VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

A familiar face [PM]
ϟ this is the road to ruins, and we're starting at the end, say yes, let's be alone together.
avatar
Niels Werner
this is the wizzarding world of
Je suis journaliste
informations
Je suis journaliste

star : henry cavill
crédit : GOLDEN BABY.
lettres postées : 111
date d'entrée : 27/03/2013

♦ Nota Bene
: recherches de liens en tout genre.
: vos relations principales ici
: ma baguette magique, trois paquets de cigarettes, un briquet, un poignard, de la menue monnaie sorcière, des préservatifs, un crayon à papier mâchonné



Message Posté Mer 18 Juin - 16:32.
a familiar face
les morts qui ne meurent jamais


informations particulièrement pas importantes
ϟ dénomination courante des participants ▬ Avdotia Sejdic-Tokarieva & Niels Werner en joueurs, Ariadne Graymalkin et Alberon Windschaffel en PNJ.
ϟ  étiologie du statut subjectif ▬  Privé.
ϟ  datation approximative du moment exact ▬ 14 septembre 2057.
ϟ  cadran lunaire appréciable ▬ Au début de la soirée, vers 20 heures.
ϟ  météorologie sorcièrement acceptable ▬  Le soleil se couche et la température est douce.
ϟ  saison saisissante et palpitante ▬  Saison 3.
ϟ  intrigue globalement intriguante ▬ 3x01.
ϟ chatiment divin exigible ▬  //
avatar
Niels Werner
this is the wizzarding world of
Je suis journaliste
informations
Je suis journaliste

star : henry cavill
crédit : GOLDEN BABY.
lettres postées : 111
date d'entrée : 27/03/2013

♦ Nota Bene
: recherches de liens en tout genre.
: vos relations principales ici
: ma baguette magique, trois paquets de cigarettes, un briquet, un poignard, de la menue monnaie sorcière, des préservatifs, un crayon à papier mâchonné



Message Posté Mer 18 Juin - 17:31.
« Ça va aller, beauté. J’ai la situation sous contrôle. »

Avdotia avait raison d’avoir peur, si Niels Werner venait de lui dire ça. Sa cigarette entre les lèvres, l’air parfaitement détendu et sûr de lui. C’était lui qui avait tâté le terrain auprès de l’ancienne mafioso, c’était lui qui avait manigancé auprès de la Mafia, et c’était lui qui avait sa tête sur le billot si quelque chose tournait mal. Si la situation n’était pas aussi sous contrôle qu’il le prétendait. Le Serpentard avait entouré d’un bras les épaules de son ancienne future collègue, tandis que tous les deux marchaient dans les rues moldues qui les emmenaient jusqu’à un endroit qu’ils connaissaient parfaitement. Le O’Maley’s Hostel était uniquement accessible par l’extérieur, par la porte. Connu seulement de ceux qui y travaillaient. Dont lui. Dont Avdotia, enfin, Macha. Qui allait peut-être revenir dans leurs rangs.

Dinah allait le tuer. C’était sûr et certain. Et ça ne l’angoissait même pas.

« J’ai pris rendez-vous. » Comme si ça allait changer quoi que ce soit à sa prochaine mort, au Mockingbird. Prendre rendez-vous avec la chef de la Mafia était obligatoire et même un imbécile qui détestait les règlements comme lui avait fini par le comprendre. Seul Matchmaker et Jockey pouvaient se permettre d’entrer dans le bureau de la femme sans frapper et sans s’annoncer auparavant. Et vous remarquerez qu’il n’était ni l’un, ni l’autre. La silhouette de l’hôtel en apparence délabré se profila dans leur champ de vision et après un dernier regard autour d’eux, ils étaient évidemment seuls, ils passèrent les barrières protégées de la propriété des mafiosi.
Le mafioso tapa contre la lourde porte du O’Maley’s Hostel, qui s’ouvrit quelques minutes plus tard sur la mince silhouette de Lust, en pleine préparation pour sa soirée au Red Lantern. Son visage était déjà illuminé, puisqu’elle avait eu le temps de le voir dans le judas magique de la porte. « Mockingbird ! Ça fait longtemps ! Tu ne viens presque plus, minauda-t-elle avec une moue boudeuse, le serrant contre elle. Je sais, mon cœur, et ton joli cul me manque, sans parler de ta cuisine. Tu nous laisses entrer ? J’ai rendez-vous avec le Parrain. Les yeux sombres de la danseuse nue se posèrent sur celle qui l’accompagnait. Les sourcils se froncèrent dans son visage et elle se fit plus raide – sa baguette à portée de main, dans sa robe très minimaliste. Il ne fallait pas douter des capacités de combat d’une danseuse nue, jamais. Qui t’accompagne ? Le sujet de mon rendez-vous. » Lust continua de dévisager la femme, semblant y reconnaître peut-être une personne connue ?, avant de les laisser passer. Elle savait qu’il n’était pas assez stupide pour faire entrer n’importe qui ici (même si c’était Werner), mais c’était dans la procédure. De se méfier.

Le chemin jusqu’au bureau du Parrain – inutile de signaler le changement de sexe de la tête de la Mafia au grand public, c’était meilleur pour la couverture – se fit par les chemins les moins fréquentés, pour ne pas être questionnés par des mafiosi trop curieux. Ou juste plus prompts à l’attaque sur des inconnus que Lust. Devant la porte, immobile, un long parchemin entre les mains, Matchmaker. Qui leva son regard d’acier pour les dévisager tous les deux. D’abord lui, ensuite Avdotia. Longuement. Très longuement. Trop longuement. « J’ai rendez-vous avec Dinah, Matchmaker. Faudrait pas la faire attendre. » Sa voix était enjouée, il s’était allumé une autre cigarette pendant qu’il déclarait la phrase magique. Sésame, ouvre-toi.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Lun 23 Juin - 0:23.
« Tu fais vraiment tout pour pas me rassurer, tu l'sais, ça ? »

Werner qui lui dit qu'il a la situation sous contrôle. Alors qu'il a demandé rendez-vous au Parrain Graymalkin, pour introduire Avdotia Tokarieva-Sejdic comme il faut au sein de l'appareil criminel le plus étendu de l'ouest européen. Alors qu'Avdotia a eu un contrat sur la tête pendant un certain temps, et qu'elle est censée être six pieds sous terre, tuée par Bloodbath, lui aussi zigouillé curieusement. Elle ne rejette pas pour autant l'étreinte de Niels, sachant qu'elle lui doit la vie pour plusieurs occasions, et qu'il va peut-être éviter de la faire buter dans pas longtemps.

Peut-être.

Tout ça parce qu'elle en a eu assez de vivre enfermée dans une boutique de luxe, à jouer à la gardienne. Parce qu'elle veut retourner habiter dans son ancien appartement, laissé à la dérive depuis sa prétendue mort. Parce qu'elle ne veut plus se cacher, qu'elle ne veut plus survivre. Qu'elle a besoin de changer d'air aussi. La rupture avec Pennia a été difficile et Avdotia fait tout ce qu'elle peut pour ne plus la croiser dans la boutique, ou dans Londres tout court, ou dans le Monde Sorcier en tout. Et rien n'est aussi compliqué que cela. Alors elle a le sentiment que quitter Adelheid's Luxury lui fera le plus grand bien, et qu'en emportant le renard polaire avec elle, ça arrangera aussi bien des choses.

Werner essaie de nouveau de la rassurer, en lui racontant donc qu'il a pris rendez-vous, ce qu'elle sait déjà parce que c'est pas la première fois dans leur avancée qu'il le lui dit. Sans doute essaie-t-il de se conforter lui-même dans ses choix. Ou peut-être attend-il qu'elle le félicite de cet excès de politesse qui ne lui ressemble pas. Mais c'est le Parrain, et on ne rigole pas avec le boss, encore moins depuis que c'est Ariadne Graymalkin qui est à la tête de la Mafia Magique, et qu'elle a juré de retrouver le meurtrier de son père. Avdotia le suit, retrouve la façade connue du O'Maley's et sourit malgré elle. Les murs de la baraque lui ont manqué. S'ensuit alors une discussion entre Lust et Mockingbird, sur le seuil de l'hôtel particulier, puis ils entrent enfin… Pour se retrouver bientôt avec un Matchmaker perplexe et suspicieux.
Avdotia regrette dès que Werner a fini de parler d'avoir écrasé sa cigarette sur le trottoir avant d'entrer. Ça lui aurait fait du bien, une taffe supplémentaire, pour se donner du courage, un peu.

« Tu manques pas d'air, Mockingbird. Ça promet. » Matchmaker ré-enroule le parchemin d'un coup de poignet, puis toque à la porte, l'ouvre et leur fait signe d'entrer à sa suite. Impossible de savoir si le consigliere est amusé ou pas, il tire en tout cas une gueule de trois kilomètres de long qui ne laisse pas présager grand chose de bon. La porte se ferme derrière Niels & Avdotia.

Dans le fauteuil massif du Parrain, l'ancienne avocate en Droit Pénal Sorcier lève les yeux des parchemins qu'elle étudiait. Elle jette un coup d'œil vers le coin droit de la pièce, en direction de Butler, son garde du corps et frère adoptif qui la suit comme son ombre. Comme si elle l'interrogeait sur les intentions des personnes qui viennent d'entrer. Matchmaker s'installe dans un fauteuil à la droite de Dinah Graymalkin et joint ses mains avec un air pensif. Le temps se suspend… et le parrain finit par se redresser pour pousser une beuglante à l'égard de Niels Werner : « Si c'est une plaisanterie, Mockingbird, ELLE EST VRAIMENT NULLE À CHIER ! Avant d'ajouter, d'un ton qui ne laisse aucune place aux protestations : Asseyez-vous. TOUT DE SUITE ! » Celle qui était autrefois connue pour être relativement tempérée se révèle beaucoup plus à cran pour des tout petits détails de rien du tout. Elle contourne son bureau et s'assied dessus, mains appuyées sur le bord du bureau, le serrant à en broyer le bois presque. S'adressant au sous-fifre qui a cru bon de jouer au malin en lui demandant un rendez-vous, elle reprend d'un ton glacial : « On va la faire simple : si tu me mens, je t'écartèle. Qu'est-ce que tu fous à m'amener Avdotia Tokarieva dans mon bureau alors qu'elle est censée être morte ? Tu veux le fric de Bloodbath ? T'es fou d'elle et tu veux que j'épargne sa vie ? Ça te suffit pas assez de jouer au con avec Tu-Sais-Qui, il faut en plus que tu me ramènes une morte dans les pattes ? C'EST QUOI TA DERNIÈRE IDÉE À LA CON ? »

Oh oui, Matchmaker avait déjà parlé de Mockingbird à la fille du Parrain quand ce dernier était encore en vie. Et puis elle avait pu le voir à l'œuvre parfois. Conclusion : elle avait retenu qu'il était bon, mais qu'il avait quand même parfois (souvent) des idées foireuses. Et elle redoutait que ce soit le cas aujourd'hui, alors qu'il ramenait quelqu'un des morts.
Quant à Avdotia, elle observait, silencieuse. Si elle n'était pas morte sur le coup, c'est qu'il y avait peut-être un espoir pour elle. Il suffisait simplement de croiser les doigts et d'implorer Merlin pour que Werner ne fait pas trop le malin. Ou que Matchmaker ou Butler (peut-être bien Butler après tout) parviennent à calmer le Parrain avant que l'irréparable ne soit commis.
avatar
Niels Werner
this is the wizzarding world of
Je suis journaliste
informations
Je suis journaliste

star : henry cavill
crédit : GOLDEN BABY.
lettres postées : 111
date d'entrée : 27/03/2013

♦ Nota Bene
: recherches de liens en tout genre.
: vos relations principales ici
: ma baguette magique, trois paquets de cigarettes, un briquet, un poignard, de la menue monnaie sorcière, des préservatifs, un crayon à papier mâchonné



Message Posté Mar 24 Juin - 19:08.
Il ne manquait pas d'air. C'était le plus beau compliment que Matchmaker pouvait lui faire. Werner mima une révérence, prenant bien le commentaire, même s'il savait que ça n'augurait rien de bon. La tête du consigliere était bien assez équivoque.

La tension monta d'un cran quand ils entrèrent dans le bureau d'Ariadne, qui ne leur accorda d'abord aucune attention. Il présageait le pire. Le silence ne dura d'ailleurs pas bien longtemps – et il ne lui vint même pas à l'idée de désobéir quand elle leur ordonna de s'asseoir. Leurs deux corps s'affalèrent dans les fauteuils devant son bureau, tandis que la séduisante brune venait s'asseoir juste devant eux. Lui parlant d'un ton qui était si glacial qu'il avait sans doute explosé le zéro absolu et qui surtout ne laissait aucune place au mensonge, aux pitreries ou aux sarcasmes. Ça allait être difficile, autrement dit, mais il allait en être capable.
Il sentait qu'aucun « mon cœur en sucre » ne pourrait rehausser l'humeur de la patronne. Une chance que ce bureau est insonorisé d'ailleurs, sinon tout le O'Maley's entendrait parler de ses derniers exploits. Il savait que la Graymalkin avait encore en travers de la gorge qu'il soit en couple avec Vous-Savez-Qui, mais ça, c'était du jamais vu. Sa cigarette trembla légèrement entre ses doigts, il n'était quand même pas toujours aussi sûr de lui que ce qu'il prétendait, et il reprit contenance en prenant une longue bouffée. Puis une autre. Il en aurait bien proposé une à tout le monde, mais il sentait qu'il allai trembler juste en sortant son paquet de cigarettes. Et il avait une réputation à tenir. Il verrait après.

Sa langue humecta ses lèvres, avant qu'il parle, les yeux dans ceux de la Graymalkin : « Ariadne, je te présente Macha Polikova. Il put voir Matchmaker tressaillir, un frisson discret. La Mafia de l'Est a des méthodes différentes, je t'apprends rien. Nous, c'est pseudonymes. Eux, c'est Polynectar et deuxième identité. C'est pour ça qu'Avdotia et Macha, c'est la même personne. » C'était très résumé. Si Avdotia avait envie d'expliquer elle-même les raisons de sa venue en Angleterre, c'était à sa discrétion, mais tout le monde savait qu'elle avait suivi son frère au pays. C'est pas un secret, ça. « Je l'ai découvert quand on bossait ensembles à la Gazette. J'étais sacrément défoncé, d'ailleurs. Doux souvenirs de quand il s'adonnait aux plaisirs des substances illicites... Ce n'était pas plus mal qu'il ait arrêté. Il devait être un peu un adulte responsable, désormais. Et je dois dire que je trouvais ça foutrement marrant, donc j'ai rien dit. Et pis après, y'a eu Bloodbath et... en gros, elle est morte deux fois et je me disais que si elle a survécu à tout ça, sans jamais se faire prendre pour double identité, ce serait pas mal qu'elle revienne parmi nous. » En gros. Il pouvait sentir la colère émaner d'Ariadne, en vagues de chaleur incandescente, et il se considéra heureux de ne pas être grillé sur place. Chacun de ses mots n'avait sûrement rien fait pour calmer sa patronne.

Il n'osa même pas tourner son visage pour parler à Avdotia, se disant que s'il avait le malheur de détourner le regard, le Parrain allait l'écarteler sur le champ. Elle en était capable et il ne savait pas si Butler ou Matchmaker allaient intervenir. « Tu peux expliquer comment t'es morte deux fois, beauté ? » Un petit sourire, tout aussi hésitant. Bouffée de sa cigarette.
Contenu sponsorisé
this is the wizzarding world of
informations



Message Posté .

A familiar face [PM]

T H E R E . I S . N O T H I N G . L I K E . L O N D O N :: O'Maley's Hostel :: Bureau de Maverick Graymalkin

Sujets similaires

-
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» HAÏTI FACE À L'OBLIGATION DE L'ÉTAT
» Le président Martelly fait face à trois crises!LAVEZ VOS JUPONS ET MARTELLEZ LES

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: