VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

EVENEMENT 003 ◭ Leyna Oulianova-Dikson
ϟ this is the road to ruins, and we're starting at the end, say yes, let's be alone together.
avatar
Dominus Tenebrae
this is the wizzarding world of
Je suis un PNJ
informations
Je suis un PNJ

star : Moi-même
crédit : Domina.
lettres postées : 1252
date d'entrée : 28/03/2010



Message Posté Sam 7 Juil - 5:03.

Procès de l'Organisation
mérite-t-il la liberté ?

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

18 Septembre 2056,
16h00
Jury : M. Raphaël Grimaldi ; ...
Témoins : A. Zaïsinya Vladaïeva ; Rosalina Bertone ; ...






  • Difficile à croire, mais vrai. Une jeune sorcière, jeune femme, ayant à peine atteint la majorité, se faisait désormais juger pour des crimes graves. Même si elle avait été éduquée à Durmstrang, plusieurs n'arrivaient pas à croire qu'une si jeune sorcière pouvait être si dangereuse. En y repensant, en fait, valait mieux qu'elle soit jugée immédiatement que plus tard, qui sait ce qu'elle pouvait devenir sans ça...Leyna Oulianova-Dikson siégeait à la vue de tous, face au Juge-Mage devant qui elle devait comparaître. Celui-ci avait une fiole à ses côtés, difficile de savoir ce qu'il y avait à l'intérieur. Du véritasérum ? Non, ça n'y ressemblait en aucun point. Intriguant, mais non pas le plus important du procès. Peut-être n'allait-il pas l'utiliser au final.

    Le silence régnait dans la salle depuis un moment déjà, ne laissant la parole qu'au Juge-Mage, qui offrait le solennel discours débutant le procès.

    « La jeune Leyna Ilitch Oulianova-Dikson, qui me fait présentement face, est accusée au criminel pour de nombreuses raisons. Après avoir rejoint une Organisation terroriste, celle-ci s'est adonnée à des pratiques dangereuses telles que l'utilisation répétée de sortilèges impardonnables, des tentatives de meurtre face à d'autres élèves, des opérations de sabotages d'événements internationaux et d'attentats sur des monuments historiques. Mademoiselle Oulianova-Dikson, êtes-vous consciente du poids de vos actes ? Prenez bien compte que, bien que vous étiez mineure lors de votre recrutement, vous avez continué vos actes de sang-froid une fois votre majorité arrivée, et donc, de votre totale intégrité. Cela signifie que vous êtes passible d'emprisonnement à vie, dans le pire des cas. Il en sera décidé lors de ce procès. Il est désormais à vous de prendre la parole, et donc, votre défense. »



  • Informations à prendre en compte :

    ♣ Mineure lors de son recrutement

    ♣ Utilisation de la magie noire

    ♣ Fidèle à l'Organisation lors de son passage aux mains de "Mr.X"

    ♣ Éduquée à Durmstrang : Éduquée à la magie noire, en région où son utilisation est légale & où la torture est habituelle.

    ♣ Utilisation d'impardonnables



Le staff de Londres.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Lun 23 Juil - 22:00.
    Tic. Tac. Tic. Tac. Je reste figée, mon corps engourdi par la surprise, par l’effort, par le choc. Je reste figée, inaccoutumée à cette souffrance. Je reste figée, bloquée par cette liberté qu’on m’arrache. Je reste figée, Leyna se terrant en moi, son esprit trop embourbé dans l’effroi, la peur, la terreur. Et pour la première fois, depuis longtemps, nos émotions sont à l’unisson. Car derrière nos sourires narquois, notre apparente insolence, la peur nous ronge. Cette peur que nous ne montrons pas, la dignité dernier flambeau de notre déchéance. Mais nous le savons…tout n’est qu’une façade, déjà que trop fissurée. Oui, nous avons conscience de cela, mais nous luttons encore. Vainement.

    La notion du temps a disparu. Nous sommes baladées entre le moment où le sortilège s’est éclaté contre notre corps, nous brisant sur le sol, nos mains cassées, nos genoux balafrés, nos muscles figés, notre esprit effrayé…et quelques secondes plus tard, nous sommes installées au coin du feu, les mains de notre mère enroulées dans les nôtres, notre cœur explosant d’amour. Mais nous ne sommes dans aucun de ces lieux. Nous ne sommes ni la face contre terre, mordant pour nos horreurs, ni dans ce passé choyé où notre famille était encore là. Nous sommes d’abord emmenées dans une salle blanchâtre, les lueurs âcres de la mort scintillant face à nos yeux éteints. Nos mains ont été réparées. Notre visage a été nettoyé. Notre organisme a été nourri. Notre corps a été soigné. Mais dès qu’ils ont voulu effacer nos cicatrices, nos souvenirs, nos marques…nous avons crié, hurlé. Personne n’a de droit sur les horreurs que nous avons vécues. Personne…pas même ces hommes trop semblables à ceux que nous avons rencontrés…ceux qui ont ouvert notre crâne, nos pensées. Pourtant, nous sentons sous nos doigts gelés, que certaines ont disparu. Heureusement, celles sur le crâne et cette nouvelle ligne rosâtre sur notre thorax, longue et importante sont restées intactes. Comme s’ils voulaient montrés combien nous sommes à l’image de ce corps : souillé, maladif, cruel.

    Maintenant, nous sommes là. Soigneusement coiffées par des femmes que nous méprisons, affublées d’une tenue semblable à toutes les autres : une tenue de prisonnière. Pourtant, nous ne sommes pas encore condamnées. Mais en toute honnêteté, nous portons notre futur uniforme de vie. Nous en avons parfaitement conscience. Délicatement, nous ouvrons le col de la chemise rayée, dévoilant sans honte, notre cicatrice, notre corps rachitique, notre cadavre. Un dernier effleurement de ce mur noir, de cet univers macabre. Nous humons l’air, pour imprimer le souvenir de cette future vie que nous exécrerons. Et à peine notre respiration reprise, ils sont là, nous attrapant par les bras, leurs mains faisant trois fois le tour de nos poignets. Ils prennent garde à nos mains, encore douloureuses. Ils prennent garde à nous, notre malice sous-jacente, dans le profond de nos iris, cette lueur sauvage et cruelle encore inscrite sur nos traits….s’ils voyaient la peur qui s’insinue dans nos veines, pourrissant notre sang de ce maux difficilement curable.

    Le temps défile. Prostrées face à ces gens qui nous haïssent…prostrées face à ces gens que nous détestons. Il y a bien quelques personnes…Rosalina…qui nous arrache un vague sentiment d’affection, très vite effacé par notre invraisemblable léthargie. Oui, nous sommes léthargiques. Comme si nous regardions un mauvais film. Un film qui met tellement de temps à débuter. Et très vite, tout commence. Résumé de nos horreurs. Regard de celle que nous avons torturé, Zaïsinya. Regards apeurés en notre direction. Si jeune et si cruelle. Nous faisons rouler notre tête en arrière, un rictus mauvais sur nos lèvres fatiguées. Puis doucement, nous revenons à la situation, et nous contemplons l’Assemblée. Elle attend que nous parlions. Que nous répondions de nos actes. Que nous nous exprimions. Vas-y Leyna, exprimes toi ma douce ! Tu ne parles plus trop, je trouve, ma petite Leyna…tu ne te sens pas prête ? Tu as peur ? Mais n’est crainte, je suis là…

    Nous restons muettes, un long moment…puis finalement, nous nous décidons à parler :

    « Mes Camarades….je ne répondrai qu’en présence de la faucille et du marteau….
    Mais non, mais non…mes agneaux, plus sérieusement, je préfère m’exprimer que lorsqu’on m’accusera. O jeune Oulianova, si terrible, si cruelle…ô tu… je…c’est terrible n’est-ce pas ? Ce que nous sommes…
    » Nous nous taisons. Nos pensées ont dépassé la barrière de la langue. Nous restons figées. Nous sommes incompréhensibles. Un mélange de toi Leyna, qui se raccroche à ton ancienne vie de communiste. Un mélange de moi, qui te parle, qui s’exprime. Un mélange étrange, un mélange de nous…Nous nous terrons sur notre siège, notre main gauche venant frôler le collier enroulé autour de notre poignet…le collier de la faucille et du marteau. Nous finirons par crever. Nous le sentons. Nous commençons à crever…le début de la fin.
avatar
Dominus Tenebrae
this is the wizzarding world of
Je suis un PNJ
informations
Je suis un PNJ

star : Moi-même
crédit : Domina.
lettres postées : 1252
date d'entrée : 28/03/2010



Message Posté Mer 8 Aoû - 19:02.

Procès de l'Organisation
mérite-t-elle la liberté ?

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

Le procès ayant débuté, l'auditoire ne se faisait point entendre, silencieuse. Le discours terminé, la jeune femme devait dès lors prendre la parole... ce qu'elle fit au bout d'un moment. Ses paroles, assez incompréhensibles, laissèrent le Juge-Mage sans mots. Il s'empressa toutefois de répondre à la jeune femme.

« Mademoiselle Oulianiva-Dikson, silence je vous prie. Nous sommes en procès, il n'y a pas de place pour des déblatérations insensées. » Il s'agissait d'un nouveau Juge-Mage, s'en était plus qu'évident. « Puisque vous, Leyna Oulianova-Dikson, n'avez rien d'autre à dire, je demanderais a mademoiselle Rosalina Bertone de venir témoigner, en faveur ou en défaveur de l'accusée. »

Celle-ci dû faire rapidement son entrée, sachant que le Juge-Mage pouvait rapidement s'impatienter.




Consignes &. renseignements.

♣ Le témoin nommé est invité à répondre à ce RP le plus rapidement possible, d'un post court ou long, au choix, où l'essentiel se retrouve.

♣ L'accusée aura la possibilité de répondre au témoignage si elle le souhaite, et ce, sans l'intervention de Dominus.

♣ Les autres témoins et membres du Jury ont la possibilité de poster afin de faire part de la réaction de leur personnage.

♣ Toutes personnes ne faisait parti ni des témoins ni du jury PEUVENT poster dans le sujet, pour faire part de la présence du personnage lors du procès.

♣ Dominus postera lorsqu'il en jugera nécessaire.

♣ Votre participation est essentielle, n'hésitez pas à participer !


Le staff de Londres.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Mer 8 Aoû - 20:02.


Leyna Oulianova-Dikson
Protéger une amie


J’avais peur pour Leyna. Horriblement peur. Quand j’avais reçu cette lettre, qui m’annonçait son jugement et qui me demandait d’être témoin, j’avais cumulé les nuits blanches, ne dormant que lorsque mon organisme était à bout. Autant dire que l’année commençait mal à ce niveau là… J’espérais, cependant, pouvoir aider mon amie. Il le fallait. J’avais échoué à la protéger, je ne pouvais décemment pas la laisser condamner sans essayer de faire quelque chose pour l’aider, ce ne serait pas humain. Non… Je ne pouvais, décemment, pas rester sans rien faire. Alors j’avais accepté, prévenu l’administration de l’Académie qui avait compris que je ne pouvais échapper à une convocation officielle. Bien entendu, je n’avais pas dit que j’y allais pour défendre une des accusées… Après tout, toute l’année précédente, je m’étais opposée à l’Organisation Secrète. Mais là… J’avais dit à Micaela au dernier moment où je me rendais, ne voulant pas l’inquiéter outre mesure et, à présent, j’étais prête à faire ce que j’avais à faire, même si… Même si j’avais une boule dans la gorge de peur d’empirer les choses au lieu de les arranger. Présente parmi les premiers dans la salle d’audience, j’étais restée dans le fond pour ne pas perturber Leyna par ma présence. M’avait-elle remarquée ? Je n’aurais su le dire, même si son regard avait glissé sur moi. L’énoncé des griefs à l’encontre de mon amie m’avait ébranlée. Oui, j’avais su qu’elle avait fait des choses terribles. Elle-même me l’avait dit – nous l’avait dit à Mica et moi pour nous pousser à la laisser tomber, nous aussi – mais cela n’avait rien changé à l’affection sincère que j’éprouvais pour elle. Mes prunelles bleues étaient restées fixées sur elle quand elle avait, brièvement, pris la parole à son tour. Je me raidis à ses paroles. Ce n’était pas Ley qui parlait, mais Leyna. Des paroles embrouillées, presque dénuées de sens, mais pas sans danger. Oh… Leyna… Il aurait mieux valu que tu laisses parler Ley’… songeai-je avec douleur, avec l’envie de prendre sa main dans la mienne pour l’assurer de mon soutien. Le juge-mage la fit alors taire pour m’appeler à la barre. C’était bien la première fois que j’assistais à un procès – magique ou non – et je ne savais trop comment me comporter. Je ne me fis pas attendre. Vêtue sagement d’un tailleur pantalon noir avec un chemisier de satin couleur crème, les cheveux noués en un chignon sur la nuque, maquillée discrètement, je faisais plus âgée que mon âge. Mes petits talons carrés claquaient sur le sol alors que j’avançais vers l’avant de la salle, la gorge nouée par l’émotion. J’en avais presque des papillons dans le ventre mais dans le mauvais sens du terme.

Enfin, j’arrivai à ma place de témoin et tournai la tête vers Leyna, lui adressant un sourire qui se voulait réconfortant avant de prendre la parole à l’invitation du juge-mage. « Je m’appelle Rosalina Calliope Bertone. Je suis élève à l’Académie de BeauxBâtons. J’ai connu Leyna avant qu’elle n’intègre l’Organisation Secrète. Avant qu’on ne la blesse. » J’eus du mal à avaler ma salive. J’avais conscience que Leyna m’en voudrait de ce que je disais, Ley aussi, mais si cela pouvait la sauver, je me moquais bien des conséquences. « C’était quelqu’un de doux, de sensible. Quelqu’un de bien. Elle l’est toujours, d’ailleurs, quand on perce ses défenses. » De nouveau, je marquai un temps de silence avant de reprendre : « Leyna a beaucoup souffert. On l’a abîmée, détruite. Elle a dû se protéger. Celle que vous avez devant vous aujourd’hui est une jeune femme qui a été brisée et qui s’est reconstruite seule, sans personne pour l’aider. Oui, elle a subi de mauvaises influences, a fait des choses graves. Mais parce qu’elle y a été contrainte. Leyna est quelqu’un de bien. J’ai toujours été contre l’Organisation Secrète, mais malgré ses actions, je n’ai jamais considéré Ley’ comme un de ses membres. Elle n’est pas comme eux. » Je plongeai mes prunelles bleues dans les yeux de mon amie avant d’asséner ma terrible vérité, mon regard exprimant à quel point je m’en voulais de ce que j’allais dire : « Vous ne pouvez pas en vouloir à Leyna. En se protégeant, elle s’est créé une deuxième personnalité. Une personnalité forte qui a agi ainsi. Mais Leyna est innocente. »

Oh oui… Mon amie allait m’en vouloir. J’allais, sans doute, la perdre. Mais j’avais compris beaucoup de choses pendant la période où je l’avais cachée. J’avais accepté les deux moitiés de mon amie. Ley’ et Leyna faisaient une seule et même personne, mais, pour protéger Leyna, il me fallait vendre ce secret qu’elle avait tenté de cacher. Pardon Leyna. Pardon Ley’… Dans mes yeux brillaient des larmes contenues. Cela suffirait-il à aider la Russe ? Je me tournai vers le juge-mage « Je suis prête à répondre à toutes les questions. »
avatar
Dominus Tenebrae
this is the wizzarding world of
Je suis un PNJ
informations
Je suis un PNJ

star : Moi-même
crédit : Domina.
lettres postées : 1252
date d'entrée : 28/03/2010



Message Posté Sam 22 Sep - 13:23.
résultats de l'audience

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

Les enfants, les procès touchent à leurs fins. Voici ce qui a été décidé pour Leyna Oulianova-Dikson: Emprisonnement en tant que criminel de rang D. Emprisonnement de 5 mois, avec suivi psychologique. Surveillance continuelle sur une année lors de sa libération, suivi psychologique de deux ans.

Merci à tous de votre participation, et chaque personne ayant posté dans ce sujet se verra attribuer 10 PRP par RP posté.


Récapitulons donc:

Rosalina C/ Bertone: 10 PRP.


Merci encore d'avoir répondu présent, et nous espérons vous retrouver sur les nouveaux évènements (005 & 006) en cours.

Le staff de Londres.
Contenu sponsorisé
this is the wizzarding world of
informations



Message Posté .

EVENEMENT 003 ◭ Leyna Oulianova-Dikson

T H E R E . I S . N O T H I N G . L I K E . L O N D O N :: Département de la Justice magique :: salles d'audience

Sujets similaires

-
» Rp's Leyna.
» [EVENEMENT] Bal masqué de Serpentard
» La voie qu'on emprunte [PV Leyna]
» Commentaires fiche Leyna
» Leyna ♀ Guérisseuse

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: