VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

Soirée d'ouverture
ϟ this is the road to ruins, and we're starting at the end, say yes, let's be alone together.
ϟ Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Georges F. Shakespeare
this is the wizzarding world of
Je gère mon commerce
informations
Je gère mon commerce
le grand méchant loup xD
star : Daniel Radcliffe
crédit : Hollow Bastion
lettres postées : 409
date d'entrée : 27/08/2011

♦ Nota Bene
: passez sur ma fiche, on trouvera bien quelque chose
:
: sa baguette et son petit carnet à dessin



Message Posté Dim 20 Mai - 21:28.


Soirée d’ouverture
Don’t stop the party

★ noms des participants: tous le monde x)
★ statut du sujet: Libre
★ date: 28 aout
★ heure: à partir de 23 heures
★ météo: il fait chaud
★ saison: saison 2
★ numéro et titre de l'intrigue globale en cours: .
★ numéro et titre de l'intrigue en cours: .
★ intervention de dominus: non merci :lover:
★ récompenses: non


★ précisions : RP de 40 lignes maximum pour que ça aille vite quand même


Dernière édition par Erik G. Cressey le Sam 26 Mai - 12:02, édité 1 fois
avatar
Georges F. Shakespeare
this is the wizzarding world of
Je gère mon commerce
informations
Je gère mon commerce
le grand méchant loup xD
star : Daniel Radcliffe
crédit : Hollow Bastion
lettres postées : 409
date d'entrée : 27/08/2011

♦ Nota Bene
: passez sur ma fiche, on trouvera bien quelque chose
:
: sa baguette et son petit carnet à dessin



Message Posté Dim 20 Mai - 21:38.
    Il était 23 heures lorsque les portes s’ouvrirent. Erik qui était en train d’échanger quelques mots avec un des barmans avait bonne espoir que ce nouveau commerce sur le Chemin de Traverse face un tabac. Et auquel cas même où les sorciers ne soient pas convaincus par ce concept moldu qu’était les boites de nuit, la partie moldu du Laughting Corpse était devenu incontournable pour les non-sorciers ce qui amortissait une bonne partie de l’investissement.

    Il se mêla discrètement aux jeunes gens qui commençaient à entrer dans la salle. La musique n’était pas à pleins volumes, pas encore, si bien que les gens pouvaient presque s’entendre parler. Il fallait bien avouer que malgré son assurance feinte, Erik était un peu angoissé à l’idée que son enseigne ne marche pas. Et si ça tombait à l’eau ? Pour se détendre, il se dirigea vers l’imposant bar qui faisait le coin de la pièce. Il fit vaguement mine d’observer la carte des consommations sous le regard rieur du barman qui connaissait bien évidement son employeur. Puis, il commanda un des cocktails spécifiques au Laughting Corpse, le Diagon’s Trip. La carte de la boite comptait une dizaine de cocktails exclusifs qui avait été tous testé et réalisé sous la houlette d’Erik, et dont la recette est jalousement gardée. Pour cette soirée événement, Erik avait décidé de faire open-bar sans restrictions quelquonques. Les boissons était donc à volontés et gratuites. C’était un risque considérable pour une première soirée … Mais Erik était persuadé qu’il valait le coup d’être prit.

    Lorsqu’il retourna vers le centre de la salle, il put remarquer que la sauce prenait. Doucement mais surement. Il vit les sorciers se retrouver et danser sur la piste de dance. Tandis que d’autres s’asseyez par petits groupes autour des tables disposés en arc de cercle entourant la piste. Il espérait que plus tard il pourrait utiliser la scène surélever pour des concerts … Pourquoi pas un hommage au Bizzare Sisters ?

    Tout faisant des projets sur la comète, il sortit dehors pour rencontrer les videurs et s’assurer que tout se passer pour le mieux. Ceux-ci, deux gaillards bien costauds et imposants, lui répondirent qu’il n’y avait pas de problème. Erik s’éloigna donc l’esprit tranquille et s’isola dans un coin pour allumer une cigarette.


avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Sam 26 Mai - 21:55.

Fin août, quelques jours avant l'inauguration du mémorial aux victimes et disparues des l'Organisation Secrète et de la guerre civile. Il se fait tard, la nuit est déjà presque noire mais il faut toujours aussi chaud. Une ambiance d'été indien. La douce chaleur de la fin de l'été et on aurait presque l'impression que tout va pour bien dans le meilleur des mondes. Pourtant, les débris de ruines de sont pas loin, les bouquets de fleurs déposés à là où sont tombés des résistants ne manquent pas. Les vacances ont été de courte durée, c'est peut-être pour cela que les jeunes ont tant envie de s'amuser. Boire, danser, faire la fête, pour oublier ne serait-ce qu'un soir les horreurs des combats, les amis tombés sous le joug de l'Organisation et des sortilèges. Sans penser que le lendemain, le retour à la réalité sera d'autant plus brutal. Des prospectus promotionnel d'une soirée se joignaient à ceux présentant les têtes mises à prix des membres de l'Organisation. Quel savant mélange, le loisir et la guerre. Au fond tous deux ne sont peut-être pas si différent que ça. Ils aliènent les gens et ils les font devenir autre. Je me souvenais que n'avais plus fait la fête depuis fort longtemps. Cette soirée promettait d'être la dernière à laquelle je pourrais assister avant la rentrée. Et quelle rentrée ! J'avais choisie le cursus défense des nations. Dur oui, mais c'était mon choix et je m'y tenais. Étrange comme les choses peuvent changer d'une année sur l'autre, comment l'OS a influencé ma vie. Je m'étais promis de travailler avec les créatures magiques. Certainement sur si le Tournoi s'était déroulé sans embûche, je serais encore à Beauxbâtons, qui accueillait l'annexe universitaire spécialisée dans la médecine magique. Mais les choses en ont été autrement. Ce que l'Organisation a révélé. L'instinct de mort, le désir d'auto-destruction, l'idée de suicide, la danse macabre de l'Humanité m'a décidé à me battre pour que plus jamais l'Humanité ne soit mise en péril. L'Organisation a réveillé le monstre qui sommeille en chacun de nous, comme une boîte de Pandore. Au détour d'une réelle un bruit de fond s'intensifia. J'avais vraisemblablement pris la bonne route. En effet, je ne tardais pas à distinguer la silhouette du fameux pendu qui s'agitait sur tous les prospectus de cette nouvelle boîte de nuit mi-sorcière mi-moldue. J'étais venu au hasard, sans véritable intension d'y aller, ni même de ne pas y aller. Je me déciderais sur le tas. En m'approchant un peu plus je me rendis compte qu'il y avait déjà du monde à l'intérieur et vraisemblablement une bonne ambition. Apparemment, le coup marketing avait fonctionné, la soirée d'ouverture fleurissait. « Salut ! » annonçais-je à l'intention d'une jeune homme qui devait avoir le même âge que moi ou pas bien loin. Il me commença à sortir son briquet à me présenter son paquet de cigarettes. « Non merci, je ne suis pas venu de demander du feu ou une cigarette, je ne fume pas. Je m'appelle Ariel. » Malgré tous les évènements, je n'avais pas constamment conscience que mon nom ainsi que ma tête étaient connus maintenant. « T'es déjà rentré ? C'est comment ? »
avatar
Georges F. Shakespeare
this is the wizzarding world of
Je gère mon commerce
informations
Je gère mon commerce
le grand méchant loup xD
star : Daniel Radcliffe
crédit : Hollow Bastion
lettres postées : 409
date d'entrée : 27/08/2011

♦ Nota Bene
: passez sur ma fiche, on trouvera bien quelque chose
:
: sa baguette et son petit carnet à dessin



Message Posté Dim 27 Mai - 18:18.
Il reconnut chez la jeune blonde qui venait le voir la championne de Beauxbâtons … Enfin, il n’en était pas certain à 100 %, c’était sans doute un des seul à n’avoir pas porté attention au Tournoi l’année dernière. Il avait fini par atterrir lorsqu’il avait vu la photo d’Enora dans le journal avec en légende, « nouvelle championne de Poudlard », là il s’était dit qu’il y avait un truc … Mais il n’avait pas pour autant suivi la troisième tache sur l’écran de retransmission comme les autres Londoniens. Elle déclina son identité. A ce moment il fut certain que c’était bien elle. Mais il n’allait pas en faire un fromage …
Ariel lui avoua qu’elle ne fumait pas. Il eut un rire doux, un peu amer et très cynique. La cigarette était mauvaise pour la santé, il le savait, d’autant plus que lui fumait exclusivement des moldus. Mais il partait du principe que tout le monde mourrait un jour, par conséquent lui aussi. Et avec toutes ses petites magouilles illicites, il ne se donnait pas 50 % de chance de voir un jour ses 30 ans. Donc il estimait qu’il pouvait fumer autant que l’envie lui prenait, d’autant plus que ce n’était pas un grand consommateur.
    « Tu as raison, c’est mauvais pour la santé » commenta – t- il, avec des yeux pétillants. « Je suis Erik. »
Il tira encore une fois sur sa cigarette, rejeta la fumée vers le sol pour ne pas opportuner la jeune femme. S’il était déjà rentré ? Là encore un sourire s’étira sur ses lèvres. Bien sûr qu’il était déjà rentré, c’était même lui qui avait décidé de tous l’agencement de la salle, de la musique, des consommations à vendre … mais elle ne pouvait pas le savoir qu’il était gérant du Laughting Corpse. Il regarda Ariel droit dans les yeux, en riant à nouveau. Décidément, il était d’humeur bien joyeuse, ce soir.
    « Je viens d’en sortir. Ça va, ça se défend. »
Il finit sa cigarette et l’écrasa par terre du bout du pied. Puis il recula et ouvrit une porte de service qui se trouvait près d’eux. C’était l’entrée des artistes, en quelques sortes. Et aussi l’entrée pour éviter la queue devant la boite. Il lui fit un signe de tête vers le couloir, éclairé magiquement qui s’était découvert derrière la porte. Des bruits de fonds, musique, éclats de voix, rire, s’échapper de la salle qui se trouver juste derrière ce couloir.
    « Je t'offre un verre ? »
Il l’entraina dans le couloir qui menait jusqu’à une espèce de sas. Deux portes, une menait à l’escalier qui menait à l’étage, l’autre à la salle. Il ouvrit cette dernière. A cette distance, ils n’étaient pas loin du bar et se frayèrent rapidement un chemin jusqu’à celui-ci. Erik passa derrière le comptoir puis leva ses yeux vers Ariel. Toujours d’humeur joyeuse, yeux pétillants, sourire aux lèvres.
    « Je te sers quoi ? »
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Lun 28 Mai - 0:13.

Le jeune homme sourit. « Tu as raison, c’est mauvais pour la santé. Je suis Erik. » Ses yeux brillaient comme s'il était amusé de la situation. Il tira une dernière fois sur sa cigarette puis la laissa tomber par terre sans l'avoir complètement consumé. « Je viens d’en sortir. Ça va, ça se défend. » Il avait l'air sincère, mais quelque-chose me dérangeait chez lui. Il n'avait de cesse que de sourire et de rire et ça commençait à devenir étrange. Je ne savais sur quel pied danser. Un instant, l'idée qu'il ai pu ingurgité quelques substances me traversa l'esprit. Mais mise à part son air très jovial, il était parfaitement lucide. Je rejetais cette théorie. Il recula de quelques pas puis sur tourna vers une porte dérobée et l'ouvrit d'un seul tenant. Je sentis mes yeux s’écarquiller, me demandant ce qu'il se passait. Mais je ne tardais pas à comprendre, tant la musique de la boîte de nuit s'était intensifiée à l'ouverture de la porte. Il s'agissait donc là d'une entrée "secrète" de la boîte. Alors qu'Erik s'était déjà engouffré à l'intérieur, je restait immobile et bouche bée devant les effets magiques fantasmagoriques qui s'échappaient déjà de ce simple couloir. A voir cette mise en bouche, j'avais de plus en plus hâte de découvrir qu'est-ce que la salle de la boîte pouvait bien réserver d'encore plus grandiose. « Je t'offre un verre ? » Je regardais une dernière fois la queue interminable qui s'impatientait avec un sentiment de culpabilité avant de me laisser entraîner dans le couloir. « On a le droit de faire ça ? » M'enquis-je alors que je saisissais ma chance. Nous arrivâmes jusqu'au fond du couloir qui s'ouvrait sur deux portes. Erik ouvrit l'une d'entre elle et nous furent plongées dans la lumière et le son de la piste de danse. L'ambiance était vraiment festive. Un instant les jeux des couleurs me rappelèrent mes souvenirs de 14 juillet de mon enfance moldue. Erik se fraya un chemin à travers les danseurs, que je suivais de près. Nous parvînmes jusqu'au bar, où il passa sans gêne voire même avec un naturel déconcertant derrière le comptoir. « Avec plaisir ! Alors comme ça tu travailles ici ? C'est génial ! » Demandais-je au comble de l'émerveillement en posant mes coudes sur le rebord du comptoir. « Je te sers quoi ? » Je souris, de plus en plus émerveillée. Je tendis un instant la main vers la carte des consommations, puis me ravisa en arborant à nouveau un sourire. « Aucune idée, c'est toi le barman, donne moi ce que tu as de meilleur, j''ai pas peur des alcools forts, sorciers ou moldus ! » Ca pour n'avoir pas peur des alcools forts je n'en avais pas peur. Toute bonne dionysos de son état se devait de résister à l'alcool. Bien sûr, l'écurie n'est pas réduite qu'à l'orgie festive, il y a aussi le théâtre et les arts, mais il y a aussi les fêtes. C'est endroit était vraiment magique, divinement beau, édulcoré à souhait. « C'est quoi la prochaine surprise Erik le barman ? »
avatar
Georges F. Shakespeare
this is the wizzarding world of
Je gère mon commerce
informations
Je gère mon commerce
le grand méchant loup xD
star : Daniel Radcliffe
crédit : Hollow Bastion
lettres postées : 409
date d'entrée : 27/08/2011

♦ Nota Bene
: passez sur ma fiche, on trouvera bien quelque chose
:
: sa baguette et son petit carnet à dessin



Message Posté Lun 28 Mai - 12:11.
« On a le droit de faire ça ? » avait-t-elle demandé lorsqu'il parcourait le couloir. Il lui répondit avec un temps de retard alors qu’il était en train de sortir les ingrédients pour préparer un cocktail. Il sortit un shaker, les alcools et un verre à cocktail tout en parlant.
« J’avoue que ce qu’on vient de faire est interdit, mais on va dire que j’ai un laissez-passer et que je t’en fais profiter. »
Il sortit les bouteilles de Vermouth Rouge et de Whiskey. Il avait décidé de réaliser un Color Block à Ariel. C’était un cocktail du Laughting Corpse, librement inspiré du Manhattan moldu. Erik avait appris à faire les cocktails aux Etats-Unis, à l’âge de 19 ans. Il avait alors été employé dans une boite de nuit moldue de New-York, sur l’île centrale. Il avait trouvé les américains fascinants … Les américaines aussi d’ailleurs. Après cette escale au Etats-Unis, il était parti Afrique et en Océanie. Puis il était allé faire le tour du continent sud-américain. Là-encore, lors d’un séjour à Cuba, en plus d’apprendre à danser la salsa, il avait travaillé dans un bar à cocktail.
Il versa les glaçons au fond du shaker, puis ajouta la liqueur amer, le Vermouth et le Whiskey, referma le tout e agita pendant quelques secondes. Il versa le cocktail dans un verre qu’il avait givré avec des jus de citron et du sucre auparavant. Enfin il se retourna, attrapa un flacon sur un des étagères derrière lui et versa quelques gouttes de la potion dans le verre. Le mélange prit alors des couleurs édulcorées changeantes, alternant bleu, jaune, rose, violet, vert, etc. … Il se retourna vers Ariel et tendit le cocktail dans un sourire presque professionnel. « C'est quoi la prochaine surprise Erik le barman ? » . Il lui sourit.
« He bin, techniquement, ce n’est pas Erik le barman, mais Erik le gérant. »
Il se servit un whisky on the rocks en regardant sa réaction avec un sourire légèrement sarcastique.


avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Lun 28 Mai - 19:52.


Cela faisait déjà quelques soirs que Justin se trouvait à Londres et devant les ruines qui lui remémoraient sans cesse la bataille, autant du monde sorcier que celle de Beauxbâtons à laquelle il avait assisté, il n’avait qu’une envie : faire la fête pour se changer les idées. Il avait entendu parlé de l’inauguration d’un bar et ne s’était pas posé plus de questions, il y passerait sa soirée, du moins le début de celle-ci. Sachant d’avance qu’il allait sûrement finir dans un sale état, il n’en avait pourtant cure, préférant cette solution à une nuit blanche à ruminer les mauvais souvenirs pour éviter les cauchemars.

Une clope dans une main, son troisième Unicorn’s Truth de la soirée dans l’autre, il arpentait la salle du Laughting Corpse à la recherche d’un visage connu ou de quelqu’un qui se démarquerait de la masse. Tout le monde avait le sourire aux lèvres, ou presque, mais à ses yeux, ce n’était que pure comédie comme celui qu’il arborait de son côté. Pourtant, il préférait le mensonge à une salle en pleurs, autant essayer de se convaincre que tout allait bien plutôt que d’accepter que leurs blessures n’étaient pas encore totalement cicatrisées.

Pourtant, lorsqu’il aperçu Ariel, il batailla entre le bonheur de la revoir et la douleur que sa vision réveillait en lui. La championne de Beauxbâtons, la sœur de Margaret ex-petite amie qui avait été kidnappée, là, juste à quelques mètres, discutant avec un jeune homme qui venait de lui préparer un verre. Il déglutit avec difficulté avant de respirer un bon coup pour se redonner contenance. Sa cigarette s’écrasa sur le sol alors qu’il finissait son cocktail d’une traite pour les rejoindre les mains dans les poches. Il entoura la taille de la belle blonde de ses bras avant de poser un baiser sur sa joue, conscient de sa surprise qui engendrerait sûrement un léger sentiment de peur.

Ils ont réussit leur coup si l’ancienne championne est venue à l’inauguration ! Lâcha-t-il tout sourire avant de tendre une main à Erik. Justin, enchanté. J’ai vu que tu lui avais préparé un verre, est-ce que ce serait malvenu de demander le cocktail le plus corsé de la maison ? Il s’adossa au bar et sorti une nouvelle cigarette qu’il alluma d’un coup de baguette.

La présence d’Ariel et les souvenirs qui défilaient en flashs n’avaient fait qu’augmenter son envie d’autodestruction. Sa conscience, prenant la voix de son grand-frère Gaspard, n’était que peu présente ce soir. Il n’allait pas écouter son bon sens pour survivre à cette soirée, bien au contraire. Il fallait qu’il oublie, qu’il pense à autre chose, que tout redevienne facile. Le jeune homme affronterait la réalité demain, à grand renfort de gueule de bois. Mais pour l’instant, autant profiter de l’instant présent en espérant que l’ex-championne ne veuille pas trop évoquer les vieux souvenirs.

Parler de Margaret avec elle ne ferait que réveiller la culpabilité qu’il ressentait par rapport à leur relation. Il s’était à peine attaché et avant qu’elle ne disparaisse il s’était mis en tête de mettre fin à ce couple qui ne rimait à rien. Mais son kidnapping l’avait mis devant le fait accompli. Lesieur avait bel et bien éprouvé quelque affection pour la jeune Augustin. Et rien de ce qu’il pourrait faire n’effacerait jamais ce fiasco. Il n’avait plus qu’à vivre avec et regretter amèrement d’avoir accepter de se lier à elle. Mais n’y pensons plus voulez-vous ? Essayons plutôt de trouver quelque amusement à cette rencontre digne des plus grands plans fourbes du destin.

Que la fête commence.


Dernière édition par Justin H. Lesieur le Mer 6 Juin - 20:37, édité 1 fois
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Lun 28 Mai - 21:50.

The Laughting Corpse


Son odeur, son petit corps frêle et pourtant grandissant serré tout contre mon coeur. Je lui avais promis de revenir, je reviendrais toujours, jamais je ne l’abandonnerait et pourtant j'avais eu l'impression de l'avoir perdu durant ces longs mois à Beauxbâtons. Il m'avait manqué...tellement manqué. Je serrais Ezeckiel contre moi alors que ses bras d'enfants m’enlaçaient le cou. Je n'avais jamais fais un excellent père mais j'espérais bien me rattraper, lui montrer qu'il était une des plus belles qui est pu m'arriver, même s'il était arrivé dans les pires circonstances possibles, même si sa mère n'était plus et que jamais il n'aurait un papa et une maman qui s'aiment autour de lui. Il était le fruit de ma chair, il était mon fils. Aller le voir à l'orphelinat fut la première chose en tête de ma liste lorsque je fus arrivé à Londres. Je ne voulais pas m'attarder à me morfondre sur les débris d'une guerre où nous avions tous perdus. Je ne l'avais pas perdu, lui, et c'était une partie de l'essentiel. Une grosse partie.

J'avais besoin de prendre l'air ce soir là, de me changer les idées, sortir toutes ces images de ma tête. J'étais resté toute l'après-midi avec Ezeckiel et je me sentais encore mal d'être parti mais je ne pouvais pas rester éternellement, les visites n'étaient plus autorisés au dela de vingt heure et cette chère Dame McGraw était très stricte sur les horaires, je l'avais appris à mes dépends pendant l'enfance. J'étais rapidement passé par l’hôtel Moldu où j'avais loué une chambre pour pouvoir assister à la commémoration. J'avais enfilé un jean plutôt sombre avec une chemise clair. J'enfilais une écharpe dans les tons mauve et une veste puis sortais. J'avais marché quelques minutes avant de tomber face à une affiche, un petit prospectus annonçant la soirée d'ouverture d'une boîte de nuit, concept moldu. J'avais haussé les sourcils et en avait déduit que c'en serait un bon moyen pour décompresser.

Je passais devant les videurs qui me laissèrent entrer bien que j'aperçus un brin de scepticisme dans leurs yeux. Quoi ? C'était réservé aux ados pleins d'hormones qui bavaient devant de simples fesses ? Et bien il se trouvait que non, un homme comme moi de vingt-cinq pouvait rentrer, encore heureux. La musique semblait commencé à hausser le ton alors qu'un nombre conséquent de personnes dansaient déjà. Je desserrais mon écharpe, la plia légèrement et l'enterra dans ma poche de veste. Je passais une main dans mes cheveux tout en me dirigeant vers un bout du bar. Je ne regardais pas vraiment autour de moi et je cru avoir un problème oculaire lorsque j'aperçus Justin Lesieur et Ariel Augustin. Ils semblaient plutôt proche et ne voulant pas m'imposer j'allais m'asseoir un peu plus loin, gardant toujours un oeil sur la championne. Cela faisait plusieurs mois déjà qu'elle était partie et sa présence manquait. Je fis un signe à un serveur et me saisit de la carte, mes yeux parcourant rapidement la liste des cocktails.

avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Mer 30 Mai - 13:03.

    Y aller ... Ne pas y aller ... Boire ... ne pas boire ... T'en penses quoi Nobunaga ?

    La jeune brune à l'oeil pétillant toisait le regard intrigué de la belle colombe perchée sur le rebord de la fenêtre de la chambre d'hôtel dans laquelle la française avait élu domicile quelques instant après être arrivée à Londres, il y a de cela une semaine et demie. Remuant délicatement le liquide qui baignait dans son verre, elle se tâtait. Alors que ses vacances avaient été un véritable fiasco et qu'au final elle n'avait pas revu Justin, elle se raccrochait tout de même à l'occasion de pouvoir passer une excellente soirée loin de toutes ses préoccupations estivales. Chasser l'Abraxan pour l'apprivoiser et le faire entrer dans un box privatisé dans lequel il bénéficiait de tout pour être heureux avait été la seule activité à laquelle la jeune femme s'était soumise. Et pourtant, avant de partir en vacances elle rêvait d'aller à Nîmes ou de recevoir son ... de quelle façon le considérer après l'épisode du labyrinthe ? Rien n'était clair, ils avaient un bon coup dans le nez et s'étaient contentés de s'écrire jusqu'à ce qu'Amelia ne s'exile en terres inconnues avec ses parents. Elle ne savait de quelle façon aborder la chose avec Justin qui avait l'habitude de collectionner les filles ... devait-elle feindre l'ignorance ? Aller à Londres s'était alors présentée comme une roue de secours. Peut-être que participer à cet évènement international de commémoration serait de bonne augure ?

    Peut-être pas ... Alors qu'elle se décidait à s'habiller pour se rendre au Laughting Corpse, une boite plus qu'attirante, une vague de doute s'empara d'elle, vague qu'elle envoya valser d'un revers de main, enfilant un short en jean et ses escarpins. Un dernier trait de maquillage et la voilà prête.
    Ne suffisait plus qu'à trouver la boite ... Ce qui fut moins difficile que ce à quoi elle s'attendait. Suivre la foule de jeunes gens, sorciers ou moldus, s'était avérée la solution la plus efficace pour trouver ce sanctuaire dans lequel elle ne tarda pas à se glisser après avoir fait la queue quelques minutes. L'oeil vif, son visage exprimait une sérénité sans faille. Cette soirée allait être la meilleure soirée de tout son été, elle le sut au moment où elle passa le seuil de la porte lui permettant d'entrer dans cette dimension alternative dans laquelle les couleurs se mêlaient, la musique battait son plein et l'alcool coulait à flot. Naturellement, elle repéra le comptoir et s'apprêta à s'y diriger lorsqu'elle vit le dos de ...

    Justin ...

    Il serrait entre ses bras Ariel, la championne de Beauxbâtons ... Saisit d'un frisson d'angoisse, elle fit demi-tour et alla se perdre dans la foule des danseurs pour se trouver un endroit où s'assoir. Peut-être qu'un serveur finirait par venir lui demander si elle voulait boire quelque chose ? En tout cas, elle trouva un coin tranquille au milieu duquel elle put s'assoir et tenter de faire le vide. Elle avait décidé de passer une bonne soirée et ne laisserait pas ses souvenirs la rattraper et l'empêcher de profiter de cet instant de liesse. Cependant, elle ne pouvait s'empêcher de jeter des regards vers le bar, activité qui fut bien vite interrompu par un serveur bienveillant qui me tendit une carte derrière laquelle elle se cacha. Ses yeux parcoururent vivement cette dernière et elle s'arrêta sur L'illusoire. Elle hésitait ... Puis opta pour cette boisson aux effets plus qu'intéressants. Relevant la tête, tendant la carte au jeune homme, elle regarda autour d'elle et ses yeux s'arrêtèrent sur un ancien élève de son école. Il devait avoir plus que la vingtaine mais elle ne savait rien de lui, elle le reconnaissait juste parce qu'elle avait forcément dû le croiser au moins une fois. Lui adressant un sourire poli et un signe de tête en guise de salut alors qu'elle croisait son regard, son attention se porta sur la boisson illicite qu'on lui apportait et qu'elle considérait déjà avec curiosité.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Mer 30 Mai - 17:20.

« J’avoue que ce qu’on vient de faire est interdit, mais on va dire que j’ai un laissez-passer et que je t’en fais profiter. » Erik se retourna vers son bar et commença à concocter un coktail. « He bin, techniquement, ce n’est pas Erik le barman, mais Erik le gérant. » Je ne pu m'empêcher de sourire, mais le pire c'est qu'il avait l'air sérieux. « Quoi sérieusement ? Attends, tu veux dire que tout ça là » en désignant l'établissement « c'est à toi ? » Je n'en revenais tout simplement pas, et cela devant se voir sur mon visage à voir le regard amusé d'Erik. J'étais tout bonnement ébahie. « T'as hérité ou t'as tout construit de tes blanches mains ? » Puis, en y réfléchissant à deux fois je me rappelait que le Laughting Corpse ouvrait ce soir. « Tu dois être riche pour avoir pu construire tout ça ! » Riche peut-être, audacieux peut-être aussi. Commerçant c'est sûr, étudiant ? Peut-être ... En tous les cas, Erik n'avait en rien l'air d'un sorcier comme les autres. Ni d'un gérant comme les autres. Si cette boîte lui appartenait vraiment, il restait très humble, prenant la place de son barman, faisant rentrer des personnes par la porte de service ... « En gros tu te payes ma tête depuis tout à l'heure c'est ça ? » m'enquis-je sans pour autant le prendre mal. « Merci ! » dis-je quand il me tendit le coktail. Il resplendissait de toutes les couleurs. « Ca en jette mais j'espère que c'est aussi bon que beau ! » lançais-je avec un faux air de cliente difficile. Je m'apprêtais à boire ma première gorgée, quant quelqu'un m'attrapa brusquement la taille. « Justin ! » M'exclamais-je à ce visage familier. « Voici Erik, barman et accessoirement gérant de ce club ! » annonçais-je avec une pointe d'ironie. Revoir Justin était agréable mais cela me rappelait inévitablement Margaret. Cependant, je m'étais juré que ce soir je ne me minerais pas le moral. « Ils ont réussit leur coup si l’ancienne championne est venue à l’inauguration ! » « Oh n'exagérons rien ! » Je sourais malgré tout. Malgré la guerre j'étais fière du chemin parcourue, surtout fière d'avoir survécu aux trois épreuves, et d'être encore en vie là où Paula, Zazy et Ben furent tués par l'Organisation. « Justin, enchanté. J’ai vu que tu lui avais préparé un verre, est-ce que ce serait malvenu de demander le cocktail le plus corsé de la maison ? » A voir Justin, je compris qu'il ne venait pas d'arriver et qu'il n'en était pas à son tout premier verre. Il arborait un sourire mais je savais que s'il buvait c'était aussi parce qu'au fond ça n'allait pas très bien ... Nous n'avons jamais été aussi proche depuis que Margaret a disparu, pourtant elle aurait du nous lier. J'avoue avoir été réticente face à leur relation. Trop protectrice je sais, mais en même temps j'ai quasiment élevé Margaret à la place de ma mère. « Comment vas-tu ? » demandais-je à Justin, que je n'avais pas vu depuis la fin des combats. Puis, je parcourus la salle d'un regard nouveau, pouvant désormais mettre un nom et un visage, et accessoirement un jeune âge derrière toute cette création. C'est alors que je crus apercevoir M. Kostan. Que je crus oui, car les effets lumineux ne me permettaient pas d'être absolument sûre. « Eh Justin ! C'est pas M. Kostan là-bas ? » demandais-je en désignant discrètement la direction.
avatar
Georges F. Shakespeare
this is the wizzarding world of
Je gère mon commerce
informations
Je gère mon commerce
le grand méchant loup xD
star : Daniel Radcliffe
crédit : Hollow Bastion
lettres postées : 409
date d'entrée : 27/08/2011

♦ Nota Bene
: passez sur ma fiche, on trouvera bien quelque chose
:
: sa baguette et son petit carnet à dessin



Message Posté Jeu 31 Mai - 21:30.
« T'as hérité ou t'as tout construit de tes blanches mains ? » Il éclata de rire. Un héritage ? Oh non certainement pas. Enfin, on aurait presque pu dire que l’argent qui avait financé le projet était issu d’un héritage, mais ce n’était pas tout à fait exacte non plus … Quand à ces blanches mains, elles avaient été noirci bien avant que l’idée d’ouvrir un commerce ne l’effleure, avant même qu’il ne se décide à rentrer à l’UMA en tant qu’étudient en Commerce et Communication. Ou plutôt Commerce et International parce que c’était ce qui était écrit sur le papier le jour de son inscription l’année précédente. Cette histoire de réforme de l’Université lavait beaucoup contrarié … Elena s’était retrouvée à Poudlard. C’était très … frustrant.
Il se contenta de lui adresser un sourire mystérieux et un rien ironique. « Tu dois être riche pour avoir pu construire tout ça ! » . La remarque lui fit levait la tête surpris. C’était une manière bien étrange d’aborder la question … Oui, il était riche. Enfin Erik préférait dire qu’il était aisé, simple question de vocabulaire. Et cette richesse il l’avait durement gagné, et salement un peu aussi. Mais l’argent n’a pas d’odeur pensa-t-il. Cette réflexion lui tira un sourire presque malsain qui s’éteignit presque aussitôt. « En gros tu te payes ma tête depuis tout à l'heure c'est ça ? ». Oui, c’était un peu ça. Mais ce n’était pas méchant, c’était plus par taquinerie que par autre chose. Même si le fait qu’ils ne connaissent pas aurait dû l’obliger à être moins familier peut-être …
« Sans rancune ... » lui répondit-il avec un sourire complice. Elle fit un petit commentaire pince-sans-rire sur le cocktail qu’il venait de lui tendre auquel il répondit par un rire doux avec une confiance en lui à peine masqué. Arriva alors un jeune blond qu’il supposa de Beauxbâtons vu sa proximité avec Ariel. Etaient-ils en couples ? se demanda-t-il. Cette pensée le poussa à une autre et il se retrouva avec une jolie rousse dans la tête. Quand il reporta son attention aux deux jeunes, il comprit qu’Ariel venait de le présenter. Avec une pointe d’ironie. Cela lui tira à nouveau un sourire. Il aimait que quand les gens s’avaient faire preuve de dérision, voire d’autodérision. Il estimait que l’autodérision était une chose dont Elena manquait cruellement. Lui aussi peut-être … Le garçon, qui se nommait Justin, lui demanda un cocktail corsé. Il le jugea pendant quelques microseconde, se demanda si il était raisonnable de perdre les 20 galions que représentaient la consommation la plus hard de la carte, car oui il avait quand même l’âme d’un commerçant, sinon d’un homme d’affaire. Puis il estima que ce gars avait le cran pour boire un Illusoire et que si cela lui plaisait il reviendrait plus facilement. Il se remit donc au boulot et quelques minutes plus tard il remit dans les mains du jeune homme, un cocktail à la consistance aussi fluide que l’eau et à la couleur aussi limpide que la vodka. Ce cocktail contenait pas moins de deux ingrédients illicites et provoquait des effets hallucinogènes et euphorisants. Ainsi qu’un risque de dépendance … Mais c’était bien la dernière chose dont Erik se venterait. Il glissa discrètement un petit commentaire : « La maison décline toute responsabilité sur les effets de ce cocktail. »
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Ven 1 Juin - 1:44.
Présente pour la commémoration, Olympe avait bien entendu parler de la soirée d'ouverture du bar d'Erik, son cher ami. Celui qui avait été une aide incommensurable quand il était encore à l'académie, et celui qui avait décidé de reprendre contact depuis peu avec elle. Elle ne l'avait pas tenu au courant qu'elle se rendait à Londres, histoire de lui faire une surprise de taille... ou pas, car il serait probablement occupé à courir partout, ou accaparé par tous ses nouveaux clients. Elle n'avait pas répondu à sa dernière lettre, elle avait simplement renvoyé son hibou d'où il venait, sans rien dire de plus. Bref, techniquement, la jeune Zeus savait parfaitement qu'elle n'avait pas l'âge d'entrer dans un tel endroit, mais ses intentions n'étaient pas douteuses, loin de là. Elle n'espérait même pas rester, mais plutôt passer faire un coucou à celui qui aurait probablement beaucoup de succès dans le futur, proche ou lointain, mais aussi par curiosité, à savoir s'il allait l'amener auprès de sa pauvre mère dont il lui avait tant parlé dans ses lettres. Elle ignorait si elle était excitée à l'idée de la rencontrer, ou plutôt anxieuse de la façon dont cela se passerait. Enfin tout cela n'étaient que des hypothèses, puisque rien n'avait été promis, ni prévu, seulement écrit sur une lettre qui n'avait pas forcément beaucoup d'importance, qui était probablement là que pour se vider les tripes, pour avoir quelqu'un à qui se confier. Mais même si elle le réalisait, la jeune fille n'était pas touchée par ça. Elle savait que ça faisait du bien à son ami, et c'était tout ce qui importait pour l'instant, et ce, jusqu'à ce qu'il se sente mieux à ce propos.

Miss Montesquieu, vivant pour l'instant chez Allis Seward, s'était joliment préparée pour la soirée, ayant hésité à plusieurs reprises de s'y rendre ou non. Mais une fois de jolies boucles faites dans ses longs cheveux blonds, un maquillage léger mais suffisamment visible, et une magnifique robe en satin rouge, elle se convint qu'elle n'avait pas fait tous ces efforts pour rien, et se mit en route vers le bar, un sourire satisfait et à la fois impatient gravé sur le visage. Il faisait bon à l'extérieur, voire même plutôt chaud, mais une petite brise vint caresser rapidement les courbes gracieuses de la jolie blonde. La musique résonnait de plus en plus fort dans les rues, ainsi elle savait qu'elle s'approchait du nouvel endroit branché de Londres. Soudain, elle se tenait à l'entrée de "The Laughting Corpse", patientant comme tout le monde dans la queue qui piétinait depuis un certain temps. Après une vingtaine de minutes et des efforts pour faire comprendre, ou plutôt mentir, aux videurs en les baratinant pour se faire passer de l'âge correct pour rentrer, la blondinette se vit ouvrir la porte qui l'amena à l'endroit où la fête battait déjà son plein. Elle plissa légèrement les yeux pour voir si elle réussissait à apercevoir Erik, puis un sourire marqua le moment où ses yeux le localisèrent, au bar, discutant avec celle qu'elle qualifiait de son "ange gardien", et qui était aussi la championne de Beauxbâtons: Ariel. A présent impatiente, Olympe accéléra le pas pour se retrouver à leurs côtés en moins de temps qu'il en fallait pour prononcer Chocogrenouille, et tapota sans plus attendre à l'épaule du gérant, et quand il se retourna, elle lui fit gentiment signe de la main pour lui faire un petit coucou adorable. Dépourvue de sa voix, la française aurait adoré pouvoir le féliciter et lui souhaiter le meilleur, voire même lui crier "SURPRIIIIISE!", mais tout cela était devenu impossible depuis peu, et le jeune homme, particulièrement séduisant en cette soirée importante pour lui, le savait mieux que personne. Il avait été son confident depuis son réveil du coma à ce propos.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Lun 4 Juin - 14:06.
Everything has change but we still are the same


You make me feel

Un sourire, un regard et elle savait qu'elle irait. Erik et Elena s'étaient vu il y a quelques jours furtivement. Ce n'était pas réellement une invitation mais l'étincelle dans le regard du jeune homme était tout ce dont elle avait besoin pour se présenter à sa soirée d'inauguration. De toute manière, elle ne se serait pas gênée dans tous les cas. Ce qu'elle attendait de la soirée? Rien, enfin, elle espérait qu'elle ne serait pas déçue si rien ne se passait. Un doute s’immisça dans ses pensées. En faisant abstraction de cela, elle réussi tout de même à enfiler un robe rouge élégante mais provocante à la fois. Elle aimait faire les choses en grand. La Princesse s'était réservée la robe Dior pour une occasion spéciale et cette soirée l'était.

En jetant un oeil à son horloge de grand-mère, elle se rendit compte que l'heure avait défilé sans qu'elle ne s'en rende compte: il était déjà minuit passé, ce qui signifiait qu'elle avait déjà plus d'une heure de retard. Tant pis... On sait bien que les invités de marque arrivent après que l'ambiance se soit installée. Elena enfila des Louboutin noirs assortis à son gilet et transplana, comme toujours. Oui... elle adorait ne pas avoir à faire deux pas pour arriver, une vieille flemmardise qui venait de sa vie moldue.

Devant la boîte, c'était bondé: des jeunes femmes habillées de fluo, des hommes presque pas habillés du tout, bref tout l'attirail sorcier de Londres avait été convié. Prenant un air angélique, elle avança dans la file vers les videurs. Elle en avait aperçu un la dernière fois avec Erik. Il se souvenait d'elle mais ne la laissa pas entrer avant qu'elle ai allégé son porte monnaie de 10 galions. La tête haute, elle se dirigea vers la pièce principale qui, elle aussi, était remplie. Les gens dansaient, un verre à la main mais contrairement à certaines soirées, le sol n'était pas collant sous ses talons aiguille, un bon point pour Erik. Elena se dirigea vers le bar où elle était sûre de trouver le jeune homme... accompagné d'Ariel, la championne de Beauxbâtons pendant le tournoi des trois sorciers, d'un autre garçon qu'elle n'avait jamais vu et d'une jeune blonde, sans doute une française. Haussant un sourcil, elle se mit volontairement à l'écart, feignant n'avoir vu personne. Elle se dirigea vers un jeune homme seul, qui observait du coin de l'oeil le quatuor. Surprise me. dit-elle au serveur lorsqu'il vint prendre sa commande. Ce dernier lui fit un clin d'oeil malicieux et se mit à fouiller dans les dizaines de bouteilles de sirop, d'alcool et autre mélange à la recherche d'un liquide bleu brillant.

Elena détailla Erik en essayant d'oublier les agaçantes blondes qui l’entouraient. Il était élégant et souriait souvent. Cette boîte devait être un projet qui lui tenait à coeur, elle était fière de lui mais n'osait pas lui montrer. C'était la première fois qu'elle venait ici même s'il lui avait déjà parlé de son ambition. Elle supposait qu'il ne voulait pas lui montrer un travail non terminé. Elle chercha son regard et leurs yeux se sont joins quelques secondes plus tard, comme si Erik savait qu'elle était arrivée.


avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Mer 6 Juin - 18:00.

Justin ! Il n’avait pas fallu beaucoup de temps à Ariel pour le reconnaître et il lui servit un grand sourire pour toute réponse. Voici Erik, barman et accessoirement gérant de ce club ! Il avait hoché la tête en guise de salut avant de complimenter la boîte pour cette soirée d’inauguration. Une championne comme invitée de marque, un gros coup de pub, indéniablement. Par la suite, il avait séré la main d’Erik pour une présentation en bonne et due forme avant de lui demander le cocktail le plus corsé de la maison. Pendant que ce dernier s’activait sous le regard émerveillé de Justin, Ariel reprit la parole, visiblement enjouée. Ils étaient tous deux ravis de se retrouver malgré les souvenirs que cela faisait remonter. Mais le bonheur surpassait de loin la douleur ce soir et le jeune Lesieur comptait bien passer la meilleure nuit possible. Les retrouvailles aidant à le faire retrouver son caractère optimiste alors qu’il était à deux doigts de céder.
Comment vas-tu ? Sa question puait le sous-entendu, elle ne le connaissait que trop bien. Une cigarette à la bouche, cela se voyait qu’il n’en était pas à son premier verre de la soirée mais il n’avait rien trouvé de mieux pour tenir le coup. Bah, aussi bien que possible ! Et maintenant que je t’ai devant moi ça va on ne peut mieux ! Tu sais… Ca me fait vraiment plaisir de te croiser… malgré tout… Et toi, comment tu vas depuis le temps ? Il aurait pu mentir mais Ariel l’avait déjà percé à jour et ça n’aurait pas été améliorer son cas. Heureusement, elle le tira de ses réflexions en lui désignant leur professeur de sortilèges du doigt. Eh Justin ! C'est pas M. Kostan là-bas ? Il observa l’homme qu’elle lui montrait et éclata de rire avant d’adresser un grand signe de main à Kostan. Respect ! Un prof qui fait la fête parmi les élèves, me gusta ! T’as l’œil ma biche !
Ce fut ce moment là que choisit Erik pour lui tendre son cocktail avant d’ajouter un petit avertissement qui le fit sourire. La maison décline toute responsabilité sur les effets de ce cocktail. Il hocha la tête, admirateur, avant d’afficher une moue impressionnée. Monsieur Erik le gérant, tu sais comment faire d’un homme un client fidèle on dirait. Aucun doute que ta boîte va fonctionner du tonnerre de Dieu ! Plaisanta-t-il avant de prendre une première gorgée. Passant sa langue sur ses lèvres, il fut surpris du goût qui était loin d’être mauvais, bien au contraire. Il tapota l’épaule d’Erik, satisfait, alors qu’Olympe se joignait à eux. Un sourire en guise de salut et Justin se reconcentra sur son breuvage ainsi que sa cigarette qu’il finit par écraser quelques secondes plus tard, après avoir tiré une dernière latte.
Puis, reportant son attention sur Ariel il lui glissa quelques mots à l’oreille. Promets moi que tu m’écriras depuis Durmstrang, d’accord ? Et fais gaffe, je serais pas là pour te protéger si les mecs se mettent tous à te baver dessus… Il savait pertinemment qu’elle n’avait besoin d’aucune protection, encore moins de sa part mais c’était une plaisanterie de plus pour détendre l’atmosphère. Passant la salle au peigne fin, il cru halluciner lorsqu’il croisa le regard d’Amelia, assise plus loin. Excuse moi… je dois… Il ne savait absolument pas ce qu’il devait faire à vrai dire. Et sans un mot de plus pour s’expliquer, il se dirigea vers la belle Faure qui buvait le même cocktail que lui. Cette pensée le fit sourire et il décida de se comporter le plus naturellement possible avec elle. Bien qu’ils ne se soient pas vus cet été suite à l’incident du labyrinthe, ils s’étaient néanmoins écrits et il n’y avait pas de raison pour qu’il l’évite ce soir. Au contraire, il était bien trop heureux de la revoir.
Un sourire mutin dessiné sur les lèvres, il s’empara de sa main libre pour qu’elle se lève et planta un baiser bruyant sur sa joue. Et si on allait danser tous les deux ? Pas gêné le moins du monde, il s’était décidé à ne pas adopter le même comportement qu’avec Elisa lorsqu’il avait tout rendu compliqué. Avec Amelia les choses avaient toujours été différentes. Mais il savait parfaitement que tôt ou tard, ils devraient discuter de ce qui s’était passé. Ou pas, peut-être laisseraient-ils, comme à leur habitude, les choses se faire naturellement et voir ce qu’il en adviendrait…
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Ven 8 Juin - 17:01.

The laughting Corpse

© FICHE CRÉÉE PAR LITTLEHARLEEN


A dire vrai, je ne savais pas vraiment ce que je faisais ici. Je n'étais pas réellement adepte de ce genre de soirée mais quitte à renverser les habitudes, autant le faire jusqu'au bout. Et puis, la musique n'était pas si mauvaise. Non, elle était même plutôt bonne, comme si elle venait électrifier le moindre de vos muscles pour vous entraîner à sa suite. Ce soir, j'avais envie d'oublier. Oublier les désastres de la guerre, oublier tout les morts, les vies détruites. Oublier que j'étais père, que la mère de mon fils avait fait parti de l'organisation, qu'elle était morte. J'avais envie d'oublier que j'étais professeur à Beauxbâtons, j'avais envie d'être l'homme insouciant que j'aurais pu être si ma vie n'avait pas croisé celle de Katherina. Au moins ce soir, une soirée ce n'est pas trop demandé. Je déboutonnais ma veste et la posa sur le dossier de ma chaise haute révélant une chemise sombre dont trois boutons étaient détachés. Je me passais une main dans les cheveux et pris la carte. Intéressante carte, varié et pour tout les goûts. L'illusoire semblait convenir au public qu’accueillais ce soir le Laughting Corspe et je dois avouer que je me serais volontiers laissé tenter. Je me mordis légèrement la lèvre inférieur avant de finalement reposer la dite carte, plus tard peut être. Je lançais un regard circulaire sur la pièce et je me rendis compte à quel point la pièce avait gagné en client. Le gérant pouvait être fier de lui, c'était une réussite pour une soirée d'ouverture, il aurait plus de chance encore si les soirées suivantes atteindraient le même score.
La musique semblait provenir d'un peu partout et je sentais mon pied battre discrètement la mesure, alors qu'un serveur s'approcha de moi et me demanda ce que je désirais, je lui répondis que je ne voulais rien, pour l'instant. Car j'avais bien l'intention de consommer, une fois que j'aurais passé une bonne première partie de soirée. L'on ne pouvait décemment pas passer une soirée entière sous l'emprise de l'alcool, où était le mérite ? Quitte à ne pas se souvenir de la veille, autant boire seul dans son lit.

Je fus interpellé par un signe d'un de mes élève que je reconnaissais comme étant Justin Lesieur. Je lui répondis par un sourire entendu, mon regard glissant vers Ariel à qui j'adressais un regard amicale. Laissant le quatuor qu'ils formèrent à l'arrivé de la jeune Montesquieu je revenais à mes occupations et remarqua une jeune femme aux cheveux de feu venu se poser près de moi. Elle semblait elle aussi connaitre les trois français ainsi que le barman. J'allais entamer la conversation lorsque du mouvement ce fit près du quatuor. Je tournais le visage et vit le jeune Lesieur se diriger vers quelque part que je ne parvins pas à déterminer vu le monde qui danser déjà. Je réarrangeais rapidement ma chemise et mes cheveux et me levais. Me dirigeant vers la jeune étudiante à Durmstrang, anciennement élève à Beauxbâtons, je prenais pleinement conscience du monde qui commençait à s'accumuler dans la pièce, les gens dansaient de partout et si j'avais été un iota sensible j'aurais eu la nausée. "Bonsoir Ariel !" dis-je à la concerné une fois arrivé près d'elle et assez fort pour qu'elle puisse m'entendre. Je me retournais vers le barman et lui adressais un bonsoir souriant avant de m'accouder au comptoir. "Vous passez une bonne soirée ?" demandais-je à mon ancienne élève en lui souriant, découvrant ainsi des dents soignés dont j'étais plutôt fier. Je me tournais vers elle, un coude sur le comptoir. J'en profitais pour l'examiner. Cela faisait longtemps que nous ne nous étions plus vu et son souvenir était resté intacte en ma mémoire. Elle était splendide, surement l'une des plus belle dame que j'ai jamais connu dans ma vie. Mais elle avait cette chose en plus, ce caractère qui différenciait des pauvres superficielles que pouvait contenir le monde magique.
avatar
Georges F. Shakespeare
this is the wizzarding world of
Je gère mon commerce
informations
Je gère mon commerce
le grand méchant loup xD
star : Daniel Radcliffe
crédit : Hollow Bastion
lettres postées : 409
date d'entrée : 27/08/2011

♦ Nota Bene
: passez sur ma fiche, on trouvera bien quelque chose
:
: sa baguette et son petit carnet à dessin



Message Posté Ven 8 Juin - 18:56.
Erik accueilli les compliments de Justin avec un sourire. Il allait lui répondre lorsqu’il sentit un petit coup frappé à son épaule. Il se retourna et il lui fallut quelques secondes pour percuter que la jolie blonde qui se trouvait face à lui n’était autre qu’Olympe. Il ne l’avait pas vu depuis longtemps. Depuis sa sortie de Beauxbâtons en fait. Leurs derniers échanges s’étaient fait par hibou. Enfin, lui était mauvais correspondant. Il n’était ni inspiré, ni ponctuel. Heureusement Olympe relevait le niveau. Il n’avait pas reçu de réponse à sa dernière lettre. Il ne pouvait pas lui en vouloir, ce n’était que justice, lui-même avait envoyé sa dernière lettre bien longtemps après avoir reçu celle d’Olympe. Il fut donc surpris de la voir dans la boite de nuit. Mais ravi aussi. Ses traits s’illuminèrent, il fit le tour du comptoir pour la rejoindre de leur côté.
Il l’a pris affectueusement dans ses bras, baisa fougueusement ses deux joues, lui fit faire un tour sur elle-même en riant. Il la détailla en souriant.
« Par merlin, tu as tellement changé ! » Il l’observa une seconde fois. Lorsqu’il avait quitté l’école, Olympe n’avait que 11 ans. Il fallait voir les choses en face, de bien des manières c’était encore une gamine. Mais maintenant elle était infiniment plus féminine, plus adulte. Enfin pas trop quand même … Il fit un rapide calcul et en arriva au fait que la jeune femme n’avait que 15 ans. Un sourcil se haussa sur son visage et un sourire moqueur se dessina sur ses lèvres, la boite n’était censé être ouverte qu’aux sorciers majeurs.
« Alors, comme ça, on fraude à l’entrée des boite de nuit, maintenant ? »
Il lui sourit et avança la carte vers elle en lui demandant si elle désirait boire quelque chose. Il s’occupa d’elle puis jeta un coup d’œil circulaire dans la salle. La soirée se passait bien pensa-t-il. C’était un soulagement. Il allait se retourner vers les deux blondes et l’homme qui les avait rejoints lorsqu’une masse de cheveux roux attira son regard. Il faillit lâcher le verre qu’il avait à la main en reconnaissant Elena. Il ne pensait pas qu’elle viendrait. Non pas qu’il ne l’ai pas souhaité. Leurs regards se croisèrent et il lui fit un sourire et un clin d’œil. Il resta encore quelques minutes avec les deux blondes et le professeur dont avaient parlé les Beauxbâtons quelques minutes plus tôt. Ce n’était pas un de ces anciens professeurs, aussi ne le connaissait-il pas. Il s’éloigna ensuite en adressant un signe de la main à Olympe.
Il passa un bras autour des épaules de son ancienne petite-amie et l’embrassa sur la joue. Il l’attira dans un coin et la poussa à s’assoir avec lui sur une banquette. Il la dévora du regard avec un sourire encourgeant. Il lâcha un « Qu’est ce qui me vaut l’honneur de cette visite ? » demanda-t-il avec un regard pétillant légèrement plissé.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Sam 9 Juin - 12:05.

« Sans rancune ... » Erik se retourna vers son bar et commença à concocter un coktail. Erik s'était manifestement bien payé ma tête, mais je ne lui en voulait pas, au moins j'étais entré par la petite porte. « Merci ! » Olympe fit son apparition, si cette petite n'était pas entré par la porte de service, elle avait au moins menti sur son âge. Je lui souris amicalement mais parlant avec Erik, je n'étais pas sûr qu'elle l'ai remarqué. « Bah, aussi bien que possible ! Et maintenant que je t’ai devant moi ça va on ne peut mieux ! Tu sais… Ca me fait vraiment plaisir de te croiser… malgré tout… Et toi, comment tu vas depuis le temps ? » « Oh c'est gentil, moi aussi ça me fait plaisir ! Sinon ... on fait aller ... » La réponse était sincère. Entre nous il n'y avait pas besoin de faux-semblants, nous étions dans la même galère, dans le même bateau. Erik servit le coktail de Justin, pendant que j'observais mon ancien professeur de loin. Aussi je fus surprise quand Justin me glissa dans l'oreille, faute de pouvoir s'entendre parler normalement. « Promets moi que tu m’écriras depuis Durmstrang, d’accord ? Et fais gaffe, je serais pas là pour te protéger si les mecs se mettent tous à te baver dessus… » J'éclata de rire. « Oh mais bien sûr Justin, je n'oublirais pas, je te le promets, par contre tu éviteras d'entasser mes lettres sur ton bureau et ayant la flemme de répondre hein ! » Le taquinais-je gentimment. Mais Justin n'écoutais plus, tourné vers la piste de danse il semblait comme hypnotisé, mais je n'arrivais à distinguer ce qui sembler l'hypnotiser dans la foule. « Eh Justin tu m'écoutes ? » « Excuse moi… je dois… » Et il quitta subitement le bar. Soit, je me retournais alors vers Erik mais lui aussi avait disparu derrière son comptoir. En scrutant la salle du regard, je remarquai que chacun s'était rapproché d'une demoiselle. « Et puis moi on me laisse toute seule ?! » dis-je sans parler en particulier à personne, de toutes façons il étaient beaucoup trop loin pour m'entendre. C'est alors que je réalisais que Justin était auprès d'une fille. Je l'avais toujours connu avec Margaret. J'avais un peu de mal à le voir avec quelqu'un d'autre que ma soeur. Je sentais comme une pique dans mon coeur, pouvait-il oublier Margaret si vite ? "Bonsoir Ariel !" Surprise, je me retournais et découvrais mon ancien professeur de Sortilèges. Il s'accouda au comptoir mais je ne pouvais m'empêcher de lui trouver un air triste constant. Pour moi, son sourire n'était qu'une façade, j'avais l'impression qu'il feignait que tout allait bien mais qu'au fond les larmes ne demandaient qu'à couler. Pourtant personne d'autre ne semblait lui trouver ce petit air triste qui ne le quitte jamais selon moi. Je me trompe peut-être tout simplement. « Ethan ! Vous venez me tenir compagnie ? Vous avez vu ces deux mâles, ils accourent à la moindre silhouette féminine et me laissent en plan. » dis-je en souriant. Non je ne leur en voulais pas, l'appel des sirènes est plus fort que tout. J'avais toujours du mal à tutoyer pleinement celui qui était encore mon professeur et que je devais vouvoyer il y a encore quelques mois. De sorte que j'avais cuisiné une petite recette entre la familiarité l'appeler par son prénom et le vouvoiement. "Vous passez une bonne soirée ?" « Et vous ? Je vous paye quelque-chose ? » criai-je presque à son oreille.


Dernière édition par Ariel Zoé Augustin le Sam 9 Juin - 14:22, édité 1 fois
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Sam 9 Juin - 14:13.

The laughting Corpse

© FICHE CRÉÉE PAR LITTLEHARLEEN


Ariel sursauta lorsque ma voix parvint jusqu'à elle. C'était infernale, la musique augmenté de volume et les danseurs semblaient ne même plus savoir danser, juste bouger, bouger sur la musique. C'était étrange comme endroit, je ne m'étais jamais aventuré dans ce genre de soirée. Typiquement moldu c'est ça ? Ceci explique cela. Les Moldus n'ont pas la magie, ils s'amusent comme ils peuvent mais cette expérience restera longtemps dans ma mémoire, c'est certain. Comment oublier cette musique qui vous assassine les tympans mais qui est tellement enivrante que vous vous laisseriez séduire comme si vous veniez de tomber face à une vélane. Les lumières qui vous hypnose et vous rend totalement ivre sans même avoir bu une goutte d'alcool. Je sentais la routine m'échapper, comme si me retrouver ici réussissait à me faire oublier mes soucis quotidiens. Mais je n'étais surement pas le plus à plaindre, loin de là. Certains avaient perdus familles et amis. Maisons et commerces. Je n'avais perdu que la mère de mon fils, cette immonde Sang Pur dont la famille s'amuse à me rendre la vie impossible...« Ethan ! Vous venez me tenir compagnie ? Vous avez vu ces deux mâles, ils accourent à la moindre silhouette féminines et me laissent en plan. » Je souris à l'emploi de mon prénom, Ariel avait enfin admis ne plus m'appeler Monsieur Kostan. Le seigneur savait à quel point je détestais que l'on me nomme ainsi, j'avais l'impression de prendre quinze ans en deux mots. What a shame, laisser une jeune lady comme vous toute seule avec un verre à la substance douteuse pour de jeunes femmes qui ne vous arrivent même pas à la cheville. dis je en lui faisant un clin d'oeil. Ariel n'était plus une de mes élèves, et je le regrettais autant que j'en étais heureux. Je regrettais sa présence mais je ne reprendrais pour rien au monde nos statut professeur/élève.

Je ne pouvais qu'admettre la beauté de mon ancienne élève, c'était de ce charme qui glisse sur chaque parcelle de son être et qui vous enracine aux pavés alors que vous savez devenir jaloux de celui qui partagera un jour sa vie. Une demoiselle comme Ariel Augustin, c'est rare, trop rare pour laisser une telle fleur pourrir dans son coin sans même essayer de lui redonner un peu de lumière. « Et vous ? Je vous paye quelque-chose ? » me dit elle fortement, proche de mon oreille de sorte que je puisse l'entendre pleinement. Je lui souris, j'étais vraiment heureux de la revoir. « Disons qu'en étant ici je pose un lapin abominable à un best seller italien mais votre présence compense de loin mon iddyle avec ce dernier ! » En effet, c'est rapidement que j'avais décidé de venir ici. Mon livre était toujours posé sur ma table de nuit, je me souviens m'être préparé un thé, une des seule chose que je sache faire dans une cuisine. Puis je m'étais souvenu de cette soirée d'ouverture et je m'étais pourquoi pas. C'était une première. « Non merci, je ne prendrais rien pour l'instant, plus tard peut être » dis-je à mon tour près de son oreille. Je diminuais un peu la distance entre nous pour pouvoir lui parler plus aisément. « Vous aimez le concept ?» demandais-je en montrant la salle d'un geste du menton. C'était nouveau pour moi, peut être pas pour elle mais tout ceci changeait grandement de ce que le monde sorcier pouvait connaitre.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Sam 9 Juin - 15:11.

What a shame, laisser une jeune lady comme vous toute seule avec un verre à la substance douteuse pour de jeunes femmes qui ne vous arrivent même pas à la cheville. Je ne pu m'empêcher de rougir derrière le verre que je portais à ma bouche. « Disons qu'en étant ici je pose un lapin abominable à un best-seller italien mais votre présence compense de loin mon idylle avec ce dernier ! » Je fronçais les sourcils. « Je vous en prie Ethan ! Ne vous sentez pas obligé de cumuler les compliments par politesse ! » Puis, réfléchissant à ce que pouvait bien être son "best-seller italien". « De quel best-seller parlez-vous Ethan ? » Ce pouvait être un livre moldu ou sorcier. Mais tout ce dont je connaissais en matière d'art italien ne faisait pas parti de la littérature. A vrai dire, je connaissais la peinture italienne, l'architecture italienne mais rien en art du livre italien. Cependant, la chose qui me marquait le plus venant d'Italie, n'avait avoir ni avec la peinture ni avec l'architecture ou la sculpture. Le cinéma. Oui, cet art typiquement moldu mais dont je suis raide dingue. Il faut dire que jusqu'à mon entrée à Beauxbâtons, j'ai été élevée comme une moldue. Et en tout bon moldu, je passais mes journées devant la télévision. Si vous savez, la boîte à images ! Parmi tous les navets et mélo-surannés fétides, je remarquai une perle. Fellini. Une fleur qui poussait sur un tas de fûmier à mon humble avis. Le cinéma de Fellini était vraiment extraordinaire. Non, Fellini n'était pas un sorcier, et pourtant sa façon de filmer est tout bonnement et simplement magique. Le « Non merci, je ne prendrais rien pour l'instant, plus tard peut être » d'Ethan me sorti de mes pensée. A mon humble avis, il n'avait surtout pas envie qu'un de ses anciens élèves ne lui paye quoi que ce soit. Mais soit. Je ne pouvais lui en vouloir, même en dehors du cadre de l'Académie, il était encore difficile de rompre toutes les barrières de la relation professeur, élève. Cela prendrait du temps, comme pour moi de ne plus le vouvoyer. « Vous aimez le concept ? » Dit-il en se rapprochant pour que je puisse pleinement l'entendre, tout en accompagner sa parole d'un vaste geste désignant le club. Je ne pu m'empêcher de sourire et de rire. « Ca vous étonne hein !? » Je me moquais gentiment bien sûr. De toutes manières, je n'avais rien à perdre, Ethan ne risquerait pas de me mettre une mauvaise note à mon prochain devoir de Sortilèges s'il n'appréciait pas la taquinerie. « Je vais vous faire une confidence, vous n'êtes plus mon professeur et je ne suis plus votre élève donc tout est permis n'est-ce pas ? Si vous saviez le nombre de fêtes de ce genre-ci qui furent organisées à Beauxbâtons clandestinement ... » Ce que je n'osais cependant pas lui avouer, c'était qu'elles étaient pour la grande majorité organisées de mes blanches mains. Enfin hormis celles de l'année qui venait de s'écouler forcément. Tout d'abord car elle était rare à cause de l'OS et ensuite parce que mon statut de championne ne m'en donnait pas le temps, pas même celui d'y participer.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Sam 9 Juin - 16:59.

The laughting Corpse

© FICHE CRÉÉE PAR LITTLEHARLEEN


Je sentais ma main tapoter légèrement le comptoir au rythme du mixe de chanson qui se profilait aux oreilles et aux sens des danseurs et fêtards. Je les regardais et je voyais face à moi des jeunes gens que j'aurais pu être, que j'aurais voulu être. Mais il y a une chose que je ne rendrais pour rien au monde. Ezeckiel. Mon fils, ce petit homme que je voulais protéger, je l'avais déjà trop peu fait. Je n'étais pas le père modèle qu'il méritait et je ne le serais surement jamais. Je n'y arriverais pas. Il y a trop de choses dans ma vie pour que je puisse être le père qu'Ezeckiel avait le droit d'avoir. C'était pour ça que je l'avais laissé à l'orphelinat, plutôt que de demander sa garde et de l'emmener avec moi en France. Dans tout les cas, il été trop jeune et trop atteint par les évènements surgis pendant la guerre pour supporter un voyage de cet envergure. « Je vous en prie Ethan ! Ne vous sentez pas obligé de cumuler les compliments par politesse ! » Je ne pu retenir un rictus amusé ainsi qu'un léger rire alors que je continuais d'étudier son visage. Elle ressemblait légèrement à Katherina, c'est au départ ce qui m'avait fait me souvenir d'elle. Puis nous nous étions connus plus profondément et Katherina passait largement à la trappe. Les deux femmes ne se ressemblaient en rien. J'avais appris à oublier Katherina, ne plus penser à cette femme qui même morte me rendait la vie impossible. « De quel best-seller parlez-vous Ethan ? » Je relevais le visage vers elle, mes mains s'étant jointes, mes doigts s'entremêlant entre eux. « Piu alto del Mare de Francesca Melandri, vous connaissez ?» Je continuais de lui sourire doucement alors que mes mains continuaient de se tordre légèrement, je baissais le regard pour les détailler. « C'est un livre qui porte sur les souffrances et les conséquences provoquaient par les crimes, les agressions, les violences en tout genre sur tous les protagonistes, à commencer par les criminels eux-mêmes, mais aussi leurs familles, victimes co-latérales, les victimes bien sûr, les gardiens de prison...C'est une histoire d'amour en fait, entre Luisa qui est la femme du meurtrier et Paolo, qui lui est le père du meurtrier. J'allais l'entamer.»

« Ca vous étonne hein !? » Je relevais le visage, riant légèrement. En fait...pas tellement. Tout le monde avait besoin de se détendre et cet endroit semblait être un des meilleur étant donné que moi même je me sentais plus libre que je ne l'avais été depuis des mois et des mois. « Je vais vous faire une confidence, vous n'êtes plus mon professeur et je ne suis plus votre élève donc tout est permis n'est-ce pas ? Si vous saviez le nombre de fêtes de ce genre-ci qui furent organisées à Beauxbâtons clandestinement ... » cette fois-ci j'éclatais tout bonnement de rire en baissant la tête, passant ma main sur ma nuque. « Est-ce que vous nous pensez aveugles, Ariel ? J'aurais trouvé cela étrange que Beauxbâtons n'est pas son lot de fêtes clandestines. » dis-je d'un ton amicale. Je me tournais vers un serveur et lui commandais un Dragon's Hell qu'il ne tarda pas à me servir. Je soulevais le verre vers Ariel "Au first drink of the evening! je portais le verre à mes lèvres et en bu deux gorgé à la suite. L'alcool coula le long de ma gorge, laissant une trace brûlante sur son passage, un frisson me parcouru. « Ariel, puisque tout est permis... » je m'avançais et lui tendit la main « M'accompagnerez vous sur la piste de danse ? »

avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Sam 9 Juin - 18:10.

« Piu alto del Mare de Francesca Melandri, vous connaissez ?» Je m'apprêtais à répondre par la négative, mais Ethan du intercepter mon expression du visage et comprendre que cette référence ne me disait rien. « C'est un livre qui porte sur les souffrances et les conséquences provoquaient par les crimes, les agressions, les violences en tout genre sur tous les protagonistes, à commencer par les criminels eux-mêmes, mais aussi leurs familles, victimes co-latérales, les victimes bien sûr, les gardiens de prison...C'est une histoire d'amour en fait, entre Luisa qui est la femme du meurtrier et Paolo, qui lui est le père du meurtrier. J'allais l'entamer.» La description qu'il en avait faite me replongeait d'un coup dans un cours de sortilèges. Il parlait avec la même éloquence, la même régularité, la même tonalité. Aussi, je pensa qu'Ethan avait la pédagogie dans le sang, il était vraiment fait pour être professeur. « Je ne connais absolument pas. » « Est-ce que vous nous pensez aveugles, Ariel ? J'aurais trouvé cela étrange que Beauxbâtons n'est pas son lot de fêtes clandestines. » me répondit-il en riant à l'amicale. « D'accord t'as gagné. » Il est vrai que les fêtes étaient nombreuses et que le corps professoral ne doute pas de leur existence était peu crédible, mais Ethan ! Il était professeur à l'Académie depuis quelques mois seulement. Quoiqu'en y réfléchissant bien, je n'avais participé à aucune fête de cette année, soit j'accordais un manque de discrétion aux organisateurs des dernières fêtes. C'est alors que je me rendis compte que je venais de le tutoyer. Je m'apprêtais à m'excuser, peut-être n'apprécierait-il pas ce rapprochement soudain, mais sa commande m'en empêcha. « Au first drink of the evening! » lanca t-il joyeusement en portant son verre à ses lèvres. « C'est bon ? » m'enquis-je. « Je vous fait goûter le mien et vous le vôtre ? » m'avançais alors en ayant pris soin cette fois de replacer le "vous". « Ariel, puisque tout est permis... M'accompagnerez vous sur la piste de danse ? » Je ris tout en me hissant sur ma chaise pour déposer mon sac derrière le comptoir pensant qu'Erik n'y verrait certainement aucun inconvénient. « Si ça ne vous dérange pas qu'on vous voit danser avec une de vos anciennes élèves... » dis-je en prenant la main qu'il me tendait si galamment. Pour sûr, la salle devait compter des journalistes parmi ses clients, tout du moins des paparazzis. Et s'ils étaient venu là avant tout pour la soirée d'ouverture, ils ne cracheraient certainement pas sur une photo de la championne en piste avec son ancien professeur. D'un côté, ça ne devrait pas porter préjudice à son statut de professeur puisque je ne suis plus son élève mais on ne sait jamais ... Alors que nous nous dirigions vers la piste de danse, je lui glissa avec bienveillance ces quelques-mots à l'oreille. « Vous savez Ethan, je ne crois pas que ce soit une bonne idée de lire ce livre... » L'avantage d'être grande était que je n'avais pas à me hisser sur la pointe des pieds pour atteindre son oreille et me faire entendre.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Sam 9 Juin - 19:31.

The laughting Corpse

© FICHE CRÉÉE PAR LITTLEHARLEEN


« D'accord t'as gagné. » l'entendre me tutoyer me réchauffa légèrement le coeur, c'était sans nul doute la première fois qu'Ariel me disait "tu" et j'aurais aimé que cela continue, c'était comme si une relation plus intime se tissait, une relation impossible si on la peint de "vous" « C'est bon ? » J'haussais les sourcils, c'était une très bonne question. Est-ce que l'alcool avait bon goût ? Surement pas, ou en tout cas je n'aimais pas son goût. La chose positive, c'est qu'il déstressait et nous permettait de faire des choses folles, des gestes que l'on rêve de faire mais que sobre nous n'aurions jamais osé faire. Non, ce n'était pas bon, c'était salvateur. En quelques sortes. Tout était dans le dosage. Pour ce qui est du Dragon's Hell, j'aurais dit que c'était chaud, brûlant, russe. C'est special dis-je simplement en fronçant les sourcils, la magie était vraiment extraordinaire. Je plains les moldus de ne pas connaitre tout les bénéfices qu'elle nous offrait, mais les pauvres n'en on pas connaissance, ils ne savent pas ce que c'est alors qu'ils restent sagement dans leur quotidien banal et sans aucune magie. Je ne me suis jamais demandé ce qu'il se passerait si les Moldus venaient à découvrir notre identité...et je n'avais pas envie d'y réfléchir. Cela n'arrivera surement jamais, je l'espérais.

Ariel se hissa sur sa chaise et déposa son sac derrière le comptoir, je posais mon verre en souriant tout en l'observant agir. « Si ça ne vous dérange pas qu'on vous voit danser avec une de vos anciennes élèves... » je riais doucement, serrant délicatement la main de la jeune femme dans la mienne. Soyons fous Pour une soirée, un soir, une dance, peut être d'autre ? Seul le temps nous le dira. Je tenais toujours sa main dans la mienne alors que sa voix vint à nouveau caresser mes tympans « Vous savez Ethan, je ne crois pas que ce soit une bonne idée de lire ce livre... » je tournais mon visage vers elle alors que les lumières colorés commençaient à empiéter sur nos silhouettes. Peut être...mais que veux-tu que je fasse seul dans une chambre d’hôtel dans une ville que j'espérais ne plus jamais revoir ? Mais ne parlons pas de ça je t'en prie, ce soir on oublie le reste lui dis-je en prenant moi le soin de la tutoyer, je ne voulais briser ce lien qui s'installer. Je lui prenais les deux mains et l'emmenait en reculant sur la piste de danse. Personne ne faisait attention à nous, personne ne nous voyait, il n'y avait que nous et c'était bien la première fois qu'il n'y avait que Ariel et moi. Alors que nous nous fondions dans la masse mes épaules commençaient à me mouvoir au rythme de la musique alors que je n'arrivais pas à effacer le sourire qui s'affichait sur mon visage. Je lâchais doucement les mains d'Ariel pour venir en poser une hésitante sur le haut de sa hanche droite.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Sam 9 Juin - 21:55.

« Soyons fous » Ethan avait parfaitement raison. C'était précisément le thème et le but de cette soirée. Oublier que le réveil sera difficile, oublier que nous avons tant de choses à reconstruire : nos familles, nos écoles, nos institutions, nos identités ... Ce soir n'est certainement pas la solution, car demain on regrettera cette éclipse d'insouciance, mais c'est ainsi. La nature est ainsi, ma nature est ainsi. La masse préfère faire la fête un soir et souffrir encore plus le lendemain. C'est bien ce que je dis, l'OS, la Guerre Civile nous ont fait découvrir l'instinct de mort de l'Humanité, son idée d'auto-destruction. Je regarde la vie et je me dis qu'elle n'est qu'une danse macabre. Nous essayons tous de vivre comme si nous étions immortels, sans nous soucier du lendemain ni même de notre prochain, et voilà à quelles horreurs cela nous amène à long terme. Peut être...mais que veux-tu que je fasse seul dans une chambre d’hôtel dans une ville que j'espérais ne plus jamais revoir ? Mais ne parlons pas de ça je t'en prie, ce soir on oublie le reste » me répondis Kostan. J'avais envie de lui dire que j'entendais son discours, que je ne voulais pas ressasser de mauvais souvenirs, mais seulement le prévenir. Lire ce livre allait certainement raviver la douleur, faire saigner la plaie laissée par les combats. Or je pense qu'il vaut mieux attendre que la plaie cicatrise avant de l'éprouver. Attendre c'est cela. Je voulais lui dire que je pensais juste qu'il serait trop tôt de lire ce livre. Pour son bien, pour ne pas qu'il souffre trop. Oui car depuis que nous entretenions une correspondance, Ethan et moi nous étions confié. A vrai dire, j'avais découvert Ethan sous le professeur Kostan. J'avais découvert ô combien c'était un animal blessé, ce qui expliquait que j'étais la seule à voir l'expression triste de son visage. Et pourtant je me tus. Expliquer tout cela aurait pris du temps, et nous aurait obligé à nous éloigner de la piste pour me faire bien entendre, et je n'avais pas envie de gâcher ce moment. A mesure que nous laissions le rythme guider nos corps, je compris à tel point ma vision d'Ethan Kostan n'était plus celle du professeur Kostan mais seulement celle d'Ethan. Je sentis sa main se poser sur ma hanche. Ce qu'il y avait de bien dans une soirée comme celle-ci, avec tant de monde et surtout étant une des toutes premières fêtes depuis la fin de la guerre, soit une des premières occasion de se divertir, était bien évidemment que les gens ne faisaient pas attention à nous. La preuve en est, personne n'avait remarqué me présence, et c'était un soulagement pour là. C'est alors que je vis mes bras se poser autour du cou d'Ethan. Au milieu des corps qui se mouvait, je n'étais plus personne, je n'avais plus à craindre d'être regardé, jugée, épiée. Juste une sorcière qui voulait se défouler après avoir éprouvé son coeur et son âme toute l'année. Pourquoi un divertissement du corps ? Je ne sais pas. Peut-être tout simplement parce que la musique entraînant, l'esprit n'a pas besoin d'agir. Ce sont ainsi les rares fois où la raison peut être mise sur pause.


Dernière édition par Ariel Zoé Augustin le Dim 10 Juin - 13:34, édité 1 fois
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 10 Juin - 0:24.

The laughting Corpse

© FICHE CRÉÉE PAR LITTLEHARLEEN


J'avais l'impression d'enfin toucher du doigt le bonheur que je n'avais jamais fait qu'admirer de loin. Comme l'ultime spectateur d'une trop belle, trop pur pour pouvoir l'avoir dans son corps si peu pur, à un tel point sali par les tâches de la vie que jamais il n'y aurait la place pour une chose aussi belle et innocente. Tout ce qu'on voulait, c'est être heureux. Comme un enfant devant une étoile brillant plus fort que les autres, un adolescent après son premier baiser, un adulte à la naissance de son premier enfant, quand notre chanson préférée passe à la radio, quand on mangeait un brownie avec un léger arôme à l'abricot, le parfum des cheveux de celle que l'on aimait, les bras fragiles et fins de son enfant autour de son cou, un verre de whisky pur feu au coin d'un feu dans un cottage dans la montagne, courir sous la pluie main dans la main avec sa femme, lui faire un enfant, les folles histoires sans lendemain, les vacances à la mer, ne pas se faire oublier, retrouver son amour d'enfance et tant d'autres choses qu'il faudrait noter pendant des heures et des heures pour pouvoir sourire à chaque heure de chaque jour durant toutes les années que pourrait être une vie. Là, c'était elle, Ariel, qui me rendait heureux, pouvoir être ainsi près d'elle, est-ce que j'y aurait cru si on me l'avait dit il y a quelques mois ? Surement pas. Même maintenant que ma main était posé sur le haut de sa hanche je n'y croirais pas. Cela faisait des dizaines de mois que je n'avais pas touché une femme de cette façon. Quand on s'est fait manipuler comme un idiot par une fille qui ne voulait que tester "le Kostan" vous finissez par vous méfier, par vous bloquer dès qu'une représentante de la gente féminine s'approche un peu trop. Il n'y avait qu'Ariel qui avait réussi à transpercer ce bouclier qui s'était naturellement fondu dans mes pores. En ce soir nous pouvions enfin toucher ce bonheur éphémère, ce bonheur qui était menacé de disparition prochaine avec une infime possibilité de renouveau, ce soir nous pouvions toucher le bonheur d'être ensemble. Juste un homme et une femme. Plus de statuts, plus de public, plus de contrainte, juste elle et moi.

Nos corps se mouvaient, se balançaient, réapprenaient à vivre, à exister alors que j'avais l'impression de retrouver la liberté que j'avais peut être perdu en devenant professeur. La rigueur, la discipline, je n'avais que vingt-cinq ans et comme Ariel me l'avait dit dans les lettres que nous nous échangions, j'étais encore jeune. Nous étions encore jeunes, peut être trop pour avoir affrontés tant de choses. Pouvoir à nouveau agir sans le stress quotidien, j'en remerciais n'importe qui de me l'avoir accordé. L'alcool faisant son petit effet je sentais cette douce chaleur dans ma gorge et dans mon torse. Un frisson parcouru mon échine lorsque les bras d'Ariel vinrent s'enrouler autour de mon cou. Ma main laissa place à mon bras qui encercla la hanche d'Ariel pour l'approcher un peu plus de moi. Ma seconde main vint se poser elle aussi sur ses hanches, mes épaules s'arquant légèrement pour pouvoir être parfaitement à sa hauteur. Mes épaules se calaient et nos corps finirent par bouger à l'unisson. Je penchais mon visage pour pouvoir admirer ses yeux. Je découvrais Ariel, la femme, l'élève était loin, mademoiselle Augustin n'avait rien à faire là, elle n'avait plus sa place car plus je découvrais Ariel, plus je la préférais à l'élève. Personne ne nous remarquait, personne ne semblait nous connaitre, nous pouvions agir comme bon nous voulions sans avoir peur des représailles. Je voyais nos corps se reprocher, nos geste ses coordonner alors que mon bras enlaçait toujours plus son corps, mon regard brûlant le sien.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 10 Juin - 14:09.

Je ne sais pas si cela était du à l'alcool, à la chaleur ambiante, à la musique entraînante, aux jeux de lumières étourdissants, aux évènements sanglants que nous venions tous d'essuyer, au sang que nous venions tous de nettoyer ou à un désir profondément refoulé, mais je me sentais bien, terriblement bien. Je me souviens que j'aurais aimé arrêter le temps, rester pour l'éternité sur cette piste de danse. Peut-être aussi rester pour l'éternité près d'Ethan. Je ne sais si cela aurait été de même si quelqu'un d'autre aurait pris sa place, mais je me sentais comme en sécurité. En sécurité pour la première fois depuis un an. Pénélope était extrêmement gentille et bienveillante et pourtant je ne m'étais jamais sentie en totale sécurité. Cela n'avait rien à voir avec elle, mais plutôt avec l'Organisation qui pouvait manipuler n'importe qui. Comme le fait que je me sente en sécurité ce soir n'avait peut-être rien à voir avec Ethan, peut-être seulement au fait que la guerre était fini, que l'OS était tombée. Peut-être que c'était simplement le contact physique qui me rassurait, ou peut-être que c'était plus que cela. En cette nuit, sorciers, sorcières se laissaient aller comme jamais. Le corps et l'esprit avaient été tellement éprouvé que nous nous laissions tous aller sans réfléchir, dans l'inconscience et l'insouciance la plus totale de nos gestes. Je me souviens encore que j'aurais aimé que la musique se fasse lointaine et que je colle mon visage sur le torse d'Ethan. Le contact physique était salvateur, il rassurait en montrant que nous n'étions pas seul. J'avais complètement oublié Justin, Erik, Olympe, les potentiels paparazzis présents au Laughting Corpse. La musique avait un effet aliénant. Il n'y avait plus si sorciers ni sorcières, comme il n'y avait plus ni Ethan Kostan ni Ariel Augustin, mais seulement des corps qui se mouvaient pour extirper leurs passions. De ces énergies refoulées qui ne peuvent se défouler que sur une piste de danse. Il ne faut jamais oublier que la fête est un moyen, un moyen de purifier le corps de ses passions et de son énergie belliqueuse, tout comme le sport et la guerre. Le danger, serait que, comme tous les moyens, comme l'argent par exemple ou encore l'alcool, elle devienne une fin en soi pour certains. Chaque corps dansait sans se soucier des autres, parfois sans se soucier de son partenaire. Mes yeux levés sur ceux d'Ethan, je ne pouvais m'empêcher de sourire de la situation. Quand je pense qu'il y a encore deux mois j'étais assise dans sa salle de cours et l'écoutait bien sagement. Qui aurait cru que nous allions nous retrouver en cette soirée et même que nous allions danser ensemble ?! Certes, dans notre correspondance estivale, il avait bien introduit le fait de m'inviter à boire un verre quelque-part, mais sincèrement je ne pensais pas que cela allait véritablement se produire. Quoique la rencontre de ce soir était plutôt dû au hasard. Le problème que posent les fêtes en général, est qu'on ne sait jamais si nos actes étaient fondamentalement volontaires et conscients ou pas du tout. Cela pose une véritable question sur le moi intérieure et son mystère. Je ne saurais dire depuis combien de temps nous étions nous mêlé à la foule des danseurs. Je me souviens juste qu'au fur et à mesure nos deux êtres se rapprochèrent pour finalement ne former presque qu'une unité rythmique. Et puis un déclic a du se produire. Pourquoi à ce moment là précisément ? Pourquoi maintenant et pas une minute avant ou trente secondes après ? Que s'est-il passé dans ma tête ou dans mon corps pour que tout d'un coup, intimidée sous le regard d'Ethan, n'osant plus détourner mes yeux des siens, pinçant ma lèvre inférieure en souriant devant l'incongruité et la gêne de la situation, je rapproche ostensiblement mes lèvres des siennes. Avant de réaliser ce que j'étais en train de faire et de reculer mon visage du sien, arborant un petit sourire gêné. Il y a certes en nous de ces instincts refoulés que certaines circonstances peuvent aider à dégager. Celui-ci en était-il un ? Il est fort difficile d'en juger.
Contenu sponsorisé
this is the wizzarding world of
informations



Message Posté .
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Soirée d'ouverture

T H E R E . I S . N O T H I N G . L I K E . L O N D O N :: The Laughting Corpse

Sujets similaires

-
» Soirée d'ouverture
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Ouverture de la saison de la chasse

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: