personne, pas même eux, n'était prêt à vivre ce qui allait se passer ce soir-là.


INSTRUCTIONS
- Ceci est un sujet global, ce qui signifie que tout le monde peut y poster. Il vous est permis de créer des sujets parallèles, mais Dominus n'y interviendra pas.
- Tous les habitants de l'Europe sorcière sont conviés aux festivités.
- Privilégiez les réponses courtes afin que tout le monde puisse suivre l'évènement. Si vous pensez que votre réponse est longue, n'hésitez pas à rajouter un mini résumé en notant les actions de votre personnage en spoiler ou, tout simplement, en soulignant les actions.
- Cet évènement est d'une importance capitale pour la suite de l'intrigue, nous vous invitons à le surveiller de très près niark


Le staff
avatar
Rosaleen G. McCardle
this is the wizzarding world of
Je viens de Poudlard
informations
Je viens de Poudlard

star : Anna Kendrick ♥
crédit : cf avatar.
lettres postées : 38
date d'entrée : 20/01/2013

♦ Nota Bene
: /
: hamlet woodcroft, aubépine de severac, kathaleen mackenzie, et bien d'autres.
: /



Message Posté Dim 28 Avr - 17:53.
Le stress me rendait malade. Mon corps rejetait toute sorte de nourriture, et un étau de plus en plus serré compressait mon estomac, nouait ma gorge et faisait trembler mes mains. Le poids qui reposait sur mes épaules était considérable, abominable, intenable. Si je n’avais pas été aussi déterminée, ce fardeau aurait fait céder mes genoux, et je me serais retrouvée à terre, sans pouvoir me relever tant la douleur aurait été pénible. Mais j’étais là, cachée. Le ministre racontait à qui voulait l’entendre que le monde magique était à présent sûr, qu’il était responsable de cette quiétude. Si les gens avaient su… Bientôt, ce serait à nouveau la panique.

J’avais choisi mes mots, les pesants avec attention, réécrivant mille fois mon discours avant de l’apprendre par cœur, la peur au ventre à l’idée de le déclamer. Mais j’avais promis, et j’avais foi en ce que j’allais faire. Elle m’avait dit qu’Elle allait me donner un signal. Elle devait s’en occuper, Elle me l’avait dit… J’étais plongée dans la pénombre, ma baguette à la main, prête à amplifier ma voix dès qu’Elle m’aurait dit d’y aller. Pritchard s’attendait à ma venue, il m’avait prévue dans le déroulement de la cérémonie, mais pas comme ça. J’attendais, tremblante, jusqu’à ce que des cris retentissent. Je passais la tête pour voir ce qui se passait, et mon cœur s’arrêta. C’était à moi d’y aller, à moi de faire ce que j’avais à faire, pour le plus grand bien. Alors que des hurlements s’échappaient toujours de la foule, je portais ma baguette à ma gorge, et murmurait : Sonorus. Enfin, je prenais une immense inspiration et m’élançais sur la scène, devant le regard interloqué de Pritchard qui, près de moi, pouvait me voir en plissant les yeux. Je lui lançais un sourire se voulant apaisant, histoire qu’il ne m’arrête pas sur-le-champ.

    « Communauté magique ! »


Le silence se fit, tandis que des aurors allumaient leur baguette aux quatre coins de la salle. Etonnés, ils n’intervinrent pas tout de suite, ne sentant pas le danger. Je ne pouvais m’empêcher de les croire incompétents.

    « Il y a un mois de cela, notre cher Ministre Pritchard m’a envoyée en mission. Il voulait que je traque les noms des membres de la Résistance pour venir vous les communiquer aujourd’hui même. J’ai donc été envoyée en Russie à ces fins. Et je les ai trouvés. J’ai rencontré la Résistance, et elle m’a ouvert les yeux. Chers concitoyens, ON VOUS MENT ! On nous oblige à trahir d’autres sorciers simplement parce que le ministre en fonction a peur d’eux. Mais où est passée la vraie JUSTICE ? Elle mérite qu’on se batte pour elle ! La quiétude que vous pensez vivre n’est qu’un leurre, pour mieux vous anéantir. Mes amis, ouvrez les yeux. Cependant, comme je suis une femme de parole, je vais tout de même vous présenter les membres de la RESISTANCE ! »


Je devais faire vite, avant qu’un auror ne se précipite sur moi pour m’arrêter. Dans la pénombre toujours, j’allumais moi-même ma baguette magique. Mon visage apparut alors à sa lueur, et j’entendis des exclamations dans la salle. Sûrement y avait-il bon nombre de mes connaissances, qui n’en revenaient pas de me voir ainsi braver l’autorité du ministère. Mais qu’importe, je les chassais de mon esprit et reprenais.

    « Bien sûr, vous la connaissez… January Lockhart ! »


Mon doigt se pointa dans l’assemblée, vers la personne qui était celle dont January avait pris l’apparence. Je la vis sourire, tandis que des cris de terreur envahissaient la salle et que les aurors tentaient de se frayer un chemin jusqu’à elle.

    « Vous les connaissez également… Philip Humphray ! Ryan Foreston ! Vous les connaissez peut-être… Sergeï Levine ! Valeska O’Hara ! Violet Evans ! Solomonia Marcovic ! Louve Kaffman ! ›


A chaque nom que je citais, je pointais un doigt vers l’assemblée, dénonçant mes camarades cachés dans la foule. Je savais qu’ils m’en voudraient, et que je serais rejetée. Mais January et moi avions décidé.

J’avais créé assez de remue-ménage dans la salle. Les gens couraient en tous sens, tentant de se protéger des viles membres de la Résistance. Pour ma part, je ne préférais pas faire long feu sur la scène, et j’en descendais en sautant, m’élançant en courant pour rejoindre les rangs de la Résistance.


Dernière édition par Rosaleen G. McCardle le Dim 28 Avr - 21:14, édité 1 fois
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 28 Avr - 19:03.
It all ends tonight no matter what
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Lun 29 Avr - 18:47.
Je pensais rentrer à Beauxbâtons pour le réveillon et fêter avec mes amis français la nouvelle année. Et puis, la lettre était arrivée, alors il n'avait plus été question de rentrer. Après les recherches que nous avions menées, avec Wade et Maxence, après ce que nous avions appris, après ce qui avait été décidé, je ne pouvais pas me tenir à l'écart d'un tel événement. Cela promettait d'être intéressant. Comme convenu, je retrouvai Wade devant le bâtiment, qui grâce à la magie était invisible aux yeux des moldus. Je le saluai, sans savoir que dire. En fait, je ne savais même pas vraiment pourquoi notre présence ici était si importante. Ce qu'elle allait changer. Je ne voyais pas ce que nous pouvions faire dans cette salle, pleine d'invités bien habillés. Nous étions tous prêts à entendre les bonnes paroles du ministre. Les paroles d'un héros, les paroles qui devaient nous redonner de l'espoir. Je sentais que quelque chose allait se passer, que cet instant allait être décisif. Mais ma place, dans tout ça, je n'arrivais pas à la trouver. Pas encore.

J'étais encore partagée entre l'envie de boire ses paroles et d'y croire, et celle de résister à la tentation, au rêve qu'il faisait miroiter devant nos yeux ; entre rester une petite fille sage et prendre mon indépendance ; entre écouter ou me battre, lorsque soudain, tout devint noir. Les bougies suspendues étaient tombées sur le sol, s'éteignant sur le coup. D'abord, il y eut le silence. Puis la panique. Je me tournai vers Wade, la seule personne qui pouvait me dire ce qu'il se passait. Il était au courant. Forcément. « Tu... c'était prévu ? Est-ce que c'est... la résistance ? » Le dernier mot fut prononcé tout doucement, comme si j'avais peur qu'on m'entende. Comme si le prononcer était déjà un crime.

Une voix s'éleva bientôt au-dessus des cris. La voix me semblait familière, mais je ne la reconnus pas tout de suite. Il me fallut un certain temps pour en être sûre, mais c'était bien elle. Rosaleen. Je ne l'avais pas vue depuis longtemps, mais la même passion l'habitait. Seulement, cette fois-ci, elle ne racontait pas des contes celtiques, mais des histoires bien plus dangereuses. Elle continua à parler, devant l'assemblée hypnotisée. Elle pointa du doigt un affreux elfe de maison. Ou plutôt, elle pointa du doigt January Lokhart, déguisée en un affreux elfe de maison. Aussitôt, des aurors se lancèrent à ses trousses, et le combat commença tandis que Rosaleen énumérait les noms, encore et encore, des résistants. Encore une fois, je ne pus pas m'empêcher de presser Wade de questions. Après tout, il était plus vieux, et je le considérais comme mon « mentor » dans la résistance. Et puis, je n'avais pas pu le joindre pendant deux jours, peut-être qu'il était parti à Durmstrang. Pour rejoindre la résistance. « Tu crois qu'elle va dire nos noms ? Après ce qu'on a fait à Beauxbâtons... Tu crois qu'elle va dire ton nom ? » Je n'étais pas certaine que ce soit une mauvaise chose. Oui, au fond, je souhaitais presque qu'elle dise mon nom, même si je n'avais encore rien fait contre le ministère. Je souhaitais en faire partie, même si les conséquences me retenaient. Un peu.

Je gardai les yeux rivés sur Rosaleen, buvant ses paroles. Du coin de l'œil, je vis un auror s'approcher d'elle, et lever sa baguette. Sans réfléchir, je levai également la mienne, et lançai un Stupéfix, pour protéger mon amie. Ma baguette baissée, je faillis m'enfuir en courant, mais je me retins et me tournai à la place vers Wade, tout en me dissimulant un peu derrière lui. « Oh mon dieu. J'ai lancé un Stupefix à un auror. J'ai agressé un auror. Oh mon dieu. Wade, qu'est-ce qu'on fait maintenant ? » Ma voix tremblait alors que je chuchotai ces mots. Tout mon corps tremblait. J'étais tétanisée à l'idée de ne pas avoir pris la bonne décision. Et les sorts pleuvaient, des deux camps, tout autour de nous.
avatar
Wade J. Winchester
this is the wizzarding world of
Je viens de Beauxbâtons
informations
Je viens de Beauxbâtons

star : Adam Brody
crédit : bazzart
lettres postées : 25
date d'entrée : 30/12/2012

♦ Nota Bene
:
:
: * Balais Friselune et un Nécessaire à balais * Lot de portoloins (LD) * Une fiole de philtre de confusion * Une fiole de potion de sommeil * Un sérum de vérité * Une fiole d'antidote * Une cape d'Invisibilité * Balai encore unique en son genre produit dans un bois encore inconnu qu'on ne connait pas (forcément si il est inconnu) et fait en poils de fesse de troll !



Message Posté Lun 29 Avr - 23:59.
L'heure était enfin arrivée.
En soit il n'avait officiellement rejoint les rangs de la résistance qu'au-début du mois mais il y réfléchissait depuis bien plus longtemps que ça et dès son arrivée, il avait déjà hâte d'enfin être arrivé au jour où ils allaient se montrer.
Au courant du mois, Jeanne et lui avait commencé à former une résistance à Beauxbâtons et ce fut donc tout naturellement qu'il décida de se rendre à la réception du Ministre avec elle.
Quand il vit Jeanne à l'entrée de la salle, il lui adressa un petit sourire complice et l'accompagna à l'intérieur de la salle.
Le lieu était rempli de sorciers de tous les horizons et tout était magnifique. Le buffet avait l'air délicieux et des elfes de maisons distribuaient des coupes de champagne. Dans d'autres circonstances, il en aurait sûrement pris une ou deux mais pas ce soir-là... Quelque chose était sur le point d'arriver, il le savait. A Durmstrang il était arrivé un peu en retard pour vraiment participer à l'événement mais il avait aimé voir les visages de ses compagnons de combat et passer un peu de temps avec January.

A la fin du discours du Ministre Pritchard, un tonnerre d'applaudissements retentit dans la salle. Pour ne pas attirer l'attention sur lui, l'écossais acquiesçait de la tête tout en applaudissant... Décidément les discours du Ministre ne l'inspiraient vraiment pas. Une grande partie des convives décida de se rendre au buffet grignoter quelques canapés et prendre une coupe de champagne. Dans d'autres circonstances, il aurait sûrement été des premiers à boire mais pas ce soir. Ce soir il était à l’affût du moindre mouvement que ferait la résistance. Il était prêt.
Quelques minutes plus tard, toutes les lumières s'éteignirent...

J e a n n e – « Tu... c'était prévu ? Est-ce que c'est... la résistance ? »

Il savait que quelque chose devait arriver mais il ne savait pas exactement quoi... Instinctivement, il se rapprocha de Jeanne. Depuis qu'il était arrivé en France c'est une des seules personnes avec qui il avait vraiment tissé un lien. Leur relation n'était pas basée sur des futilités et des conversations superficielles et c'est ce qui faisait qu'il aimait être à ses côtés. Même s'ils ne parvenaient pas toujours à leurs fins, ils avaient réussi ce qu'il fallait réussir... Ensemble.

R o s a l e e n – « Bien sûr, vous la connaissez… January Lockhart ! »

La sourire de Wade disparu sur le coup. Il n'arrivait pas à y croire... était-ce prévu ? La jeune fille continuait à donner des noms et la remarque de Jeanne ne le rassura pas vraiment... Allait-elle dire leurs noms... ? Il ne l'espérait pas, même si au fond de lui il s'en fichait. Il n'avait rien à perdre et en fin de compte il savait qu'à la fin de son discours, tous les convives devraient choisir leur camp et le sien était tout décidé.
Autour de lui, Wade voyait que les esprits commençaient à s'échauffer... Il ne savait pas très bien ce qu'il devait faire, ce qui avait été prévu par la résistance. Il se sentait un peu stupide et quand il entendit un Stupéfix sortir de la bouche de Jeanne, Wade ne put s'empêcher de dégainer sa baguette. Il était prêt à riposter.

J e a n n e – « Oh mon dieu. J'ai lancé un Stupefix à un auror. J'ai agressé un auror. Oh mon dieu. Wade, qu'est-ce qu'on fait maintenant ? »

Le garçon l'attrapa par la main et courra vers un coin de la salle. Il n'était pas question qu'ils fuient mais il ne voulait pas que l'un deux soit blessé et il se disait que sur un côté ils auraient une meilleure vision de ce qui était en train de se passer. Baguette levée, il était prêt. De là où ils se trouvaient, Wade et Jeanne avait une vue sur toute la salle... Ils avaient du mal à distinguer toutes les personnes qu'ils cherchaient à cause de tous les sorts qui fusaient mais ils allaient bientôt se jeter dans le tas...
C'est vrai que dans un premier temps, Wade avait préféré se mettre un peu en retrait pour voir jusqu'où le Ministère comptait aller et apparemment, ils se fichaient des innocents qu'ils pouvaient croiser sur leur passage. Tout ce qui les intéressait c'était la résistance, les résistants. Tout ce qui les intéressait, c'était nous.

W a d e – « On se bat. »
avatar
Rosaleen G. McCardle
this is the wizzarding world of
Je viens de Poudlard
informations
Je viens de Poudlard

star : Anna Kendrick ♥
crédit : cf avatar.
lettres postées : 38
date d'entrée : 20/01/2013

♦ Nota Bene
: /
: hamlet woodcroft, aubépine de severac, kathaleen mackenzie, et bien d'autres.
: /



Message Posté Mar 30 Avr - 18:04.
Je vis l'auror fondre sur moi, et je n'eus pas le temps de lever ma baguette magique. Surprise sur le fait, je m'immobilisais, les yeux dans les yeux avec cet être infâme qui avait l'intention de m'arrêter. Mais même si quelques jours auparavant, j'avais cru en mon emprisonnement, je ne pouvais plus l'accepter, à présent. Ma liberté était dorénavant ce que j'allais chérir de tout mon être, quitte à mourir pour elle. Alors que je m'apprêtais à lancer un incarcerem à mon assaillant, il s'immobilisa et tomba face contre terre. Derrière lui apparut alors Jeanne, que je reconnus instantanément. Mon coeur bondit de joie et je lui lançais un sourire reconnaissant, tandis que je me réjouissais qu'il y ait encore des gens pour me venir en aide après ce qui venait de se passer.

Mais maintenant qu'elle avait ouvertement déclaré qu'elle était de mon côté, elle n'était plus en sécurité. Même si les forces de l'ordre n'en avaient que faire de toucher des innocents, leur cible restait la résistance, et quiconque se mettait à la protéger serait immédiatement pourchassé. Alors que je m'apprêtais à la retrouver pour la protéger, un garçon la tira par le bras et l’entraîna dans un coin de la salle. Je ne me rappelais pas avoir vu ce jeune homme aux réunions, si bien que j'en déduisais qu'il ne faisait pas partie de la Résistance. Aussi, je décidais de les protéger tous les deux, et me lançais à leur poursuite. Alors que je courais tête baissée, je sentis une odeur de brûlé. Un auror venait sans doute de me manque de peu. Me retournant, je le cherchais des yeux et lançais un sort dans sa direction, sans savoir s'il l'avait atteint. Je pus enfin rejoindre Jeanne et le garçon.

- Jeanne ! Merci infiniment. Mais maintenant vous allez tous les deux être associés à la Résistance. Restez avec moi, il faut attendre January ou Humphray.

Sur ce, je m'élançais dans la salle une nouvelle fois, cherchant l'elfe des yeux.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Mar 30 Avr - 18:45.
La cérémonie allait commencer, du moins la fête. Mais Julian n’était pas tranquille. Posté dans un coin de la salle, il fixait les gens discrètement. Quelque chose clochait. Son instinct le trompait rarement et là il le sentait. En même temps, seul un fou aurait pu nier que cette soirée aurait pu être une bonne occasion pour que tout ce passe mal. C’était étrange, ses collègues étaient étranges. Il gardait sa baguette en main dissimulée sous la manche de son long trench-coat. Pour le moment, les sorciers présents se contentaient de raconter des âneries toutes plus banales que les autres et de boire du champagne. Un grognement fin s’échappa de sa gorge lorsque deux étudiantes le bousculèrent et qu’une vieille bourgeoise voulu lui offrir une coupe de champagne. Il l’envoya paître grâce à un magnifique : Certains sont là pour travailler, ce que la vieille femme n’apprécia pas vraiment à vrai dire. Il avait une tête d’homme à cougar ? Non pas vraiment. Croisant ses bras, il soupira faiblement jusqu’à ce que les lumières ne s’éteignent d’un coup, créant une panique générale. Ni une ni deux, il se précipita avec d’autres un peu partout dans la grande salle à la recherche de bougies magiques afin de pouvoir éclairer les gens présents et les rassurer un minimum. Il avait raison, tout allait foirer. Que ce soit eux ou Pritchard, ils étaient en mauvaise position si un coup révolutionnaire venait à éclater. Contrairement à certains de ses collègues, Julian n’aimait pas lancer des sortilèges à tout va alors que des innocents étaient là et risquaient de s’en prendre. C’était un chasseur, un traqueur et s’il le fallait un tueur, mais certainement pas un lâche qui s’en prendrait à des innocents. Il se fraya alors un chemin jusqu’à l’estrade afin d’intercepter cette misérable gourgandine. Stupeur. Il la vit alors dénoncer ses camarades un par un. Entourloupe ? Diversion ? Stratagème ? Il vit le sourire faussement narquois de January Lockhart alors déguisée en un misérable elfe de maison. Dommage que Cassandre Sejdic ne soit pas là aussi, il aurait pu alors prendre un malin plaisir à la prendre en chasse. C’était vrai, c’était réel, les résistants étaient là. Dans la tête de Julian, il y avait trois choses primordiales à protéger : Le ministre, l’artéfact et les innocents, cependant, vu que les résistants avaient pris l’apparence de certains d’entre eux, plus rien n’allait aller. Comment préparer un plan d’action rapide alors qu’il ne savait pas à qui pouvoir réellement se confier ? Elle en avait cité quelques-uns, mais trop peu pour croire qu’il n’y en avait pas plus. Les résistants et les aurors avaient commencé la bataille, derrière lui, des dizaines de personnes terrorisées ne sachant pas quoi faire. Une bousculade éclata et une jeune fille fut propulsée vers lui, il l’attrapa de justesse dans ses bras et créa un protego autour d’eux alors qu’une blonde avait lancé un stupéfix hasardeux. « Ca va aller ? » Il la contempla quelques instants la trouvant jolie sous ses traits hispanique, il l’aida à se redresser et la fit se mettre dans un coin prêt de l’estrade qui serait sûrement sauf dans son angle mort. « Restez là. » Il s’en alla alors vers des jeunes français, lançant un incarcerem à la fille blonde qui se retrouva ligotée au sol, il vit alors le jeune homme lui faire volte-face. Il le salua faussement comment avant chaque duel de sorcier, malgré l’angoisse général, Julian aimait jouer. Il n’avait pas peur de la mort ou des blessures, ça faisait partie de la vie quoi qu’on en dise. Lançant un experlliarmus au jeune homme et à la rouquine qui avait causé tout ce remue-ménage. Il espérait fortement que ce dernier (voire ces derniers) répliquerait et que le duel serait passionnant.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Mar 30 Avr - 18:54.


J’étais partout à la fois. Je me battais pour ce que je croyais juste, ce que je pensais être le mieux ainsi que pour ma vie. Me révéler aux yeux de tous n’était pas la meilleure idée de Rosaleen. Je n’avais pas honte de ce que j’avais fait, mais maintenant j’étais une cible pour le Ministère. Je risquais gros, et je ne serais pas la seule victime. Mes parents allaient être impliqués. Que ferait-il à mon père ? Le renvoyer ? Est-ce qu’ils allaient le mettre en cage en invoquant son problème ? Je ne savais pas ce qui allait se passer. Si je devrais fuir, me cacher. Pour l’instant je ne pouvais que me défendre.

Alors que j’avais envoyé valser cet auror, un deuxième levait déjà la baguette dans ma direction. Il fallait que je réagisse vite. Quelqu’un avait réagi avant moi. Des cordes étaient venues s’enrouler autour de mon attaquant. Je portais mon regard sur mon sauveteur, curieuse de découvrir qui c’était. Mes lèvres formèrent un sourire. Hayleen. Qui d’autre aurait pu venir me prêter main forte ?
« Contente de te retrouver sur le champ de bataille! Espérons juste que ça ne se termine pas comme la dernière fois! » C’était une habitude pour nous de nous battre. Combien de fois avions-nous du faire cela ? Combien de fois devrions nous le faire encore ? « Ne t’en fais pas, on y arrivera. Comme toujours ! »» Je me plaçais dos à dos avec Hayleen, pour mieux nous couvrir.

Nos baguettes en main, nous observions la scene devant nous. Des aurors contre des résistants. Des innocents dispersés un peu partout, tremblant de terreur. Des camarades d’école, les yeux pétrifiés. Ce nouvel an tournait au cauchemar. Je fouillais du regard la salle, cherchant une potentielle aide. Je croisais le regard d’un elfe qui m’était familier. Polkev, de son prénom. Je me demandais bien qui avait pu prendre son apparence.

« Il faut qu’on sorte d’ici indemne. Je dois trouver Rosaleen ! »» Seule elle pouvait nous indiquer quoi faire. Avec son annonce, elle avait déclenché les hostilités. Elle devrait surement savoir quoi faire, ou à qui demander. Il fallait détourner l’attention des aurors qui s’avançaient autour de nous, nous ouvrir un passage. Je ne devais pas me montrer compatissante. Ils ne le seraient pas avec moi de toute façon. Je pointais ma baguette sur l’auror face à moi, un homme d’une quarantaine d’année, un rictus malfaisant sur le visage. Je lui souriais en retour avant de crier « Electrater ! ». Merci le Défense des Nations et ces sortilèges puissant.


avatar
D. Azìlis Maewryn
this is the wizzarding world of
Je viens de Poudlard
informations
Je viens de Poudlard

star : Lucy Kate Hale.
crédit : (c) sur l'avatar.
lettres postées : 15
date d'entrée : 29/04/2013



Message Posté Mar 30 Avr - 20:57.
(je n'ai pas de citation a mettre)
le 31 decembre.
J'étais fatiguée, j'avais faim, froid. Le pourpre de ma robe me donnait envie de vomir, me faisait mal à la tête. Mais cette robe était à ma mère alors, en l'enfilant, j'ai souri en voyant ce reflet qui ne me plaisait pas. Parce qu'il fallait que je passe au-dessus de mes goûts, parce que j'avais envie qu'elle me voie, presque aussi belle qu'elle. Je titubais légèrement en me dirigeant vers le buffet, je n'avais jamais été douée pour marcher en talons. En réalité, j'étais bien assez grande pour m'en passé et à présent, je ressemblais à une grande sauterelle. Mais qu'importait? Je ne connaissais personne ici. Ni le ministre, ni les Aurors qui se trouvaient à présent dans la salle, ni les convives. Ou peut-être quelques-uns, par ci, par là. Il faut dire que je n'ai jamais eu beaucoup d'amis alors, les seuls que je reconnaissais étaient des élèves de Poudlard, que j'avais dû croiser une ou deux fois dans les couloirs. Mais je m'en fichais. Je me fichais de tout ça. J'étais là, c'était le principal. D'ailleurs, je n'avais aucune idée de la raison de ma présence ici. J'en avais eu envie, c'est tout. C'était fou, après cette attaque dans le Poudlard Express, j'aurais dû prendre mes jambes à mon cou et retourner tranquillement à la maison. Mais la curiosité était plus grande que ce que je voulais bien me l'avouer. Mes cheveux étaient relevés en un chignon. Quelques mèches venaient chatouiller mon cou. Je les ignorais en prenant un petit four, lorsqu'une voix que je connais si bien s'éleva dans mon dos. Rosaleen. Elle était sur l'estrade et à cet instant je me maudis un moment pour ne pas avoir écouté ce que le ministre avait à dire. La pièce était sombre et les bougies qui les éclairaient auparavant semblaient avoir chuté sur le sol sans que je ne m'en aperçoive. Je ne voyais plus rien que du rouge, le rouge de cette robe, depuis le début de la soirée. Je la regardais avidement. Et plus elle parlait, plus mon visage commençait à se décomposer. Et elle déballa. Des noms, des noms que je ne connaissais pas. Des gens dont j'ignorais même l'existence. Et je les avais regardé, un par un. Le buffet ne m'avait jamais paru une si belle idée. Je n'y avais même pas fait exprès. D'ici, je pouvais voir la panique pénétrer les traits de chacun. Je pouvais voir la situation échapper à tout contrôle de nouveau. La résistance. Des suicidaires, pour moi. Et puis, je n'étais pas si informée que ça. Je n'avais qu'une envie : me diriger vers Rosaleen et lui ordonner des explications, sur-le-champ. Mais les baguettes des Auros m'en dissuadèrent. Valait mieux rester en dehors de tout ça. Puis, de toute façon, je n'étais pas assez courageuse pour faire quelque chose de ce genre. Me cachais derrière le rideau me parut une très bonne idée, mais la scène qui se déroulait devant mes yeux, je ne pouvais l'ignorer. C'en était fini des coups bat et de la lâcheté.

Et c'était bien les résolutions. Mais que faire ? Je n'avais pas, comme chacun ici, quelqu'un sur qui me retourner. Je n'avais personne. Je vis Australe partir je-ne savais où sous mes yeux. J'avais ouvert la bouche et aucun son n'en était sorti.

« Il faut que je sorte d'ici » fut les seuls mots que ma bouche pâteuse m'autorisa à dire.

Puis non. Parce que je pensais à Tanja. À Rosaleen, qui était juste là. À ma famille et aux autres. Et parce que je n'avais pas envie d'être cette fille-là de nouveau. J'attrapais ma baguette qui avait été glissée dans ma poche arrière plus tôt dans la soirée.

Je marchais à présent rapidement, alors que mes chevilles en faisaient des leurs, se tordant dans tous les sens à cause de ces maudits talons. Je pris le temps de les retirer rapidement et, tout aussi vite, je me retrouvais aux côtés de la rousse. De Rosaleen. Elle s'était élancée dans la salle, tout d'un coup. Elle cherchait quelqu'un, mais tout d'abord, c'était à moi de la trouver. J'avais autant envie de l'étriper que de la serrer dans mes bras à présent. Cette fille était malade. Et je l'étais aussi.

« Rosaleen. Rosaleen ! C'est quoi ça ?» ma baguette était pointée en avant, de sorte à me protéger de tous les sorts qui pouvaient mettre jeté, ne savait-on jamais, avec toute cette pagaille. J'avais tellement de choses à lui dire, à lui demander, mais le temps n'était pas à la discussion, visiblement. Je tournais rapidement le visage vers elle. « Qui sont tous ses gens ? Tu sais, je me retiens de me barrer vite fait bien fait. »

J'ignorais les personnes qui se trouvaient à ses côtés, j'ignorais tout. Car je ne connaissais rien. J'étais là, dans un combat qui n'était pas le mien. Qui n'était celui de personne, si l'on regardait bien. Je ne pouvais m'empêcher de penser que, avec tout ce qui se passait dans le monde magique, les Aurors avaient le temps de se battre avec les gamins, les jeunes adultes que nous étions là. Mon visage était fermé, mon coeur sur le point de s'arrêter. J'avais eu de nombreuses fois peur dans ma vie, mais cette soirée dépassait de loin tous les autres. J'avais envie de crier, mais les seules exclamations que je sortais étaient des légers soupirs. Ma tête me faisait souffrir et la seule chose que j'espérais en cet instant, c'était de pouvoir m'évader loin de tout ça.

(c)fiche de Wild Heart, bazzart





avatar
B. Solomonia Marcovic
this is the wizzarding world of
Je viens de Durmstrang
informations
Je viens de Durmstrang

star : Nina Dobrev
crédit : (c) nalex
lettres postées : 56
date d'entrée : 02/05/2010



Message Posté Mer 1 Mai - 16:43.