VULNERA SAMENTO FERME SES PORTES ▲
Merci à tous pour avoir pris part à cette formidable aventure.

en savoir plus

GALA DE REOUVERTURE ◭ Sujet Global
ϟ this is the road to ruins, and we're starting at the end, say yes, let's be alone together.
avatar
Dominus Tenebrae
this is the wizzarding world of
Je suis un PNJ
informations
Je suis un PNJ

star : Moi-même
crédit : Domina.
lettres postées : 1252
date d'entrée : 28/03/2010



Message Posté Lun 9 Avr - 17:36.

réouverture de l'hôpital
espérons que le ciel ne leur retombe pas sur la tête

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

« La dernière fois que nous nous sommes réunis dans cette salle, le ciel nous est... littéralement tombé sur la tête. La directrice de Sainte Mangouste baissa la tête, avant de laisser échapper un rire d'émotion. Heureusement, grâce à tous les dons amassés, ainsi qu'à alliance avec le Ministère et le travail efficace de Woodcroft Corporation, sans parler de celui de la population, notre hôpital est maintenant encore plus beau qu'auparavant, encore plus fonctionnel, mais surtout.. il est maintenant rouvert à tous, prêts à reprendre ses activités pour plusieurs années. Que cette soirée soit magique. »

Dans un mouvement miroir de celui de la soirée de la destruction de l'hôpital, Erica Roberts descend de l'estrade sous les applaudissements. Sainte Mangouste est enfin terminée et précédemment, le ruban d'or célébrant sa réouverture a été coupé, tout juste avant ce gala qui sert à célébrer la vie et le travail collectif. Décoration de la salle assurée par la famille Stuart-Crownwels, traiteur par la Taverne Rouge, musique par le groupe de rock très en vogue les Vampirettes' : la soirée s'annonce calme.

Le staff de Londres.
avatar
January D. Lockhart
this is the wizzarding world of
J'ai un autre job
informations
J'ai un autre job

star : Jennifer Lawrence
crédit : Mystique.
lettres postées : 443
date d'entrée : 01/03/2010



Message Posté Dim 15 Avr - 1:36.



Elle n'était pas là lorsque l'hôpital s'était effondré, et elle s'en était voulu. Enormément. Elle avait d'ailleurs hésité à venir à cette soirée de réouverture. Est-ce qu'elle avait réellement sa place ici alors que d'autres y avaient perdu la vie quelques mois plus tôt ? Mais elle avait finalement décidé de venir. Et, comme d'habitude depuis la disparition étrange de William, elle était venue seule. Ca ne l'empêchait pas de sourire. Rie ne l'empêchait jamais de sourire. Elle en avait vécu, des choses, en un an. Sa perte de mémoire. Son corps mutilé dans les rues de Londres. La révolte des gobelins, la rencontre avec Tyler et les autres. Et puis, la traque. La traque du membre le plus dangereux de l'organisation. Cette lumière blanche. Et ce réveil, à des kilomètres de là où elle se tenait auparavant. Elle secoua la tête. Ce n'était pas le moment d'y penser. Roberts faisait son discours. January souriait toujours, mais son sourire était faux. Même si la soirée était calme. Même si elle savait qu'elle ne courrait plus aucun danger, elle avait peur. Elle avait peur que ça recommence, elle avait peur pour William, pour Tyler, pour tout le monde. Parce qu'elle avait appris, avec cette guerre, qu'on ne pouvait sauver personne, qu'il fallait aller de l'avant. Et c'était bien ce qu'elle comptait faire. Elle chassa de son esprit ses idées noires et regarda autour d'elle. Tous les sorciers présents avaient le sourire aux lèvres, et il y avait de quoi. Un merveilleux champagne, des chandelles par centaines et de la nourriture pour tout un régiment. Elle fit quelques signes à des infirmières qu'elle connaissait, en guise de salut. La sérénité des autres la calma. Pour la première fois depuis longtemps, elle avait l'impression que tout irait pour le mieux.


_________________
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 15 Avr - 12:17.



Y aller ou ne pas aller… telle est la question qui fut rapidement résolue, et certainement pas d’elle. Les évènements officiels ? Très peu pour elle, ce n’était pas là sa tasse de thé, toutefois, ce n’était pas l’avis de Sir Graymalkin, Soit, aux dernières nouvelles, elle était assez courtoise pour respecter les ordres de monsieur son père. L’incident survenue à l’hôpital quelques temps plus tôt ? Elle n’en avait qu’entendue parler, absente des lieux à ce moment-là, mais l’affaire, comme beaucoup, l’avait touchée : on ne s’attaque pas aux faibles, ni aux malades par coup de tête. Point. Et la voilà qui fait face à la directrice de Sainte-Mangouste, comme tant d’autres personnes, écoutant d’une oreille plutôt distraite le discours de la dame, son regard s’attardant de temps à autres sur les autres membres de l’auditoire présents, commentant peut-être mentalement la tenue des dames, l’air sérieux des messieurs… mais cherchant aussi une quelconque connaissance de sa part, histoire de ne pas trop s’ennuyer. Personne à l’horizon. Allait-elle donc être condamnée à demeurer avec son ainée ? Pfffeuh. Lissant dès lors la robe noire qu’elle portait, porte le regard sur la décoration, puis enfin … Merlin soit loué : de l’alcool. De quoi faire passer l’ennui qui s’annonce, ou tout du moins l’amenuiser. Discours achevé, la foule commence à se disperser, les dialogues s’installent, avec pour compagnie… par tous les saints, des conversations ennuyeuses. ❛ La prochaine vois, je vous jure, je me rebelle ❜, s’inscrit en lettres dorées la pensée de la jeune étudiante. S’éloignant ainsi de son chaperon, elle attrapa une coupe de champagne, noyant d’ores et déjà son chagrin dans le cristal. Puis … OH ! Elle le voit, l’objet de sa convoitise, pétillent ses yeux, démange son cœur, insuffle une pensée de détermination mais aussi un soupçon de besoin compulsif. Il se tient là, fier et pourtant si discret … Oh tiens, Jarvey ! C’est avec le pas léger que la silencieuse Nhÿx se dirige vers lui, sourire taquin aux lèvres.

avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Dim 15 Avr - 16:46.
gala de réouverture de sainte mangouste.
lohan & enora romanov.



Prunelles noisettes qui se levaient pour admirer le résultat. Longue robe écrue qui tombait sur son corps, la jeune russe observait comment elle grandissait, combien elle grandissait si vite, trop vite. Boucles lourdes blondes qui tombaient jusqu'à ses fines épaules, ses lèvres rosées, son parfum venant de Russie, accompagné ce teint et et ce maquillage parfait, Enora avait bien comprit les conseils de sa cousine. Souriant légèrement devant son reflet, un homme apparaissait vite, brisant quelque peu l'innocence vue dans le miroir. Il avait l'air plus vieux qu'elle, d'une dizaine d'années peut être, ou peut-être moins. Sourire ravageur, charmeur, il posait ses mains sur ses épaules, fier de sa cavalière. Air de famille, de par la blondeur de leurs cheveux, leur sourire unique ou encore ces yeux trop expressifs et profonds. Lohan déposait un baiser sur la joue de sa demi soeur. Scène qui pourrait paraitre commune, banale, mais pas pour eux. Tu ressembles à maman.. Douce mélancolie dans sa voix, souriant encore une fois à sa soeur. Il noua sa cravate, noire comme son costume, et plaça son bras dans lequel sa soeur passa le sien. A peine quelques minutes plus tard, ils y étaient enfin, le gala de réouverture de sainte mangouste. Non ils n'étaient pas infirmiers, mais leur famille du moins celle d'Enora, Lohan étant et restant caché et inconnu du reste de la population, était riche, célèbre à Londres. Quelques regards lancés vers elle, la jeune russe ne se laissait pas abattre par ces jugements, elle savait que son statut passé de championne de Poudlard suscitait la curiosité, c'était évident. Elle attrapa une coupe de champagne, voyant son frère faire de même. Regard vers la gauche, elle vit très vite Nhÿx, l'une de ses amies à Poudlard, ce qui lui rappela combien le château lui manquait.. Sentant son frère gêné, pas habitué à ce genre d'évènements, elle commença à marcher, pour le détendre, du moins essayer. Dans la foule, écoutant un discours, elle resta silencieuse, tournant sa tête pour chercher des visages familiers. Elle ne trouvait pas celui qu'elle voulait voir, pourtant elle devait faire bonne figure, rester polie, pour lui. January était dans la foule, Enora ne pensa pas à mal en la voyant, elle se demandait juste ce qu'elle avait fait de mal, et ne pensa pas non plus qu'elle était au bras d'un autre homme que Tyler ce soir là, même si celui-ci n'était que son demi-frère, chose qu'elle cachait pour protéger sa mère, January elle ne connaissait pas ce lien qui les unissaient. Elle inspira, ferma les yeux quelques secondes, pour se détendre. Tout se passerait bien, il était avec elle, il la protégerait. Sa nouvelle vie commençait, et elle savait que Lohan allait tout faire pour prouver qu'il était un frère exemplaire, elle lui laissait une seule et unique chance, il n'avait pas le choix. Enora vit alors Erik, et sourit, espérant que l'anglais la verrait.




Dernière édition par Enora Flore Boatwright le Mer 2 Mai - 21:23, édité 1 fois
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Mer 18 Avr - 21:51.

    - On va manger ? January, hey ? T'avais dit qu'il y aurait plein de bons trucs à manger !

    Visiblement, la blonde avait complètement oublié, pendant un instant, qu'elle avait amené avec elle un cavalier bien particulier pour ce gala. Azraël lui jeta un regard plein de reproches, fronçant les sourcils, n'appréciant pas d'être ignoré. Cette infirmière était complètement à côté de la plaque, et là, elle avait l'air de quelqu'un qui venait de voir un fantôme. Mine de rien, le petit garçon s'inquiétait un peu pour elle... Elle était vraiment bizarre, cette fille, quand même. Il avait presque l'impression, des fois, que c'était lui qui la gardait plutôt que l'inverse.

    En fait, toute cette soirée était bizarre. Il n'y avait que des adultes, déjà, et tous semblaient extrêmement tristes, ou bouleversés par quelque chose que le gosse ne voyait pas du tout. Sa mère lui avait expliqué que tout avait été détruit ici, mais franchement, il n'en percevait pas le moindre signe, et du coup, il avait un peu de mal à se l'imaginer.
    Égoïstement, d'une certaine façon bien enfantine, il n'arrivait pas à croire que d'autres que lui aient pu vivre une sanglante bataille... Pour lui, la guerre s'était limitée à Beauxbâtons, ou du moins, le plus choquant s'était produit là bas. C'était un peu le même processus que beaucoup de savoirs qui s'apprenaient en grandissant... Les petits savaient que les humains grandissaient tous, mais ils ne pouvaient concrètement imaginer que leurs parents aient été à leur place, avant un âge assez mature. Ainsi, Azraël savait que la guerre avait frappé tous le monde sorcier, mais il la cantonnait dans son esprit à son école et sa propre expérience, et ne pouvait la transposer.

    - J'ai faim moi.

    Sa plainte n'avait pas d'autre but que de le détourner, lui, de toute cette tristesse, cette nostalgie silencieuse dans laquelle il ne voulait pas tomber. Observant les alentours à la recherche de distractions, puisque sa nounou ne voulait visiblement pas lui en fournir, il croisa le regard d'une nurse, qui l'avait soigné une fis lors de ses visites trimestrielles. C'était une méchante femme, qui le traitait sans aucune douceur.
    Sous l'impulsion du moment, le fils adoptif de Vera Adamovitch n'eut pas d'autres réflexes que celui de lui tirer la langue avec provocation, avant de se cacher derrière la robe de January, en tirant un peu un pan sur son visage.
    Qu'est-ce qu'ils allaient s'ennuyer !
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Jeu 19 Avr - 10:59.


Nothing feels the same

Elena s'habilla sans hâte pour une fois. Ce soir c'était le grand soir. La première fois qu'elle retournait à Ste Mangouste, le lieu qui l'avait changée à moitié. Sa tête tournait légèrement quand elle pensait qu'elle allait remettre les pieds dans ce qui lui semblait être un champs de ruines. L'idée de rester chez elle et laisser Raphaël y aller avec Charles l'avait effleurée mais elle se ravisa. Elle y avait longuement réfléchit et elle avait décidé qu'elle y serait. Il le fallait. Elle voulait affronter sa peur pour se montrer qu'elle pouvait le faire.

En une petite demi heure, elle était prête. Parée d'une longue robe noire, Elena n'avait pas pris la peine de porter des bijoux, ce n'était pas l'occasion. Elle voulait repenser à la souffrance qu'elle avait vécu ici, la peur et la tristesse, mais elle venait pour célébrer la renaissance, un nouveau départ qui, peut-être sera mieux que le précédent. De nouvelles personnes vont venir se faire soigner et guérir dans cet hôpital. Cela compensera éventuellement les morts qui s'y sont produites. Elle quitta la maison seule, Raphaël y allait de son côté. Elena ne prit pas la peine de se couvrir et transplana. Elle arriva à quelques mètres de la porte et l'intérieur avait déjà l'air bien remplis.

Elle franchit la porte sans un sourire aux lèvres, ce n'était pas le moment de sourire non plus. ès qu'elle fit à l'intérieur, les souvenirs vinrent l'assaillir. La poussière, la fatigue. Le froid, la terreur. Les cris, la souffrance. Elle ferma les yeux pour chasser ce sentiment d'être enfermée puis, la gorge nouée, s'avança lentement vers les convives. Parmi eux, elle repéra un petit garçon, qui n'avait pas l'air de savoir où et pourquoi il était là, caché derrière la robe d'une jolie blonde. Près des coupes de champagne, se tenait Enora, vers qui Elena se tourna. Arrivée à ses côtés, elle effleura son bras de ses mains glacées et lui fit un sourire. Un sourire qui reflétait son soulagement de voir quelqu'un qu'elle connaissait.



avatar
January D. Lockhart
this is the wizzarding world of
J'ai un autre job
informations
J'ai un autre job

star : Jennifer Lawrence
crédit : Mystique.
lettres postées : 443
date d'entrée : 01/03/2010



Message Posté Dim 22 Avr - 15:18.


«  On va manger ? January, hey ? T'avais dit qu'il y aurait plein de bons trucs à manger ! »
« Mais... Oh putain ! »

Azraël ! Elle avait complètement oublié qu'il était là  ! Les yeux exorbités, la bouche ouverte, elle ne savait pas quoi dire. En plus elle venait de jurer devant un enfant de 11 ans. Enfant qui avait l'air de la haïr à présent. Vera lui avait demandé de le garder, encore. Et January le faisait toujours avec plaisir. Mais ce soir là, elle se sentait bizarre. D'un côté elle voulait s'amuser avec Azraël. Mais de l'autre, cet étrange sentiment de culpabilité et de peine l'en empêchait. Elle s'accroupit pour être à son niveau et lui sourit.

«  Je te promets qu'on va aller manger si tu me promets de ne pas dire à ta mère que j'ai dit... Le mot de six lettres. »

En même temps, avec un père comme Niels, Azrael devait bien connaître tous ces mots là. Mais bon, January n'avait pas envie de décevoir son amie.

«  J'ai faim moi. »

Son sourire s'effaça. Elle avait oublié combien les enfants pouvaient être insupportables. D'un air blasé, elle rétorqua.

«  Eh ben mange ta main, j'en sais rien moi. Tu vois bien que la dame est en train de faire un discours, on pourra manger quand elle aura fini. »

Aussitôt dit, aussitôt fait. January se releva. Elle eut le temps d'apercevoir Enora. Sous un tonnerre d'applaudissements, Roberts quitta l'estrade. January applaudit vaguement ne comprenant pas tout ce qu'il lui arrivait. Elle leva les yeux au ciel et pris la main du jeune enfant pour l'entraîner vers le buffet. Elle prit une assiette.

«   Bon, tu veux manger quoi, bonhomme ? »

_________________
avatar
Georges F. Shakespeare
this is the wizzarding world of
Je gère mon commerce
informations
Je gère mon commerce
le grand méchant loup xD
star : Daniel Radcliffe
crédit : Hollow Bastion
lettres postées : 409
date d'entrée : 27/08/2011

♦ Nota Bene
: passez sur ma fiche, on trouvera bien quelque chose
:
: sa baguette et son petit carnet à dessin



Message Posté Dim 22 Avr - 16:44.
Gala de réouverture

__________________________________________________________________________

Il se prépara rapidement et après avoir revêtu une tenue de fête, il sortit de chez lui. Erik transplana tout prêt de l’hôpital, puis entra à l'intérieur. C'était le deuxième fois qu'il mettait les pieds ici. La première fois, c’était bien avant l'attentat, avant même ces histoire d'Organisation, de Tournoi ou de Résistance. C'était pendant son tour du monde et pour une blessure mineure.
Il n'avait pas été là ce soir d'avril où Saint-Mangouste s'était effondré. Il n'était pas vraiment à l'aise dans ce genre de soirée, il y a avait trop de blabla pour pas grand chose. Mais lorsqu'il avait appris la nouvelle le lendemain matin, il s'était fait un sang d'encre pour Elena. Parce que oui, forcement, la princesse de Monaco était surement présente à un gala de charité.
Il fit quelques pas dans la salle à la recherche d'un visage connu avec qui échangé quelques mots. Il avait vaguement cru comprendre que Enora serait présente, il n'était pas sur qu' Elena vienne vu que la dernière le monde s'était effondré sur sa tête. Pourtant il les trouva toute les deux, l'une à coté de l'autre. Il fut surprit, il ne savait pas si elles se connaissaient ... mais il se dirigea vers elles avec un sourire. Il fit une bise à Enora et la complimenta machinalement sur sa tenue."Ta tenue est très jolie."
Puis il se tourna vers Elena et glissa une main autour de la taille de la jeune rousse. Il l'attira vers lui et déposa un baiser à la commissure de ses lèvres, sur la joue droite, puis recommença du coté gauche. Leur relation était devenue indescriptible ces derniers mois. Il n'avait aucune idée d'où ils en étaient tous les deux, à mi chemin entre amitié et amour, remarque ça avait toujours été comme ça. Il la relacha puis adressa un sourire faussement enjoué aux deux filles. Il trouvait l'atmosphère de la salle lourde et morose. Franchement désagréable.



Dernière édition par Erik G. Cressey le Dim 10 Juin - 19:31, édité 2 fois
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Lun 30 Avr - 12:34.

    Que la naïveté des adultes était touchante ! Un chantage pour que Azraël ne répète pas le vilain mot qu'elle venait de dire ? Hum, January avait bien de l'espoir, car à cet instant, rien ne troublait plus l'esprit du petit garçon que la parole grossière qui lui avait échappée, et il aurait été bien incapable de garder le secret de cet égarement inopportun, même s'il l'avait voulu. Le désir de partager cette bêtise lui brûlait déjà les lèvres, bien qu'il hocha la tête comme pour sceller son approbation... Peut-être y tenait-il vraiment, à cette promesse, à ce moment là. Mais il oublierait vite quand il se souviendrait de sa surprise et aurait envie de la raconter.

    - C'est quoi "putain" January ?

    Il savait que c'était quelque chose de répréhensible, certes, mais il n'avait jamais eu l'occasion d'en demander davantage à ce sujet. Les plus grands le disaient souvent, mais ils n'expliquaient rien de clair dessus.
    Il reporta une fraction de seconde son attention sur l'oratrice, qui ne représentait aucun intérêt à ses yeux... Son discours était des plus pompeux, et Azraël, ne maitrisant pas encore tous les rouages de l'anglais soutenu, bien qu'il puisse être désormais considéré bilingue, ne comprenait pas exactement toutes les nuances et les tournures de son charabia.
    Quand allait-elle finir ? Il n'y avait quand même pas besoin de revenir pendant une heure sur des évènements que tous le monde voulait oublier... Lui y compris. Il leva les yeux au ciel, prenant son mal en patience, tenant à coeur la promesse de January. Dès que la vieille la fermerait, et s'il ne lui sautait pas dessus pour la dévorer avant, il pourrait enfin approcher des tables.

    - Ah ben c'est pas trop tôt !

    Alors que les adultes applaudissaient chaleureusement, Azraël laissa échapper son soulagement, qu'il ne cachait pas - il apprendrait surement le tact en grandissant.
    La seule partie de cette soirée qui l'avait convaincue de venir se déclarait.

    - Je veux du lapin grillé, et des brochettes de murlap, et du crumble à la citrouille et... Euh, aussi des crabes de feu farcis, et des croquettes d'asphodèle...

    Y aurait-il tout cela ? Il espérait vraiment, car son estomac criait famine. La pleine lune était passée depuis quelques jours, et sa transformation l'affamait généralement beaucoup la semaine suivante. Se pressant autour de January, s'accrochant à sa robe comme s'il s'agissait d'une rampe de sûreté qu'il n'était pas décidé à lâcher - se perdre dans la foule des pleurnichards ne lui faisait guère envie - il zieutait un peu partout.

    - T'as vu y'a un vieux là-bas qui te regarde bizarrement, on dirait qu'il veut te manger, presque.

    Tout était rapport à la nourriture, pour ce petit ventre sur pattes... Et l'ancêtre en question devait avoir à peine la trentaine. Bref, rien de transcendant, à part son regard de prédateur, qu'Azraël n'avait pas pu louper. Il se demandait bien d'ailleurs ce qu'il pouvait trouver d'appétissant chez January... C'était qu'une fille, après tout, et il y avait des mets bien plus alléchants au menu.

    - Mais t'en fais pas ch'te protègerais s'il vient parce que maman elle me l'a dit d'être gentil et sage avec toi, comme ça j'aurais droit à un truc p't'être.

    Ah, l'honnêteté et la compassion incarnées ce gosse ! Et il ne doutait pas une seconde qu'il ferait le poids pour défendre sa nounou si jamais un sorcier deux fois plus costaud que lui venait les embêter. Il ne releva même pas les yeux pour voir l'expression de January à cette remarque compatissante - l'imaginant surement très flattée de tant de dévouement humhum - obsédé à présent par le fumet des plats tout chauds.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Mer 2 Mai - 18:58.

La salle était pleine. On était loin de s’imaginer que l’hôpital avait été détruit il y a peu. Les gens étaient là. Ils essayaient de sourire, de rire, de paraitre à l’aise mais ils avaient tous peur. Même si la fin de l’Organisation Secrète semblait certaine, ils craignaient que le plafond leur tombe sur la tête comme ça avait déjà été le cas. Le soir où ça s’était passé, je n’y étais pas. Je me trouvais avec Andrew. On avait pensé à y aller, je m’en rappelle mais finalement, l’idée avait été abandonnée. Ce n’était pas plus mal quand je voyais l’état des victimes. J’avais appris la nouvelle le soir même et m’étais rendue directement sur les lieux. On attendait de moi que je me renseigne, que je prenne des photos, que je questionne les sorciers présents. Mon métier, en somme. Pourtant, c’est dans ces moments que je déteste ce que je fais. Comment profiter du malheur des autres ? Comment oser immortaliser un évènement pareil ? Ils ne souhaitaient sûrement pas voir leur malheur s'étaler à la Une de la Gazette. Finalement après ma mission effectuée, je n’étais pas retournée me coucher. J’étais restée. Aider, consoler, informer, sauver, voilà que je fis pendant des heures. Je me rappellerai à jamais les visages de toutes ces familles qui étaient venues ici pour chercher des proches. Ce soir-là, j’avais vu les dégâts, les larmes, les corps inanimés, la tristesse et pire encore. J’avais vu plus de sang que je n’avais jamais vu. J’avais découvert ce qu’était la peur. La vraie peur. Le seul point positif que je pouvais retirer de ce moment-là, c’était les retrouvailles avec une amie que j’avais rencontré quand j’étais encore à Beauxbâtons. Autant dire des années auparavant ! Nous nous étions perdues de vu et il avait fallu attendre la destruction de l’hôpital pour que nous nous retrouvions. D’ailleurs, January était là, accompagnée d’un petit bonhomme brun. Peut-être que j’irai les saluer plus tard.

« … notre hôpital est maintenant encore plus beau qu'auparavant, encore plus fonctionnel, mais surtout.. il est maintenant rouvert à tous, prêts à reprendre ses activités pour plusieurs années. Que cette soirée soit magique. » Je joignis mes applaudissements à ceux des sorciers présents. Quelques semaines plus tôt, j’étais venue voir l’avancée du chantier. Je n’avais pu que constater l’engouement des Londoniens. Ils étaient presque désespérés. C’était le sentiment qui m’avait frappé. L’hôpital était symbole de la santé. Sans lui, on pouvait être blessé, subir une guerre sans précèdent, on ne survivrait pas. C’était le point de rencontre de tous ceux qui souffraient d’une maladie quelconque. Un lieu rassurant que l’on aimait avoir à portée de main, au cas où. Reconstruire Sainte-Mangouste était donc un symbole. Cela étant fait, une page venait de se tourner et une nouvelle allait s’écrire, faite d’espoir et de joie. Très utopique comme vision mais pourquoi pas ! On pouvait toujours espérer que tout se passerait mieux et qu’il n’y aura pas de deuxième Organisation Secrète. J’esquissai un sourire à Andrew. Il avait sûrement évité le pire. Il aurait très bien pu être envoyé au cœur de l’action, il aurait pu être l’un des aurors qui suivait continuellement les Champions. Il aurait pu être blessé et bien plus encore. Voyant que, au loin, January relevait le visage, j’en profitai pour la saluer de loin. Il serait temps de prendre de ses nouvelles. Elle devait être heureuse de travailler dans un hôpital tout neuf. Elle travaillerait dans de meilleures conditions.

« Que penses-tu de cette magnifique couleur ? » Je levai la serviette devant les yeux d’Andrew. Une couleur indéfinissable et de très mauvais goût. On pouvait être riche mais ne pas avoir de talent pour la décoration. C'était le cas de la directrice de l'hôpital. Je fronçai les sourcils. « C’est quoi, déjà ? Un mélange de jaune, de vert olive, d’orange et… du brun, non ? » Je me promettais de ne jamais mettre cette couleur lors de mon mariage ou dans ma maison. Nulle part. D'ailleurs, je recommençai à penser à ce mariage. Il me pendait au bout du nez. Il n’y avait aucune date mais il arriverait bientôt. Et je n’avais toujours pas chassé mes doutes. Je craignais encore pour mon indépendance, pour mes habitudes. Des peurs inutiles car Andrew ne m’étoufferait pas une fois que l’on serait marié. Je continuerai de travailler. Presque rien ne changerait. Alors pourquoi avoir peur ? Pourquoi douter à ce point ? Je n’avais toujours pas la réponse. Dans un soupir, j’abandonnai l’idée de définir la couleur de la serviette. « Tu as des amis qui viennent ? » Je pensais surtout à ses collègues. C’était toujours drôle de les voir au bras de leur épouse, les enfants laissés aux soins d’une baby-sitter qu’ils allaient surpayés pour être sûrs qu’elle s’occuperait bien de leurs bambins. Si nous ne nous étions pas retrouvés quelques années plus tôt, Andrew serait peut-être dans la même situation, des enfants de six, quatre et deux ans qui courraient partout et une femme, brune, secrétaire au Ministère de la Magie, à côté de lui.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Jeu 3 Mai - 1:40.
    Etant donné qu’il avait été là juste après la destruction et avait aider à le reconstruire , ça lui semblait plutôt logique d’être là ce soir ; de plus il n’était pas totalement étranger à ce genre de soirée , travailler sur son image c’est un des problèmes dans son milieu , être connu ou reconnu ouvre souvent des portes ; et même s’il n’aimait pas ce jeu , il se forçait tout de même à y jouer parfois ; de plus ce n’était pas toujours si désagréable ; la preuve l’endroit était magique , et c’était agréable de voir les choses revenir à la normal , et comment après tout ça on pouvait encore apprécier une simple soirée ; plus de débris , plus de corps , tout ce qui avait été brisé ne l’était plus , réparé ou masqué , pour ce qui était plus profond , seul le temps finirait par faire son œuvre , Andrew n’imaginait pas les choses autrement. Tout irait mieux, et même si c’était un peu trop optimiste d’en être sur pour tout le monde, il l’était au moins pour lui ; vu la jeune femme qu’il avait à son bras, impossible d’imaginer le contraire. C’était aussi un autre des avantages de ce genre de soirée, elle était magnifique tout simplement.

    « Littéralement tombé sur la tête » ça ce n’était étonnamment pas une soirée dont il était déçu d’avoir raté … d’autant plus quand il se rappelait qu’ils auraient pu y être, pas dehors, non bel et bien en dessous des décombres. Finalement, il était peut être bien plus chanceux qu’il avait toujours cru, il n’avait peut être pas de don aux jeux de cartes ou aux paris, mais il était en vie et n’avait perdu personne d’assez proche pour que ce soit difficile à vivre. C’était peut être injuste, mais il faisait partit des chanceux et il comptait bien en profiter. Applaudissant distraitement à la fin du discours, après tout, il était content que tout soit « fonctionnel » mais il espérait bien ne pas passer trop de temps à St Mangouste après cette soirée. « Que penses-tu de cette magnifique couleur » Andrew baissa les yeux vers l’horri… original serviette que tendait, la jeune femme, devant ses yeux. Un sourire mi-amusé par l’intérêt des détails de Marine et mi-moqueur pour exactement les mêmes raisons ; la salle était sublime de part en part, et elle avait réussit à trouvé la seule chose qui dénotait un sens du gout bien particulier, elle n’était pas journaliste pour rien apparemment. « C’est quoi, déjà ? Un mélange de jaune, de vert olive, d’orange et… du brun, non ? » Il haussa les sourcils, comme s’il cherchait vainement à savoir ce que pouvait bien être le nom de cette couleur. «  Une de celle qu’il vaut mieux oublier rapidement » finit t’il par répondre avant de l’attraper et de la fourrer négligemment sous une assiette.

    « Tu as des amis qui viennent ? » Il la regarda légèrement surpris par ce rapide changement de sujet, et par le peu de cas qu’elle avait fait de sa réponse, mais mettant ça sur le fait qu’ils avaient épuisé le sujet sets de table, il se reprit rapidement. Andrew jeta rapidement un regard autour de lui, repérant quelques visages familier, mais aucun ami ou collègue. « Normalement » répondit-il finalement, en jetant encore un dernier coup d’œil. «  Mais à mon avis, ils ne sont pas prêt d’arriver, me voir au bras d’une si charmante jeune femme alors que mon épouse m’attend chez moi, ils n’ont pas envie de se retrouver entre deux feux tu comprends ?  » Il eut du mal à garder son air sérieux plus de quelques minutes et glissa son bras autour sa taille pour éviter qu’elle ne s’éloigne en feignant d’être offusqué. « Ma maitresse de ce soir veut t’elle boire quelque chose ? » Une lueur espiègle dans le regard, il essaya de compenser avec un large sourire innocent. Elle le connaissait, elle n’allait tout de même pas se vexer pour si peu si ?


Dernière édition par Andrew J. Leroy le Sam 12 Mai - 23:05, édité 3 fois
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Jeu 3 Mai - 18:46.
Le visage de la doyenne de l'Université semblait lasse. La vieille femme n'avait plus vraiment le goût de toutes ces mondanités. En réalité, ces derniers temps, elle n'avait plus goût à grand-chose. Depuis la disparition de Phoenix, elle ne faisait que travailler. Encore et toujours, jusqu'à ne plus penser à rien. Mais elle se devait d'être là. Elle n'avait pu refuser d'assister à l'évènement. Tout le monde comptait sur elle. Elle faisait partie des visages officiels de la reconstruction du monde magique, après tout, elle avait donc quelques obligations. Elle avait enfilé une robe noire couverte de sequins, elle ne portait plus de couleurs depuis la fin de la bataille, et s'était entourée d'une étole de mousseline plus sombre encore. Bien triste apparence, et pourtant à l'image de son humeur. Elle qui se faisait un devoir d'arborer les couleurs de sa bonne humeur légendaire semblait bien éteinte à présent. Mais elle trouverait la force de surmonter cette épreuve supplémentaire. Elle n'était pas Malphéda Graymalkin pour rien. Il fallait juste lui laisser encore un peu de temps. Avec les années, tout semblait difficile.

Elle avait attrapé une coupe de champagne en entrant dans la salle de réception, et avait rapidement fait le tour des têtes présentes. Tout un tas de personnes à qui elle ne voulait pas parler. Elle n'y échapperait pas, il y aurait bien un moment où on l'aborderait. Mais pour le moment, qu'on lui fiche la paix. Elle remarqua le dernier de ses fils, encore dans sa bulle, rien de très étonnant. Puis elle vit sa petite fille qui se dirigea vers un jeune homme qu'elle avait déjà croisé en rendant visite à Maverick. Décidément, il n'y en avait pas un pour rattraper les autres dans leur famille. Un éclat de rire s'échappa de ses lèvres. Plein de malice, elle se dirigea vers les deux jeunes gens. C'était important qu'elle vérifie les fréquentations de sa petite fille, son père ne le ferait pas. Elle l'embrassa, tout en lui parlant.

Bonsoir ma chérie, je ne pensais vraiment pas te voir ici ! Ton père ne voulait pas venir seul et il t'as traîné là je suppose ? Je ferai diversion si tu veux t'éclipser. Tu me tiendras au courant.

Puis elle se tourna vers l'homme.

Malphéda Graymalkin, enchantée jeune homme. Je suis la grand-mère de Nhÿx ! Mais nous nous sommes déjà croisé il me semble.

Un immense sourire s'étala sur son visage. Le message était plutôt clair.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Ven 4 Mai - 18:55.

« Une de celle qu’il vaut mieux oublier rapidement. » J’eus un léger sourire en le regardant cacher la serviette sous une assiette, comme si il avait honte de cette couleur qu’il n’avait pas choisi. De toute manière, j’aurais tôt fait d'en retrouver une autre que je lui mettrai de nouveau sous le nez pour lui prouver que c’était immonde quand on la regardait d'encore plus près. Je faisais ma mauvaise foi. La salle avait été décorée avec bon goût. Si je croisai la directrice, je n’hésiterai pas à la féliciter pour l’ensemble de sa décoration et ses jolies serviettes, elle serait heureuse ! Nous étions probablement les seuls à nous préoccuper de la décoration. Autour de nous, les conversations allaient bon train. Ça y était, tout le monde avait repris ses habitudes. Verre d’alcool à la main, petite bouchée dans l’autre et discussion futile, peut-être même commérage. C’était bon de voir la société tourner de nouveau rond. Tout irait mieux. Je levai les yeux vers Andrew. J’étais certaine que tout se passerait mieux. Maintenant que tout était terminé, on aurait plus de temps pour réfléchir et pour avancer. « Normalement » Comme il avait dû le faire quelques secondes avant, je survolai les invités à la recherche de visages familiers. Je ne connaissais pas tous les aurors ou autres employés du Ministère mais je ne voyais aucune tête qui aurait pu correspondre à une de ses connaissances. Peut-être qu’en bougeant, nous les verrions. « Mais à mon avis, ils ne sont pas prêt d’arriver, me voir au bras d’une si charmante jeune femme alors que mon épouse m’attend chez moi, ils n’ont pas envie de se retrouver entre deux feux tu comprends ? » A défaut de ne plus avoir la superbe serviette, je le frappai du dos de ma main. Pas naïve, je savais très bien que c’était une plaisanterie qui pouvait paraitre douteuse pour des non-initiés mais qui ne l’était pas pour moi. Depuis le temps que je le fréquentais, j’avais appris à le connaitre et je savais qu’il n’y avait aucun sous-entendu, aucune raison de me vexer. Je jouais juste le jeu. Je sentis son bras se glisser dans mon dos pour se rapprocher.

Je m’appuyai contre lui avec un sourire. C’était bon d’être là, de le sentir près de moi et de savoir qu’il ne risquait plus rien. Sa présence avait quelque chose de rassurant. « Ma maitresse de ce soir veut-elle boire quelque chose ? » Voilà qui était tout de suite plus intéressant. Il pouvait bien faire celui qui n’avait rien dit, je n’oublierai pas. Je laissais de côté son allusion et me concentrai sur son sourire innocent. Sa proposition de boire était plus intéressante. « Je ne sais pas… quelque chose comme du champagne ? » C’était le genre de boisson alcoolisée moldue dont raffolait les sorciers. Dans ce genre de mondanités, le champagne était l’alcool universel. Dès que quelqu’un avait une coupe dans la main, une mini-bouchée dans l’autre et qu’il pouvait boire une gorgée, il se redressait fièrement. Qui plus est, ce breuvage coûtait cher, ce qui rajoutait à l’aspect luxurieux. Les gens étaient fiers pour si peu ! C’était pour cette raison que l’on employait des serveurs. A chaque réception, ils étaient là, plateau en équilibre dans une main pour proposer des coupes de champagne. « On va bien en trouver quelque part. » Les serveurs finiraient par trouver le chemin jusqu’à nous. Enfin, si ils nous trouvaient dans cette foule.

Je me séparai d’Andrew pour remettre en place le col de sa chemise. « Nous devrions faire attention à nos gestes alors, je ne voudrais pas que ta femme vienne ici pour me frapper. » lui annonçai-je avec un sourire. Si des invités nous écoutaient, ils allaient vraiment finir par croire que nous vivions dans l’adultère. Enfin, surtout Andrew, c’était lui le pseudo-mari infidèle. Et moi, j’étais la femme qui osait voler l’époux d’une autre. Je ne sais pas quel rôle était le pire. Mais de toute façon, qui nous écoutait ? « Il faudra que tu me la présentes, un jour. On s’entendra très bien puisque nous avons les mêmes goûts. » J’aurais pu être jalouse qu’il sous-entende la présence d’une autre femme dans sa vie. En tout cas, je l’aurais été assurément quand nous étions adolescents mais là, ce soir, ce n’était pas important. Nous passions un début de soirée plutôt agréable. Surtout, ce n’était pas un soir pour se prendre la tête avec ce genre de choses, d’autant plus que ce n’était que de l’humour. « Ce doit être une belle femme, intelligente, déterminée et sûrement un peu casse-pied. » continuai-je, tout en arborant un air songeur. Et peut-être même était-elle gourmande, tout comme moi. En partant, je n’avais pas oublié mon petit sachet de bonbons habituel. J’avais osé venir avec des confiseries pour un évènement aussi guindé et important. Cependant, j'assumais mon addiction aux bonbons. Il y avait pire, tout de même !Comme personne ne semblait faire attention à nous, je haussai les épaules et sortis mon paquet, en jetant un petit coup d’œil à Andrew. Quoiqu’il dise, ça ne m’empêcherait pas d’en manger.


Dernière édition par Marine Baumont le Ven 11 Mai - 22:59, édité 1 fois
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Mar 8 Mai - 22:42.
Un regard vide, des vêtements somptueux. J’étais enfin prêt pour me retrouver dans une soirée mondaine, une soirée a priori où j’allais peut être faire quelques rencontres sympathiques. Je n’avais jamais été dans un gala d’ouverture à Londres. J’allais pouvoir enfin savoir à quoi cela ressemblait. J’étais prêt à voir ce que les soirées mondaines Londonienne étaient même si je savais que rien ne valait une soirée Française. La musique et les buffets étaient toujours somptueux. Mais je ne savais encore rien des soirées Londoniennes et cela m’intriguait tellement que je devais absolument voir comment c’était et comme ça se déroulait. Je faisais avant un petit tour dans Londres pour visiter un peu.

Rien que de voir les rues de Londres ne m’enchantait que très peu car ma France natale était toujours la plus belle pour moi. En effet rien ne fallait mieux que la France selon moi. Ce pays était parfait en même temps, je m’étais déjà ancré dans le monde mondain là-bas. Mais ici je me demandais si j’allai réussir à m’intégrer surtout que mon anglais était pas mal donc ça n’allait pas être difficile mais je pensais surtout à tous ses autres gens qui n’étaient pas comme moi. Je ne voulais pas non plus me prendre pour le meilleur non loin de là. Et puis après tout c’était ma première soirée à Londres.

Je filai ensuite vers ce fameux hôpital qui était si célèbre chez les sorciers bons nombres de personnes étaient soigné ici en même temps, c’était le seul lieu où l’on pouvait soigner des sorciers de tout pays dans l’Europe entière. Je ne connaissais personne, je ne parlerai peut être pas en cette soirée mais j’avais au moins été là-bas pour mon bien à moi. J’étais tout de même déterminé à parler avec des gens, n’importe qui juste pour me dire que je n’étais pas là pour faire décoration.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Sam 12 Mai - 22:57.

Andrew jeta un nouveau coup d’œil autour de lui , toujours personne en vue ; en même temps , il ne cherchait pas vraiment , avec ce monde c’était un peu peine perdue , s’il devait tomber sur quelqu’un ça se ferait , sinon tant pis ; Il n’avait rien contre le fait de tomber sur un collègue , ou un ami , mais ce n’était pas non plus le but de la soirée. Finalement il se retrouva à chercher quelque chose à boire, se doutant qu’il y avait peu de chance que la jeune femme réponde par la négative et il se doutait même de ce qu’elle risquait de demander « Je ne sais pas… quelque chose comme du champagne ? » Champagne donc , un sourire se dessina sur son visage , content d’avoir su , c’était stupide , L’auror le savait bien , n’importe qui aurait certainement pu le deviner aussi aisément vu le type de soirée ; mais tout de même c’était agréable de savoir que certaine chose ne changeait pas ; et que même après tout ce qui c’était passé , il était encore capable de savoir ce qu’elle avait en tête ; et même si ce n’était que pour une chose aussi insignifiante qu’une boisson , c’était réconfortant.

Il leva les yeux au ciel comme s’il était agacé, il n’avait pas 10 ans, il était capable de se rhabiller tout seul ; mais au fond ça ne le dérangeait absolument pas ; sans compter qu’en plus, 10 ans ou 30, ça ne changeait pas spécialement grand-chose dans sa façon de faire attention à ce genre de détail. Une fois qu’il était habillé, il était habillé, point. S’il avait dû passer son temps à se regarder dans une glace pour être certain d’être constamment tiré à quatre épingles … il n’aurait eu le temps de rien. « Nous devrions faire attention à nos gestes alors, je ne voudrais pas que ta femme vienne ici pour me frapper. » Nouveau sourire. Elle était rentrée dans son jeu comme toujours ; ça marchait dans un sens comme dans l’autre après tout. Après si d’autres personnes autour d’eux se faisaient prendre aux pièges, ça n’avait aucune importance, tant qu’elle, elle avait compris. Et puis imaginer le visage des gens outrés, c’était pas mal non plus. « Ce doit être une belle femme, intelligente, déterminée et sûrement un peu casse-pied. » Bah voyons, Andrew hocha doucement la tête pour confirmer les propos de la jeune femme, l’air tout à fait sérieux comme s’ils parlaient réellement d’une autre personne. « C’est à peu près ça, surtout pour le casse pied, on dirait presque que tu la connais » acheva-t-il avec un air faussement surpris. « Tu as peut être raison, on devrait faire attention, elle peut être violente parf …» Il s’arrêta net dans sa phrase, attrapa le paquet de sucrerie et le posa sur le plateau d’un des serveurs le plus proche pendant qu’il passait ; récupéra deux coupes au passage, et se retourna à nouveau vers la jeune femme. « … fois ».

Il n’avait pas fait ça pour l’embêter , seulement pour lui vider les mains , et puis surtout , il savait qu’elle ne les aurait ranger autrement , et ce n’était pas vraiment l’endroit ; il y avait certainement assez de nourritures ici , sans sortir des bonbons maintenant ; c’était un petite manie qu’il adorait chez elle , mais ce soir c’était un évènement officiel , et il aurait préféré qu’elle garde ça pour elle . Cela dit, pour quelqu’un qui venait de faire de l’infidélité un sujet de conversation, c’était plutôt mal placé. L’auror s’en rendit compte, finalement un simple mot aurait pu être suffisant, mais le serveur étant déjà reparti c’était un peu tard. Avec un peu de chance il s’en sortirait avec une pirouette. « Ça te ferais pas mal d’arrêter un peu les sucreries, ça commence à se voir » dit-il avec un sourire légèrement moqueur ; à ses yeux, elle était parfaite, mais même si c’était loin d’être un problème, il trouvait effectivement quel s’était remplumé un peu dernièrement ; mais ce n’était ici qu’une plaisanterie. Et aussi une façon d’essayer de la faire se concentrer là-dessus, à vouloir répliquer, elle oublierait peut être son paquet ? Ça valait toujours le coup de tester.

Andrew n’eut pas le temps de s’en rendre compte que deux femmes le bousculèrent sans s’en rendre compte, apparemment trop occupé par leur conversation. « Même juste un peu ? » « Non tu ne dois pas boire, tu es enceinte … » Le sorcier se désintéressa rapidement, autant parce que ce n’était pas ses affaires et qu’il n’avait pas encore régler son problème nommé Marine. Il lui tendit sa coupe « le verre de mademoiselle ».
.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Lun 14 Mai - 13:23.

D’ici quelques secondes, je sentirai le sucre de ces bonbons moldus se dissoudre dans ma bouche. J’adorais les bonbons, c’était un fait avéré depuis des années. J’avais huit ans quand j’ai pris l’habitude de ne jamais sortir sans un paquet de bonbons dans mon sac. Même si à l’époque de l’école, je revenais souvent avec un sachet vide parce que j’avais passé mes récréations à partager. Il fallait que j’aie toujours des bonbons sur moi. Je ne sais pas d’où cela vient. Peut-être un sentiment d’insécurité que je ne pouvais satisfaire que par des confiseries ? Pour avoir la réponse, il faudrait peut-être que je consulte un psychomage mais tant que mon addiction pour les bonbons n’était pas dangereuse, je n’allais pas prendre rendez-vous rien que pour deux bonbons par jour. « C’est à peu près ça, surtout pour le casse pied, on dirait presque que tu la connais. » Message subtilement passé ou simple jeu, la frontière était mince. Je me savais casse-pied, parfois même insupportable quand je m’y mettais, comme tout le monde. Je n’étais quand même pas la seule à vouloir que son fiancé dorme sans parler ou à m’accrocher à une information au risque de harceler les gens. J’étais sûre de ne pas être un cas isolé.

« Tu as peut être raison, on devrait faire attention, elle peut être violente parf … » « Qu’est-ce que tu… » Je sentis le paquet quitter mes mains sans même avoir pu anticiper le geste d’Andrew. Celui-ci abandonna mes bonbons sur le plateau d’un serveur – remarquez que ceux-ci ne sont là que lorsqu’on ne veut pas d’eux – et les échangea contre deux coupes de champagne. Comme si l’alcool m’intéressait au moment présent. Il avait kidnappé mes bonbons. Il n’allait pas s’en sortir comme ça. « … fois. » Il venait de m’arracher les bonbons de la bouche et dieu que je détestais ça ! Mes yeux suivirent le serveur, essayant de mémoriser ses traits pour le retrouver et l’égorger dans une ruelle sombre – ou pour récupérer mon sachet – mais il disparut derrière un invité. Andrew savait que je détestais que l’on fasse cela. S’il ne voulait pas que j’en mange avec aussi peu de discrétion, il n’avait qu’à me le dire. Je pouvais les cacher, ça ne m’aurait posé aucun problème, enfin presque aucun. S’il avait honte, rien ne l’empêchait de partir à la recherche d’un collègue. Je ne l’obligeais pas à rester à mes côtés. J’étais furieuse. Pour un paquet de bonbons mais pas que. Que disait papa déjà ? « Respire profondément et concentre-toi. » et nous reprenions son entrainement. Pendant les premières années de ma vie, avant mon entrée à Beauxbâtons, il avait fait un devoir de m’apprendre à me défendre. Sans frère pour me protéger, il craignait que l’on m’embête à l’école. Suivant les vieux conseils paternels, je pris une longue inspiration. Ce n’était qu’un paquet de bonbons, après tout, rien de bien grave. J’en avais des kilos chez moi. «

Respire profondément répétait mon père. C’est fou comme il est plus facile de se calmer à huit ans, quand on est dans un contexte familial stable qu’à vingt-sept ans quand on sort de mois épouvantables. « Ça te ferais pas mal d’arrêter un peu les sucreries, ça commence à se voir. » A croire que Andrew avait des envies suicidaires ce soir. Il craignait quoi, au juste ? Que je ne rentre plus dans une robe de mariée que je n’avais pas encore choisie ? Que je devienne aussi grosse qu’une baleine ? Ce n’était ni le moment ni l’endroit pour s’énerver. Je savais qu’une dispute ici ne rimerait à rien. Nos problèmes devaient se régler en privé et loin des oreilles indiscrètes. Déjà qu’ils pensaient que nous étions un couple d’amants, si en plus on explosait au milieu de l’inauguration, nous n’allions pas arranger la situation. « Le verre de mademoiselle. » Bonne idée, de l’alcool ! Je lui pris la coupe des mains et la but cul sec. Voilà. Ça, c’était fait. Maintenant, c’était au tour d’Andrew. Il ne pouvait pas toujours agir avec autant de nonchalance et essayer de détourner mon attention sur un autre sujet. Je ne devais pas oublier que nous étions en société et donc qu’il valait mieux éviter les disputes. « Pourquoi tu as fait ça ? J’aurais très bien pu ranger le paquet, si tu me l’avais demandé. » J’avais l’impression d’être punie comme une enfant. N’oublions pas que j’avais vingt-huit ans et non plus, huit ans. Comment réagirait-il si je lui prenais toute sa collection de lunettes de soleil ou que je l’empêchais de faire du tir à l’arc. Je n’étais pas la seule à avoir un comportement puéril. Andrew n’était pas en reste.

« Je ne suis pas une gamine que tu peux punir comme ça, Andrew. » Je posai ma coupe de champagne à côté de l’assiette qui cachait l’affreuse serviette, pour ensuite croiser les bras. Le pire était probablement qu’il avait osé mettre les bonbons sur le plateau. Déjà, on ne volait pas mes bonbons mais surtout, j’étais quand même capable de ne pas en manger pendant une soirée. Il suffisait de demander, un concept que ne maitrisait pas Andrew, visiblement.
avatar
January D. Lockhart
this is the wizzarding world of
J'ai un autre job
informations
J'ai un autre job

star : Jennifer Lawrence
crédit : Mystique.
lettres postées : 443
date d'entrée : 01/03/2010



Message Posté Dim 20 Mai - 15:24.


    - C'est quoi "putain" January ?


Les yeux écarquillés, January cherchait un beau mensonge à raconter à Azraël. Mais elle ne trouva rien de bien convaincant alors elle fit comme si elle n’avait rien entendu. Le discours se termina sous les applaudissements du public et le soulagement du petit garçon. Monsieur avait faim. Et Véra comptait sur son amie pour le nourrir. En se rapprochant du buffet, elle écouta les demandes du jeune homme, tentant de se concentrer. Mais en ce moment, January disposait d’une capacité d’attention très réduite.
    - Je veux du lapin grillé, et des brochettes de murlap, et du crumble à la citrouille et... Euh, aussi des crabes de feu farcis, et des croquettes d'asphodèle...
    - Attends, tu m’as perdue à crumble à la citrouille. Mais t’es sûr que tu vas manger tout ça ? T’as pas intérêt à gaspiller.
    - T'as vu y'a un vieux là-bas qui te regarde bizarrement, on dirait qu'il veut te manger, presque.



January tourna la tête pour découvrir, effectivement un vieux pervers qui la regardait avec un sourire qui ne laissait aucun doute sur ses intentions. Elle l'assassina du regard et remonta sa robe, se dépêchant de choisir les mets qu’Azraël attendait tant. Brochette de murlap, rien de plus dégoutant. Elle faisait la grimace. La gastronomie sorcière avait cessé de la convaincre depuis qu’elle avait découvert les croquettes d’asphodèle dont Azraël raffolait apparemment.

    - Mais t'en fais pas ch'te protègerais s'il vient parce que maman elle me l'a dit d'être gentil et sage avec toi, comme ça j'aurais droit à un truc p't'être.


January se surpris à sourire. Elle qui s’était toujours considérée comme une calamité avec les enfants avait réussi à tisser un lien plutôt fort avec le fils de son amie. Elle murmura un merci qu’il n’entendit certainement pas, vu comment il semblait captivé par le buffet. Une fois l’assiette bien remplie, elle prit le petit par la main et l’entraîna à une table déjà bien peuplée. Elle salua les autres d’un signe de tête et installa le fils de Véra à côté d’elle.

    - Tiens, mange. Et ne mets pas les coudes sur la table s’il te plaît.


Elle s’empara du pichet d’eau et lui servit un verre. Puis, ne suivant pas son propre conseil, posa un coude sur la table pour mieux le regarder manger.

    - Alors Azrael, ta mère me dit que tu veux aller étudier à Durmstrang ! Quelle drôle d’idée. Tu ne préfères pas aller à Poudlard ?




_________________
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Lun 28 Mai - 11:27.
    Par Merlin, c'était ainsi que les adultes s'amusaient ? Pouah, c'était vraiment nul alors ! Il y avait comme une atmosphère morbide, accentuée par la moyenne d'âge de la population. Au moins la nourriture était assez potable... Du coup Azraël se goinfrait, jetant de temps en temps des coups d'œil à la ronde pour voir si d'autres enfants étaient présents et auraient pu lui apporter un peu de compagnie - non pas que celle de January était forcément désagréable, mais en tout cas, cet état n'était pas vraiment avouable. C'était une fille, en plus sa nounou, donc elle ne pouvait guère revêtir aussi l'étoffe d'une camarade de jeu, officiellement.
    Le petit garçon, par orgueil, tentait tout de même de faire bonne impression, et respectait les recommandations polies de la jeune Lockhart, pour ne pas passer pour un enfant mal élevé - suprême déshonneur pour lui qui voulait que ses parents soient fiers. Malheureusement, il ne connaissait pas encore parfaitement le protocole, et il pouvait très vite lui arriver de faire une gaffe sans s'en rendre compte.

      - Bah à Poudlard, ils aiment pas trop les loups-garous j'crois, ils les enferment à la pleine lune dans une cabane pour les faire hurler.


    Il haussa les épaules, comme si cette constatation était assez naturelle. Finalement, toutes les injustices et le manque de tolérance qui existaient encore autour de sa condition lui paraissaient normales, tant il y avait été soumi et habitué. Les sorciers ne savaient pas plus gérer la différence que les moldus, aussi, ils la rendaient malsaine, ils en faisaient une maladie à écarter, alors que la lycanthropie, n'était, au fond, pas un mal plus blâmable que la magie elle-même, lorsque les deux échappaient à un certain contrôle.
    En ce qui concernait la véracité de ses propos, Azraël n'y entendait pas grand chose... Il était juste sûr du fait qu'il voulait éviter ce genre de traitements, et ne prenait donc aucun risque, que cette information soit vraie ou fausse. Après tout, il avait compris depuis longtemps que la plupart des rumeurs, si elles pouvaient être exagérées, étaient néanmoins souvent fondées.

      - Et puis à Durmstrang comme ça j'y serais pas obligé d'y aller cette année, j'peux profiter un peu d'ici avant quelques années.


    C'était un avantage considérable à ses yeux, dont elle ne pouvait surement pas envisager l'étendue. Pour l'orphelin de Hurlevent, avoir à portée de main ses parents, et rattraper le temps perdu, valait bien toutes les études du monde...
    Et accessoirement, il aurait moins de travail, ce qui n'était pas non plus négligeable. Quoique, vu l'intérêt que Vera entretenait pour son éducation, il ne fallait pas qu'il s'attende à passer ses journées à manger des chocogrenouilles et à jouer aux bavboules.

      - T'as été où toi ? C'était bien ? T'en avais des amis comme moi ?


    Qu'elle traduise cette question comme elle l'entendait. Des amis métamorphes, des amis exceptionnels, des amis miniatures... Elle avait le choix de l'interprétation, mais elle devait mesurer sa réponse pour satisfaire sa curiosité sans le vexer.
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Mer 6 Juin - 10:29.
We found love in a hopeless place


Always together

Peu après son entrée, Elena aperçu Erik, plus élégant que jamais tout en gardant la sobriété que demandait cet évènement. Elle sentit le rouge monter à ses joues et ce, malgré le froid qui régnait dans la pièce. Le jeune homme semblait quelque peu désorienté par l'évènement, il tournait la tête, cherchant des visages familiers. Puis son regard glissa vers Elena, lentement, ses pieds l'emmenèrent jusqu'aux deux jeunes femmes. La rousse l'observait de loin, leurs regards toujours l'un dans l'autre.

Arrivé, Erik complimenta Enora d'une phrase et plaça deux baisers sur la commissure des lèvres d'Elena. C'était un geste osé mais la Princesse n'avait que faire des manière. Elle senti la main du jeune homme glisser le long de sa taille. Avec cette proximité, elle pu sans difficulté sentir le parfum que portait son "ami".

Elena reporta son attention sur la salle qui commençait à se remplir. Beaucoup de personnes avaient été conviées mais elle ne pouvait reconnaître que peu de visages. En réalité, elle ne savait pas qui était ou qui n'était pas là lors de l'effondrement. Elle aurait voulu porter un toast aux survivants, leur dire que cette épreuve marquera sans doute leur vie. Comme elle avait marquée la sienne. La monégasque se souvint des éboulements et un nouvel élan de chaleur l'envahi. Elle se sentait oppressée par cette salle qui l'avait écrasée, elle avait peur. Serait-ce de la claustrophobie? Les larmes lui montèrent aux joues, d'un geste expert, elle posa sa tête contre l'épaule d'Erik pour effacer les signes de sa faiblesse.

    - Erik, j'ai soif, on pourrait se poser pour boire quelque chose?


Elena avait envie de tout sauf de champagne alors sans attendre la réponse de son cavalier, elle se dirigea vers les jus d'orange et pris un verre dans chaque main. Elle en tendit un à Erik et se dirigea vers les sièges vides disposés au fond de la pièce.


avatar
Georges F. Shakespeare
this is the wizzarding world of
Je gère mon commerce
informations
Je gère mon commerce
le grand méchant loup xD
star : Daniel Radcliffe
crédit : Hollow Bastion
lettres postées : 409
date d'entrée : 27/08/2011

♦ Nota Bene
: passez sur ma fiche, on trouvera bien quelque chose
:
: sa baguette et son petit carnet à dessin



Message Posté Dim 10 Juin - 19:27.
Gala de réouverture

__________________________________________________________________________

« Erik, j'ai soif, on pourrait se poser pour boire quelque chose? ». Il hocha la tête et la suivit de loin en adressant un regard d’excuse à Enora. Il plongea d’abord ses mains dans ses poches. Ce n’était pas élégant ou distingué. Mais ces soirées n’étaient vraiment pas son truc. D’ailleurs il ne savait plus pourquoi il était là … Une promesse faite à une des deux jeunes filles peut-être ? Au deux ? Ou juste une sortie de dernière minute ? Il aurait sans doute mieux fait de rester chez lui à vérifier que toute était OK pour l’ouverture de son commerce, qu’il avait bien envoyé leur contrat de travail à ses nouveaux employés. Il aurait pu répondre à la dernière lettre d’Olympe. La jeune muette devait bien attendre sa réponse depuis deux semaines maintenant, mais Erik était un mauvais correspondant, point à la ligne. Il aurait aussi pu écrire une lettre à sa mère, mais il était actuellement dans une de ces mauvaise passes qui consiste à lui en vouloir à mort d’être restée hermétiquement muette lors de sa dernière visite.
Il prit le verre de jus d’orange que lui tendait Elena avec un sourire sarcastique. Mon Dieu ! Du jus d’orange quelle attention sympathique pensa-t-il en ricanant intérieurement contre les organisateurs de la soirée, ils pensaient peut-être que des gamins allaient assister à une soirée aussi morose que celle-là ? Mais sa pensée fut contredite lorsqu’il aperçut effectivement un gamin qui parlait avec une grande blonde. Enfin, il semblait plutôt monopoliser la parole, pensa-t-il.
Il suivit Elena jusqu’aux chaises au fond de la pièce et prit place au fond de la pièce. Ils observèrent un silence presque religieux, tous les deux plongés dans leur pensées. Erik soupira en se pensant à sa mère puis à Elena. Sa famille, ou du moins ce qui l’en restait, était une des raisons qui le poussait, enfin qui était censé le poussait, à garder ses distances avec Elena. Comment organiser une rencontre entre une princesse et une femme perdue, supposée scyzophrène, qui ne n’avait pas le droit de sortir de son hôpital psychiatrique et qui ne daignait ouvrir la bouche pour parler que lorsque son humeur le permettait ?
Il releva la tête de son jus d’orange et observa à nouveau les gens qui lui l’entourer. Il porta ensuite son verre de jus d’orange à sa bouche, trempa vaguement les lèvres dedans, bu une gorgée puis tourna vivement la tête vers Elena. Il s’éclaircit la gorge et finit par parler.
« Alors, quoi de neuf ? »
C’était une phrase pourrie, stupide, sans intérêt. Mais au moins elle comblait le silence.


avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Jeu 21 Juin - 15:27.

Avec tous ce qui c’était passé dernièrement, reprendre les habitudes de tous les jours était plutôt dur, il n’avait jamais vraiment su se poser de limite, mais là, c’était encore plus dur de savoir quand s’arrêter. Andrew savait qu’au fond ce n’était pas grand-chose, mais aussi qu’il aurait mieux fait de ne pas le faire, qu’il ait eu raison ou non sur le fait qu’elle refuserait, il aurait au moins pu demander avant. Enfin c’était trop tard, le serveur avait disparu dans la foule et ce n’était qu’un paquet de sucrerie, pas non de quoi en faire toute une histoire. Quoi que vu la rapidité à laquelle elle bu son verre, son agacement était sans doute pire que ce qu’il avait imaginé. Il avait agi sous le coup de l’impulsion et apparemment il risquait d’en subir les conséquences plutôt rapidement.

« Pourquoi tu as fait ça ? J’aurais très bien pu ranger le paquet, si tu me l’avais demandé. » Andrew se contenta d’une sourire contrit pour éviter de répondre , absolument pas certain de ce qu’elle était entrain d’avancé , il avait du mal à l’imaginer ranger docilement ses bonbons sans en avoir pris au préalable , mais il devait tout de même reconnaitre qu’il en avait un peu trop fait en envoyant le paquet faire le tour de la salle. « Je ne suis pas une gamine que tu peux punir comme ça, Andrew. » Il ne put s’empêcher de soupirer lourdement, ce n’était pas comme ça qu’il l’avait vu sur le moment, et il n’était pas d’humeur à subir ça maintenant. Ils étaient venu ici pour profiter de la soirée pas pour se prendre la tête sur un détail de ce genre. Mais apparemment c’était raté, vu la tête de la jeune femme, il savait déjà qu’il pouvait tracer un trait sur la notion de bonne soirée. Il aurait bien répliqué que la moue boudeuse qu’elle arborait allait de pair avec le coté gamine, mais il ne tenait pas à empirer les choses, sans compter que ce n’était pas ce qu’il avait voulu dire en lui enlevant ses bonbons, ça aurait pu, mais ça ne lui avait même pas traversé l’esprit jusqu’à ce qu’elle en parle. Andrew avait agi sur le moment sans un seul instant penser que ça aurait pu dégénérer comme ça, ce n’était certes pas encore la troisième guerre mondial mais ça commençait plutôt bien.

S’excuser ? Ça aurait certainement arrangé un peu les choses, mais non. Il n’allait tout de même pas s’excuser pour si peu si ? Ce n’était que trois sucreries, elle pouvait tout de même s’en passer, il ne voyait même pas pourquoi elle les avait sorti ; il savait bien qu’elle s’en passait difficilement mais enfin, c’était une soirée importante et il y avait largement de quoi manger. Le sorcier n’arrivait pas à croire qu’elle était en train de lui prendre la tête seulement pour ça , ok ; il n’aurait pas dû , mais ça ne valait pas le coup de rester là-dessus si longtemps , elle aurait pu grommeler dans son coin deux secondes et se reconcentrer sur la soirée en perspective , mais non , apparemment , il y avait peu de chance que la bonne humeur revienne ; et ça commençait à l’agacer prodigieusement de devoir être celui qui allait faire un effort pour que cette petite situation de crise se passe ; il en avait marre de prendre sur lui ; tout ce qu’il voulait maintenant c’était passé la soirée tranquillement ! Pas essayer de désamorcer une nouvelle bombe. « T’es vraiment sure de vouloir commencer ? » Soupira-t-il. Il se passa rapidement la main sur les yeux comme si ça pouvait effacer les dernières minutes ; tout ça à cause d’une futilité pareille, il n’avait vraiment pas envie de se battre pour une chose de se genre. « Tu peux t’en passer une soirée non » Andrew avait très bien compris que ce n’était pas le manque de sucre mais son action qui l’avait mis dans cet état mais il ne comprenait pas son ampleur. « Ou au moins oublier ça, on va pas se prendre la tête pour si peu si ? » demanda-t-il avec un visage sérieux, ils étaient en vie et ensemble, tout le monde n’avait pas eu cette chance, et ils allaient s’engueuler pour un paquet de bonbon ? « Ça, ça serait gamin » conclut-il avant de boire une gorgée de son propre verre, pas certain de savoir comment arranger les choses.


vraiment désolée pour le mega retard
avatar
Invité
this is the wizzarding world of
Invité
informations



Message Posté Sam 30 Juin - 13:52.

Tout avait pourtant bien commencé. Ils avaient pris plaisir à se préparer, chacun revêtant une tenue élégante. Ils avaient envie d’y aller. C’était une occasion de sortir, de rencontrer de nouvelles personnes, de découvrir le nouvel hôpital et de se souvenir de l’attentat. Il ne s’agissait donc pas d’une soirée comme les autres. Marine avait été persuadée que c’était une bonne chose. Maintenant, elle ne le croyait plus du tout. La situation lui échappait. Elle, pourtant si calme d’habitude, n’avait pas envie de supporter l’attitude d'Andrew. Elle aurait pu se taire et ne pas tiquer mais ce soir, la force n’y était pas. Elle était fatiguée. Ces dernières semaines, ses nerfs avaient été mis à rudes épreuves. Ce soir, ça en était trop. Malheureusement, cela devait tomber sur Andrew. Il était beaucoup plus facile de s’en prendre à une personne que l’on connaissait depuis longtemps plutôt qu’à un inconnu. Elle savait que, quelque part, il lui pardonnerait. Ils étaient un couple, il pourrait lui pardonner parce que c’était ça, aussi, l’amour, non ? Savoir pardonner à l’autre ses sauts d’humeur. Elle espérait qu’il en soit ainsi avec lui. Contrairement à ce qu’ils pensaient, ils n’étaient pas sortis indemnes de ces batailles. Ils n’étaient pas aussi forts. Ils n’avaient compté aucune perte parmi leurs proches ou leurs connaissances mais ils s’étaient perdus eux-mêmes. Ils ne sortaient pas d’une situation normale. Rien ne les avait préparés à vivre une période de guerre. La pression, la peur et tout ce que cela impliquait. Ils n’avaient fait que subir pendant des semaines. C’était trop. Ils ne pouvaient pas sortir lors d’une soirée mondaine comme si de rien n’était. Certaines choses devaient être réglées avant de reprendre le cours normal de leurs vies.

« T’es vraiment sure de vouloir commencer ? » Ses doigts se crispèrent autour de la coupe. Non, bien sûr, elle ne voulait pas se lancer dans un débat pareil. Elle aurait voulu faire comme si de rien n’était mais la réalité était toute autre. Tout ce cirque n’était pas innocent. Il y avait une raison là-dessous. Évidemment, la manière de régler le problème n’était pas forcément la bonne. Sauf que Marine ne passerait pas une nouvelle journée en faisant semblant. Elle avait un besoin inexplicable d’évacuer. Il fallait qu’elle s’énerve même si cela devait les faire souffrir. Elle ne pensait plus aux conséquences, juste à s’emporter, à dire ce qu’elle avait sur le cœur. « Tu peux t’en passer une soirée non ? » Elle avait envie de lui hurler que non, elle ne pouvait pas. Elle ne pouvait pas s’en passer parce qu’elle aimait les bonbons et que cette gourmandise faisait partie d’elle. Elle ne pouvait pas s’en passer parce qu’elle avait envie de profiter de la vie. Elle ne pouvait pas s’en passer parce qu’elle avait tellement peur pour son indépendance et sa liberté qu’elle refusait de renoncer ne serait-ce qu’à ses sucreries le temps d’une soirée. C’était bien plus qu’une question de bonbons. C’était un réel enjeu. Peut-être qu’il ne la comprenait pas. Il trouvait sûrement cela futile. Après tout, qui s’accrocherait autant à des confiseries ?

« Ou au moins oublier ça, on va pas se prendre la tête pour si peu si ? » Son verre souffrait sous la pression de ses doigts. Encore une fois, ce n’était pas quelque chose d’anodin et d’innocent. Cependant, elle ne pouvait pas exploser ici, devant un parterre de sorciers. Elle s’était toujours débrouillée pour rester discrète sur ses sentiments et ses pensées. Elle n’allait pas encore perdre une nouvelle facette de sa personnalité, puisqu’elle était déjà privée de sa gourmandise. Soudain, l’atmosphère l’étouffait, la robe lui semblait trop serrée, la coiffure surfaite, les talons insupportables. Elle devait s’échapper. « Ça, ça serait gamin. » Il l’avait dit, ou du moins, il l’avait sous-entendu. C’était clair, dorénavant. Il la trouvait puérile. Elle posa calmement sa coupe sur la table à côté d’eux. Elle n’avait toujours pas parlé, restreignant ses paroles pour ne pas empirer la situation. Elle sentait qu’en ouvrant la bouche, une quantité de reproches allait sortir. Elle planta son regard dans celui d’Andrew. « Bien sûr, ce serait tellement infantile. » répondit-elle doucement.

Elle ne pouvait pas rester ici une minute de plus. Elle n’en pouvait plus de toutes ces personnes qui faisaient semblant que tout allait bien. Elle ne supportait plus le brouhaha des conversations ni la chaleur de la pièce. Elle avait envie de retrouver son lit pour oublier cette soirée. Ça avait été une erreur de croire que tout se passerait bien, qu’ils pourraient passer une bonne soirée. C’était une erreur sur toute la ligne. Marine ne se sentait plus à sa place. Elle souhaitait maintenant le réconfort de son appartement, loin de toutes tensions et de tous problèmes. Elle était énervée mais elle ne se défoulerait pas sur n’importe qui. Andrew n’était pas n’importe qui. Il était son fiancé, celui qu’elle aimait pour ce qu’il était et ce qu’il faisait. C'était pour cela qu'elle ne pouvait pas non plus s’en prendre à lui, même si elle le faisait sans état d’âme. « J’ai besoin de prendre l’air. » Elle lui tourna le dos et s’éloigna vers la sortie. Elle n’avait pas envie qu’il la suive, elle avait besoin de rester seule. Réfléchir, faire redescendre la pression, voilà ce qui lui ferait du bien. Ce n’était pas réellement après Andrew qu’elle en avait mais après la terre entière. Contre cette Organisation Secrète qui avait tout fait basculé, contre toutes ces personnes qui s’imaginaient que tout était terminé, contre elle-même qui n’était pas capable de savoir. Enfin, elle sentit l’air frais caresser son visage. Elle était dehors, elle était libre.
avatar
Dominus Tenebrae
this is the wizzarding world of
Je suis un PNJ
informations
Je suis un PNJ

star : Moi-même
crédit : Domina.
lettres postées : 1252
date d'entrée : 28/03/2010



Message Posté Dim 8 Juil - 16:31.
Le gala de réouverture est terminé. Les participants reçoivent une récompense de 30 PRP chacun pour leur investissement.

Merci à tous, et à bientôt niark
Contenu sponsorisé
this is the wizzarding world of
informations



Message Posté .

GALA DE REOUVERTURE ◭ Sujet Global

T H E R E . I S . N O T H I N G . L I K E . L O N D O N :: Intrigues & Events

Sujets similaires

-
» Sujet global - Le stand de sucreries
» ♣ repas champêtre - sujet global
» [event 001] Le bal des années folles - sujet global
» Le bal masqué ♠ sujet global
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.

Réponse rapide

pour répondre plus vite que le vent, t'as vu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: