VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

▬ loterie gringott's || Amélia, January
ϟ this is the road to ruins, and we're starting at the end, say yes, let's be alone together.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 10 Juin - 18:06.

i'm going back to gringott's

ah bon, t'es sûr ?



Après une attente interminable, un gobelin vous conduit enfin jusqu'à votre coffre afin que vous puissiez retirer l'argent nécessaire à cette merveilleuse journée de shopping qui vous attend. C'était du moins votre programme initial, celui qui ne prenait pas en compte Ralphreyd, le fameux gobelin chargé de vous conduire à vos coffre respectifs, celui-là même que vous aviez tant attendu. La pauvre créature, séparée de sa douce moitié depuis peu n'a pas le moral. Il s'est soudainement mis à sangloter dans un wagon lancé à pleine vitesse, pour finalement s'arrêter en plein milieu des voies, en plein milieu de nulle-part, et aller s'allonger sur les rails, pleurant toutes les larmes de son corps, et surtout vous laissant plantées là.

Bienvenue à Gringott's.

Ordre de passage à déterminer entre vous, Dominus interviendra pour pimenter le RP !




avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 10 Juin - 21:45.
    Décidément, Amelia aimait Londres. Elle avait beau se souvenir de sa merveilleuse ville d'origine française qui n'était autre que Bordeaux, la beauté des paysages mêlée à la tristesse du climat londonien ravivait l'intérêt insoupçonné qu'elle cachait au plus profond de son esprit. Observer ces rues, ces monuments, ces londoniens pressés s'amoncelant sur le trottoir afin de vaquer à leurs occupations en attendant que le temps passe et que son réveil n'indique enfin une heure décente pour se lever. Voilà près de quatre heures que la jeune Beauxbâtonienne comatait, allongée sur son lit, laissant son regard se perdre à travers le tableau que lui offrait sa fenêtre ouverte. Les minces gouttes de pluie perturbant l'image nette qu'elle avait d'un parc aux contours imprécis n'arrêtaient pas de tomber et il lui faudrait bien plus que deux minutes pour fixer ses cheveux en bataille. Elle avait beau avoir pris des vacances de-ci de-là, s'être aéré l'esprit en participant au dressages d'Abraxans avec sa mère, avoir révisé quelques notions abstraites de ses cours de métamorphose et avoir vu d'anciennes connaissances moldues, cela ne l'avait pas empêché de se retrouver rattrapée par les fantômes du passé.

    Ce rêve commençait toujours de la même façon. Amelia émergeait au beau milieu d'un parc, un peu comme celui qu'elle apercevait de sa fenêtre, au beau milieu de la nuit et attendait. L'attente était longue et comme à chaque fois, elle savait qu'elle serait vite rejoint par des ombres alors que l'obscurité de la nuit s'intensifierait encore plus. La respiration haletante, les poils qui se dressent surs on épiderme, des sueurs froides dans le dos puis une main se posant sur son épaule. Une main froide qui se glisse entre ses omoplates et vient se plaquer contre ses côtes. À chaque déplacement de ces doigts sur son dos, c'est comme si une douleur lancinante et paralysante naissait au sommet de sa colonne vertébrale pour se déplacer jusqu'au coxis. Comme si un sortilège tel que le Sectusempra lui était jeté et qu'elle ne pouvait rien faire pour se protéger ou renvoyer le sort. Bref, elle était coincée. Puis, petit à petit, sa vision se troublait. Le bout des doigts de l'inconnu quittait ses côtes et une silhouette apparaissait dans son champs de vision. Un silhouette avec des yeux familiers, des cheveux en bataille, un regard de tueur mais surtout, qui faisait naître en elle un sentiment partagé. Dans un premier temps, elle revoyait celui qui l'avait souillée et sentait son sang s'agiter dans ses veines, son cœur battre la chamade, tout son corps protester en un seul et même but : se ruer sur lui et l'achever. Et alors qu'elle se rendait compte qu'elle pouvait se mouvoir et qu'elle s'apprêtait à se ruer sur ce corps apparaissaient sur son visage les traits familiers de son meilleur ami ... Et là, elle se laissait tomber à genoux, plantait ses doigts dans la terre meuble, criait jusqu'à ce qu'elle ne se réveille. Le lit était défait à chaque fois et pourtant elle s'évertuait à le border patiemment et avec application à chaque fois, simple détail qui lui permettait de s'endormir facilement.

    Telle un corps sans âme, elle se mouvait les yeux dans le vide et allait se préparer. Depuis combien de temps avait-elle prévu de faire une sortie avec January ? Elle ne pouvait le dire précisément mais était ravie de la revoir. Tout comme Cygnus, January était son modèle et elle comptait bien lui poser des questions sur l'hôpital Sainte Mangouste au cours de leur journée shopping, Amelia hésitait encore sur sa future orientation mais était tentée par l'étude de la médecine magique et la jeune londonienne serait certainement la mieux placée pour l'orienter vers la bonne voie, lui donner des conseils et lui parler un peu de ce qu'elle faisait ... Et oui, même les sorciers perdent leur temps à s'interroger sur leur avenir mais aussi à s'adonner à des pratiques primaires comme faire du lèche vitrine . Seulement, cette fois-ci, elles ne se rendraient pas dans un simple centre commercial dénué de tout intérêt mais sur le chemin de traverse. Alors qu'elle émergeait, faisant face à son reflet blême dans le miroir de la salle de bain, elle se dit qu'il fallait qu'elle oublie histoire d'une journée ses songes et se laisse emporter par l'enthousiasme procuré par une telle rencontre. Les préparatifs ne prirent que quelques instants, la magie arrangeant bien les choses et voilà une nouvelle demoiselle Faure, souriante et enjouée qui rejoint le chemin la menant vers le chemin de traverse.

    À peine arrive-t-elle devant Gringotts qu'elle aperçoit au milieu de la foule la crinière blonde de son amie. Ne perdant pas un seul instant, elle se fraye un chemin jusqu'à elle jouant des coudes et se plante devant son mentor. Désolée Janu', j'suis un peu en retard, y a du monde et j'ai faillit perdre un œil dans la bataille ... En effet, la jeune française avait esquivé un jeune sorcier trop heureux d'avoir entre ses mains son premier balais, le brandissait dans les airs en criant à qui voulait l'entendre qu'il allait devenir le meilleur poursuiveur de tous les temps sans s'intéresser aux autres sorciers l'entourant. La saluant vivement, elle l'entraîna dans son sillage et toutes deux commencèrent à faire la queue ... et il fallait dire que cette file d'attente était interminable. Qu'à cela ne tienne ! Fouillant dans son sac à la recherche de la clé du coffre de la famille Faure, elle engagea la conversation. J'ai jamais pris le temps de te remercier pour toutes ces potions que tu m'as envoyées suite à la bataille mais je voulais que tu saches qu'elles m'avaient été très utiles. Merci infiniment Janu' ... Si t'en as pour un sommeil de plomb ou euphorisantes, je suis preneuse ! À la voir dans cet état, nul n'aurait pensé nécessaire de lui administrer un quelconque remède euphorisant, elle était bien assez allumée et haut perchée comme ça ! Observant du coin de l'oeil un gobelin à la peau grisâtre, jurant bruyamment et menant des sorciers impatients et légèrement effrayés de se voir attribuer un tel guide, Amelia se retint de rire et adressa un regard complice à January.
    Les minutes passèrent, joyeuses et ponctuées de rires jusqu'à ce qu'un gobelin à la mine déconfite ne s'occupe de leur cas. Intriguée par l'état de leur guide, Amelia adressa un regard méfiant à la créature et une grimace à January. Dans quoi allaient-elles se lancer ... Ralphreyd qu'il s'appelait. Un nom difficilement prononçable mais une démarche inquiétante tout comme son comportement. Se penchant vers January alors qu'elles le suivait docilement à travers les couloirs menant aux wagons, elle lui glissa à l'oreille. T'as une potion pour la survie ou contre la déprime ? Il me semble un peu louche celui-là ... Ses craintes durent confirmées lorsque le conducteur éclata en sanglot alors qu'ils dévalaient les rails à une vitesse hallucinante. Par réflexe, Amelia boucha ses oreilles de la paume de ses mains et attendit qu'il se calme alors que le wagon décélérait. Ce qu'il fit par la suite la laissa bouchée bée. Jamais elle n'aurait imaginé que les gobelins avaient un comportement humain ... Et en voir un pleurer était un sacré spectacle surtout lorsque ce soit disant Gobelin quitte le wagon pour aller s'allonger et se lamenter sur les rails. Son regard trouva celui de January. Elles étaient toutes deux restées plantées là, assises dans leur wagon à observer la scène d'un œil perplexe. C'est avec la même perplexité qu'Amelia s'adressa à son interlocutrice. Et maintenant ... on fait quoi ? J'ai pas été formée en psychologie avancée pour les gobelins déprimés .... La tâche s'avérait rude mais elles ne pouvaient le laisser là. Lui seul pouvait les guider à leurs coffres et sans lui ... elles étaient coincées. Haussant les épaules, arquant un sourcil en guise d'interrogation, Amelia commença à se lever légèrement afin d'avoir le gobelin dans son champs de vision. Qu'aviendrait-il si un autre wagon arrivait ?

▬ loterie gringott's || Amélia, January

T H E R E . I S . N O T H I N G . L I K E . L O N D O N :: Défis/Loteries/Animations

Sujets similaires

-
» Ordre repêchage 2011 + loterie
» Loterie comtale sur les mines les 19/10 et 20/10
» Mandats pour la Grande Loterie du Comité des Fêtes
» Loterie Dean Youngblood
» Loterie au draft 2013 et les autres...

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: